Qu’est-ce que la dissociation et la dépersonnalisation?

La dépersonnalisation est un sentiment onirique d’être désengagé de son environnement. La personne que les choses sont « moins réelles » qu’elles ne devraient l’être.

Les personnes qui connaissent la dépersonnalisation ont tendance à se sentir détachées d’elles-mêmes.

Ceux qui subissent une dépersonnalisation sévère disent qu’ils ont l’impression de se regarder agir à distance sans avoir le sentiment d’un contrôle total. La personne avec cette condition sera consciente que ce ne sont que des sentiments et non la réalité.

Un article de 2005 décrit la dépersonnalisation comme un «sentiment dérangeant d’être séparé de soi», s’observant comme extérieur, se sentant comme un robot ou un automate.

Il peut y avoir «une altération désagréable, chronique et invalidante dans l’expérience de soi et de l’environnement».

La dépersonnalisation est un aspect de la dissociation, mais si la dissociation implique de se sentir détachée de beaucoup de choses, la dépersonnalisation fait spécifiquement référence à un sentiment de détachement de soi et de son identité.

L’Alliance nationale pour la maladie mentale note que presque la moitié de tous les Américains connaissent une dissociation à un moment donné, mais la dépersonnalisation chronique, conduisant à un trouble de dépersonnalisation, est moins fréquente.

Causes

[expérience hors du corps]

Les experts ne savent pas exactement ce qui cause la dépersonnalisation. On pense qu’il provient d’un déséquilibre dans les substances chimiques du cerveau.

Comme avec d’autres troubles dissociatifs, les sentiments de dépersonnalisation sont généralement déclenchés par des événements traumatisants ou mettant la vie en danger, tels que la violence extrême, la guerre, un enlèvement ou un abus durant l’enfance.

Une suggestion est que si une personne sensible éprouve une dissociation à la suite d’un traumatisme, par exemple, elle devient établie et est susceptible de se reproduire.

Selon Mind, un organisme caritatif de santé mentale basé au Royaume-Uni, la dissociation est vraiment une stratégie pour faire face à trop de stress,

Certaines drogues récréatives, telles que la kétamine, et d’autres substances peuvent également déclencher des sentiments de dépersonnalisation.

  • La consommation de cannabis a été associée à des épidémies de dépersonnalisation ou de dissociation, tout comme le sevrage de l’usage du cannabis.
  • Des troubles perceptuels tels que la dépersonnalisation ont été signalés chez des personnes qui se retirent des benzodiazépines.
  • L’alcool peut induire une dépersonnalisation chez certaines personnes, selon des preuves publiées dans la revue.
  • Les hallucinogènes peuvent entraîner une dépersonnalisation lorsqu’ils sont ingérés.

La plupart des personnes qui souffrent de dépersonnalisation ont également un autre trouble psychiatrique ou mental. Les affections liées comprennent les troubles dissociatifs et certains troubles non dissociatifs.

Les exemples sont:

  • Schizophrénie
  • Dépression
  • Anxiété
  • Migraine
  • Privation de sommeil
  • Trouble bipolaire

Les troubles dissociatifs comprennent:

  • Amnésie dissociative, dans laquelle les gens peuvent oublier des informations sur eux-mêmes ou des choses qui leur sont arrivées
  • Trouble de dépersonnalisation-déréalisation, qui peut impliquer des expériences hors du corps, un sentiment d’irréel, et une incapacité à reconnaître son image dans un miroir. Il peut également y avoir des changements dans les sensations corporelles et une capacité réduite à agir sur le plan émotionnel
  • Trouble de l’identité dissociative, ou «trouble de la personnalité multiple», où une personne devient confuse à propos de qui elle est et se sent comme une étrangère pour elle-même. Ils peuvent se comporter différemment à des moments différents ou écrire différemment.

Dans certaines cultures, les gens cherchent à atteindre la dépersonnalisation par des pratiques religieuses ou méditatives. Ce n’est pas un trouble.

Facteurs de risque

La dépersonnalisation cliniquement significative affecterait entre 1 et 2 pour cent de la population générale.

[Femme assise seule]

L’âge moyen auquel la première expérience a lieu est de 22,8 ans, mais 1 personne sur 3 souffrant de la maladie l’a remarqué avant l’âge de 16 ans. Il est plus probable chez les adolescents ou les jeunes adultes. Ceux qui souffrent de dépression, de troubles de personnalité multiples, de schizophrénie et de troubles obsessionnels compulsifs sont plus à risque.

La dépersonnalisation et la dissociation sont liées au syndrome de stress post-traumatique (SSPT), et peuvent entraîner une attaque de panique extrême. Ils ont été liés à la fatigue et à un danger sérieux.

L’abus de certains médicaments peut augmenter le risque, tout comme le sevrage des benzodiazépines ou du cannabis. Bien qu’il ne soit pas certain que les médicaments causent la maladie, le cannabis, par exemple, a été cité comme un déclencheur chez les personnes sensibles.

Il se peut également que les personnes atteintes de troubles dissociatifs soient plus susceptibles d’utiliser des drogues et de l’alcool pour les aider à faire face.

Les personnes qui souffrent de dissociation sont susceptibles d’avoir des pertes de mémoire ou des lacunes dans la mémoire, en particulier des personnes spécifiques, des événements ou des périodes de la vie.

Les personnes atteintes de troubles dissociatifs sont plus susceptibles d’afficher un comportement obsessionnel. Cela peut inclure l’automutilation ou de regarder plusieurs fois dans un miroir pour vérifier qu’ils sont réels. Le comportement autodestructeur peut être lié au traumatisme plutôt qu’au manque de sens de la réalité.

L’anxiété est également commune, que ce soit comme une cause ou un effet de dissociation.

Si la dissociation est le résultat d’un traumatisme, un retour en arrière vers la mémoire indésirable peut déclencher un épisode.

Symptômes

Au cours d’un épisode dissociatif, certaines personnes auront une expérience hors du corps, dans laquelle elles se sentiront observatrices ou observant leur vie à distance.

Ils peuvent se sentir déconnectés de leur propre corps, et la vie peut ressembler à un rêve, où tout le monde semble irréel. Ils peuvent également sentir qu’ils ne contrôlent pas leurs actions.

Pour certaines personnes, un épisode peut impliquer de voyager physiquement à un endroit différent et de prendre une identité différente pendant leur séjour. L’individu peut ne pas se souvenir de sa propre identité.

Diagnostic

Un médecin peut diagnostiquer un trouble dissociatif en interrogeant un patient sur ses symptômes et ses antécédents personnels et médicaux. Des tests neurologiques peuvent être nécessaires pour exclure des conditions telles que l’épilepsie.

Les rapports suggèrent qu’une personne avec le désordre dissociatif emploiera communément l’expression « comme si », dans des phrases comme, « je me sens comme si je ne suis pas réel, » ou « comme si je suis un robot. »

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, quatrième édition (DSM-IV) énumère les critères de diagnostic suivants pour le trouble de la dépersonnalisation:

  1. Se sentir détaché de ses processus mentaux ou de son corps
  2. Test de réalité intacte
  3. Déficience clinique significative, déficience fonctionnelle ou les deux
  4. Les symptômes n’apparaissent pas exclusivement dans le cadre d’un autre trouble ou en raison des effets physiologiques directs d’une substance

Traitement

Il n’existe actuellement aucun traitement pour la dépersonnalisation ou la dissociation, mais les antidépresseurs aident à soulager les symptômes chez certaines personnes. Les experts suggèrent qu’une combinaison de médicaments, en particulier la lamotrigine et un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine (ISRS), peut aider.

Des preuves anecdotiques suggèrent qu’éviter les lumières vives ou rester fidèle à une routine régulière et monotone peut aider certaines personnes à s’en sortir.

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC) peut aider les patients à voir leurs symptômes de manière non menaçante et à réduire l’anxiété et le comportement obsessionnel qui les accompagne souvent.

Like this post? Please share to your friends: