Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie?

L’hypothyroïdie est lorsque la glande thyroïde ne produit pas suffisamment d’hormones thyroïdiennes pour répondre aux besoins du corps. La thyroïde est sous-active.

Le contraire est l’hyperthyroïdie, où la thyroïde produit trop d’hormones thyroïdiennes. Cependant, le lien entre l’hyperthyroïdie et l’hypothyroïdie est complexe, et l’un peut conduire à l’autre, dans certaines circonstances.

Les hormones thyroïdiennes régulent le métabolisme, ou la façon dont le corps utilise l’énergie. Si les niveaux de thyroxine sont bas, beaucoup de fonctions du corps ralentissent.

Environ 4,6 pour cent de la population âgée de 12 ans et plus aux États-Unis a une hypothyroïdie.

La glande thyroïde se trouve à l’avant du cou, sous le larynx, ou boîte vocale, et a deux lobes, un de chaque côté de la trachée.

C’est une glande endocrine, composée de cellules spéciales qui fabriquent des hormones. Les hormones sont des messagers chimiques qui transmettent l’information aux organes et aux tissus du corps, contrôlant les processus tels que le métabolisme, la croissance et l’humeur.

La production d’hormones thyroïdiennes est régulée par la thyréostimuline (TSH), qui est fabriquée par l’hypophyse.

Ceci, à son tour, est régulé par l’hypothalamus, une région du cerveau. La TSH assure que suffisamment d’hormones thyroïdiennes sont fabriquées pour répondre aux besoins du corps.

Faits rapides sur l’hypothyroïdie

Voici quelques points clés sur l’hypothyroïdie. Plus de détails et d’informations à l’appui sont dans l’article principal.

  • La glande thyroïde produit deux hormones thyroïdiennes, TS3 et TS4.
  • Ces hormones régulent le métabolisme du corps.
  • La cause la plus fréquente d’hypothyroïdie aux Etats-Unis est la maladie de Hashimoto.
  • Les symptômes de l’hypothyroïdie comprennent la fatigue, l’intolérance au froid et les douleurs articulaires et musculaires.

Symptômes

Hypothyroïdie

Les hormones thyroïdiennes affectent plusieurs systèmes d’organes, de sorte que les symptômes de l’hypothyroïdie sont divers et variés.

La thyroïde crée deux hormones thyroïdiennes, la triiodothyronine (T3) et la thyroxine (T4). Ceux-ci régulent le métabolisme, et ils affectent également les fonctions suivantes:

  • le développement du cerveau
  • respiration
  • fonctions du coeur et du système nerveux
  • température corporelle
  • force musculaire
  • sécheresse de la peau
  • cycles menstruels
  • poids
  • les niveaux de cholestérol

Les symptômes de l’hypothyroïdie comprennent généralement, mais sans s’y limiter:

  • fatigue
  • gain de poids
  • intolérance au froid
  • ralentissement de la fréquence cardiaque, des mouvements et de la parole
  • douleurs articulaires et musculaires, crampes et faiblesse
  • constipation
  • peau sèche
  • cheveux fins et cassants ou ongles
  • transpiration réduite
  • avoir des fourmis
  • périodes lourdes, ou ménorragie
  • la faiblesse
  • taux de cholestérol élevé
  • visage bouffi, pieds et mains
  • insomnie
  • problèmes d’équilibre et de coordination
  • perte de libido
  • infections récurrentes des voies urinaires et des voies respiratoires
  • anémie

Si elle n’est pas traitée, les symptômes suivants peuvent se manifester:

  • enrouement
  • des poches dans le visage
  • sourcils amincis ou manquants
  • rythme cardiaque lent
  • perte auditive
  • anémie

Si elle se développe chez les enfants ou les adolescents, les signes et les symptômes sont généralement les mêmes que les adultes.

Cependant, ils peuvent également éprouver:

  • mauvaise croissance
  • retard de développement des dents
  • mauvais développement mental
  • puberté retardée

L’hypothyroïdie se développe lentement. Les symptômes peuvent passer inaperçus pendant une longue période et ils peuvent être vagues et généraux.

Les symptômes varient beaucoup entre les individus, et ils sont partagés par d’autres conditions. La seule façon d’obtenir un diagnostic concret est d’effectuer un test sanguin.

Traitement

Le traitement de l’hypothyroïdie se concentre sur la supplémentation de l’hormone thyroïdienne.

Thyroxine synthétique

Pour reconstituer les niveaux, les médecins prescrivent habituellement de la thyroxine synthétique, un médicament identique à l’hormone T4.

Le dosage est déterminé par l’histoire du patient, ses symptômes et son niveau actuel de TSH. Les médecins surveilleront régulièrement le sang du patient pour déterminer si le dosage du T4 synthétique doit être ajusté.

Une surveillance régulière sera nécessaire, mais la fréquence des analyses sanguines diminuera probablement avec le temps.

Iode et nutrition

L’iode est un minéral essentiel pour la fonction thyroïdienne. La carence en iode est l’une des causes les plus fréquentes de développement du goitre, ou un élargissement anormal de la glande thyroïde.

Maintenir un apport adéquat en iode est important pour la plupart des gens, mais ceux qui ont une maladie thyroïdienne auto-immune peuvent être particulièrement sensibles aux effets de l’iode, ce qui signifie qu’elle peut déclencher ou aggraver l’hypothyroïdie.

Ils devraient informer leur médecin s’ils sont sensibles aux effets de l’iode.

Les personnes atteintes d’hypothyroïdie devraient discuter de tout changement alimentaire majeur avec leur médecin, en particulier lors du démarrage d’un régime riche en fibres, ou en mangeant beaucoup de légumes de soya ou de crucifères.

Le régime alimentaire peut affecter la façon dont le corps absorbe les médicaments thyroïdiens.

Pendant la grossesse, les besoins en iode augmentent. L’utilisation de sel iodé dans l’alimentation et la prise de vitamines prénatales peuvent maintenir les niveaux requis d’iode.

L’hypothyroïdie peut normalement être gérée de manière appropriée en suivant les conseils d’un professionnel de la santé qualifié. Avec un traitement approprié, les taux d’hormones thyroïdiennes devraient revenir à la normale.

Dans la plupart des cas, les médicaments pour l’hypothyroïdie devront être pris pour le reste de la vie du patient.

La prévention

Il n’y a aucun moyen de prévenir l’hypothyroïdie, mais les personnes qui peuvent avoir un risque plus élevé de problèmes thyroïdiens, par exemple, les femmes enceintes, devraient consulter leur médecin sur le besoin d’iode supplémentaire.

Le dépistage n’est pas recommandé chez les personnes qui ne présentent pas de symptômes, à moins d’avoir les facteurs de risque suivants:

  • une histoire de maladie auto-immune
  • traitement de radiothérapie antérieur à la tête ou au cou
  • un goitre
  • antécédents familiaux de problèmes thyroïdiens
  • utilisation de médicaments connus pour affecter la fonction thyroïdienne

Ces personnes peuvent être testées pour les premiers signes de la maladie.Si les tests sont positifs, ils peuvent prendre des mesures pour empêcher la maladie de progresser.

Il n’y a aucune preuve qu’un régime particulier empêche l’hypothyroïdie, et il n’y a aucun moyen de prévenir l’hypothyroïdie sauf si vous vivez dans une région à faible teneur en iode dans l’alimentation, par exemple, certaines parties de l’Asie du Sud-Est et en Afrique.

Régime

Aucun régime spécifique n’est recommandé pour l’hypothyroïdie, mais les individus doivent suivre une alimentation variée et bien équilibrée qui ne soit pas riche en graisses ou en sodium.

En outre, ceux avec Hashimoto auto-immune peuvent bénéficier d’un régime sans gluten. La recherche suggère un lien entre la maladie coeliaque et la maladie thyroïdienne auto-immune, et les deux ont des composants inflammatoires. Éviter le gluten peut aider dans les maladies auto-immunes non cœliaque, mais il est important de parler à un médecin avant de couper les aliments qui contiennent du gluten.

D’autres aliments et nutriments peuvent être dangereux, surtout s’ils sont consommés en grandes quantités.

Ceux-ci inclus:

  • le soja, car il peut affecter l’absorption de la thyroxine
  • l’iode, trouvé dans le varech et d’autres algues, et dans les suppléments, y compris certaines multivitamines
  • les suppléments de fer, car ils peuvent affecter l’absorption de la thyroxine
  • les légumes crucifères, tels que le chou-fleur, le chou frisé et le chou peuvent contribuer à un goitre, mais seulement en très grandes quantités

Consommer de l’iode supplémentaire peut interférer avec l’équilibre impliqué dans le traitement. Si l’hyperthyroïdie se développe, l’iode peut être dangereux.

Tout changement au régime ou à la supplémentation devrait être discuté avec un docteur.

Causes

L’hypothyroïdie peut se produire si la glande thyroïde ne fonctionne pas correctement, ou si la glande thyroïde n’est pas stimulée correctement par l’hypothalamus ou l’hypophyse.

La maladie d’Hashimoto

La cause la plus fréquente d’hypothyroïdie aux Etats-Unis est la maladie de Hashimoto, également connue sous le nom de thyroïdite lymphocytaire chronique ou thyroïdite auto-immune.

La maladie de Hashimoto est une maladie auto-immune, un trouble dans lequel le système immunitaire attaque les propres cellules et organes du corps.

La maladie provoque l’attaque de la glande thyroïde par le système immunitaire, entraînant une inflammation et interférant avec sa capacité à produire des hormones thyroïdiennes.

Thyroïdite

La thyroïdite est une inflammation de la glande thyroïde. Il provoque des fuites d’hormones thyroïdiennes dans le sang, augmentant leurs niveaux globaux et menant à l’hyperthyroïdie. Après 1 à 2 mois, cela peut évoluer en hypothyroïdie.

La thyroïdite peut être causée par une infection virale ou bactérienne, une maladie auto-immune ou une grossesse.

L’hypothyroïdie congénitale

En cas d’hypothyroïdie congénitale, la glande thyroïde ne fonctionne pas correctement dès la naissance.

Cela peut entraîner des problèmes de croissance physique et mentale, mais un traitement précoce peut prévenir ces complications. La plupart des nouveau-nés aux États-Unis sont examinés pour l’hypothyroïdie.

La chirurgie thyroïdienne et le traitement comme causes de l’hypothyroïdie

Le traitement de la thyroïde et la chirurgie peuvent conduire à l’hypothyroïdie.

Hypothyroïdie après une chirurgie thyroïdienne.

Plusieurs conditions telles que l’hyperthyroïdie, les goitres, les nodules thyroïdiens et le cancer de la thyroïde peuvent être traitées en enlevant partiellement ou complètement la glande thyroïde. Cela peut entraîner une hypothyroïdie.

Le traitement radiologique de la thyroïde peut également conduire à l’hypothyroïdie. L’iode radioactif est un traitement commun pour l’hyperthyroïdie. Il agit en détruisant les cellules de la glande thyroïde et en diminuant la production de T4.

La radiothérapie est également utilisée pour traiter les personnes atteintes de cancers de la tête et du cou, de la maladie de Hodgkin et d’autres lymphomes, qui peuvent entraîner des lésions de la glande thyroïde.

Des médicaments

Un certain nombre de médicaments peuvent interférer avec la production d’hormones thyroïdiennes. Ceux-ci comprennent les inhibiteurs de l’amiodarone, de l’interféron alpha, de l’interleukine-2, du lithium et de la tyrosine kinase.

Anomalies de la glande pituitaire

Si la glande pituitaire cesse de fonctionner correctement, la glande thyroïde peut ne pas produire la quantité correcte d’hormone thyroïdienne.

Les tumeurs hypophysaires ou la chirurgie hypophysaire peuvent affecter la fonction de la glande pituitaire, et cela peut nuire à la glande thyroïde.

Le syndrome de Sheehan est une condition qui implique des dommages à la glande pituitaire.

Si une femme perd une quantité de sang potentiellement mortelle ou a une pression artérielle très basse pendant ou après l’accouchement, la glande peut être endommagée, entraînant une sous-production d’hormones hypophysaires.

Déséquilibre de l’iode

L’iode est nécessaire à la production des hormones thyroïdiennes, mais le niveau doit être équilibré. Trop ou trop peu d’iode peut mener à l’hypothyroïdie ou à l’hyperthyroïdie.

Remèdes naturels

Certains remèdes naturels sont proposés pour l’hypothyroïdie, mais il est important de parler d’abord à un médecin, car le traitement des problèmes thyroïdiens doit être délicatement équilibré.

Sélénium: Les personnes atteintes de certains types de problèmes de thyroïde peuvent bénéficier de la prise de sélénium, mais cela ne devrait être utilisé qu’après en avoir discuté avec un médecin. Les chercheurs notent que « la carence ou l’excès de ce micronutriment peut être associé à des résultats défavorables. » Les suppléments de sélénium qui ne sont pas recommandés par un professionnel de la santé pourraient être dangereux.

Vitamine D: Une carence a été liée à la sévérité de la maladie chez Hashimoto. Une supplémentation peut être nécessaire pour atteindre des taux sanguins de vitamine D bénéfiques supérieurs à 50 ng / dL.

Probiotiques: Certaines personnes atteintes d’hypothyroïdie peuvent avoir des changements dans l’intestin grêle, où les bactéries du côlon se propagent dans l’intestin grêle où elles ne sont pas normalement situées, connu sous le nom de prolifération bactérienne de l’intestin grêle (SIBO).

Dans une étude, 40 patients ont présenté des résultats anormaux lors d’un test respiratoire au glucose. Après avoir pris le probiotique pendant un mois, le résultat du test pour 19 participants était normal. Les antibiotiques et les probiotiques se sont avérés efficaces pour SIBO.

En outre, pour les personnes atteintes d’affections thyroïdiennes auto-immunes et inflammatoires, des suppléments tels que le curcuma (contenant au moins 500 mg de curcumine) et les oméga-3 peuvent aider à améliorer l’inflammation.

Diagnostic

Les médecins effectuent généralement un examen physique, prennent des antécédents médicaux et sont envoyés à un laboratoire pour analyse.

Le test sanguin le plus commun est le test TSH. Cela détecte les quantités de TSH dans le sang.

Si la lecture de la TSH est supérieure à la normale, le patient peut avoir une hypothyroïdie. Si les niveaux de TSH sont inférieurs à la normale, le patient peut souffrir d’hyperthyroïdie ou d’hypothyroïdie.

Les tests d’auto-anticorps T3, T4 et thyroïdiens sont des tests sanguins supplémentaires utilisés pour confirmer le diagnostic ou déterminer sa cause.

Le médecin peut administrer un panel thyroïdien complet, en testant les taux de T3 et T4, de TSH et d’auto-anticorps thyroïdiens afin d’établir pleinement la santé et l’activité de la glande thyroïde.

Il peut également y avoir des tests pour vérifier le taux de cholestérol, les enzymes hépatiques, la prolactine et le sodium.

Facteurs de risque

En dehors de certains troubles et médicaments, d’autres facteurs de risque comprennent:

Les gens ont un plus grand risque de développer un trouble thyroïdien s’ils ont des conditions telles que le syndrome de Turner ou des maladies auto-immunes comme le lupus ou la polyarthrite rhumatoïde.

Le risque d’hypothyroïdie est plus élevé chez les personnes ayant des antécédents familiaux de maladie thyroïdienne et ceux âgés de plus de 60 ans.

Il affecte le plus souvent les femmes à partir de l’âge moyen, mais il peut se produire à tout âge.

Pendant et après la grossesse

Hypothyroïdie grossesse

Les demandes accrues sur le métabolisme pendant la grossesse se traduit par des demandes accrues sur la thyroïde.

Dans une étude, 85% des femmes enceintes et qui prenaient un traitement hormonal thyroïdien avaient besoin d’un apport supplémentaire de 47% en moyenne pendant la grossesse.

Si l’hypothyroïdie survient pendant la grossesse, elle est généralement due à la maladie de Hashimoto. Cette affection affecte entre 3 et 5 femmes sur 1000 pendant la grossesse.

L’hypothyroïdie incontrôlée augmente le risque de fausse couche, d’accouchement prématuré et d’augmentation de la tension artérielle au cours de la grossesse tardive, ou de prééclampsie.

Il peut également affecter le développement du cerveau et les taux de croissance.

Les femmes qui ont été enceintes au cours des 6 derniers mois ont un risque plus élevé de thyroïdite et d’hypothyroïdie.

Like this post? Please share to your friends: