Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Qu’est-ce que la dyspraxie?

Une personne atteinte de dyspraxie a des problèmes de mouvement, de coordination, de jugement, de traitement, de mémoire et d’autres habiletés cognitives. La dyspraxie affecte également les systèmes immunitaires et nerveux du corps.

La dyspraxie est également connue sous le nom de difficultés d’apprentissage moteur, de dysfonctionnement perceptuo-moteur et de trouble de la coordination du développement (DCD). Les termes «lésions cérébrales minimales» et «syndrome de l’enfant maladroit» ne sont plus utilisés.

Selon le Centre national pour les troubles d’apprentissage, les personnes atteintes de dyspraxie ont des difficultés à planifier et à effectuer des tâches motrices fines et globales. Cela peut aller de simples mouvements de moteur, tels que le fait de dire au revoir, à des mouvements plus complexes comme des étapes de séquençage pour se brosser les dents.

Qu’est-ce que la dyspraxie?

Daniel Radcliffe 2011 (Redresser les couleurs)

La dyspraxie est un trouble neurologique qui affecte la capacité d’un individu à planifier et à traiter les tâches motrices.

Les personnes dyspraxiques ont souvent des problèmes de langage, et parfois un certain degré de difficulté à penser et à percevoir. La dyspraxie, cependant, n’affecte pas l’intelligence de la personne, bien qu’elle puisse causer des problèmes d’apprentissage chez les enfants.

La dyspraxie développementale est une immaturité de l’organisation du mouvement. Le cerveau ne traite pas l’information de manière à permettre une transmission complète des messages neuronaux.

Une personne atteinte de dyspraxie a du mal à planifier quoi faire et comment le faire.

L’Institut national des troubles neurologiques et des maladies (NINDS) décrit les personnes atteintes de dyspraxie comme «désynchronisées» par rapport à leur environnement.

Les experts disent qu’environ 10 pour cent des personnes ont un certain degré de dyspraxie, tandis qu’environ 2 pour cent l’ont sévèrement. Quatre enfants sur cinq présentant une dyspraxie évidente sont des garçons, bien que l’on se demande si la dyspraxie pourrait être sous-diagnostiquée chez les filles.

Selon le National Health Service du Royaume-Uni, de nombreux enfants atteints de dyspraxie ont également un trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

Les symptômes de la dyspraxie

Les symptômes ont tendance à varier en fonction de l’âge de l’individu. Plus tard, nous examinerons chaque groupe d’âge plus en détail. Certains des symptômes généraux de la dyspraxie comprennent:

  • mauvais équilibre
  • mauvaise position
  • fatigue
  • maladresse
  • différences de discours
  • problèmes de percetion
  • mauvaise coordination œil-œil

Diagnostic de la dyspraxie

Un diagnostic de dyspraxie peut être posé par un psychologue clinicien, un psychologue scolaire, un pédiatre ou un ergothérapeute. Tout parent qui soupçonne que son enfant souffre de dyspraxie devrait consulter son médecin.

Lors de la réalisation d’une évaluation, des précisions seront nécessaires concernant l’histoire du développement de l’enfant, ses capacités intellectuelles et sa motricité fine et globale:

  • La motricité globale – dans quelle mesure l’enfant utilise de gros muscles qui coordonnent les mouvements du corps, y compris le saut, le lancer, la marche, la course et le maintien de l’équilibre.
  • La motricité fine – dans quelle mesure l’enfant peut utiliser des muscles plus petits, y compris attacher les lacets, faire des boutons, découper des formes avec une paire de ciseaux et écrire.

L’évaluateur devra savoir quand et comment les jalons du développement, tels que la marche, l’exploration et la parole, ont été atteints. On évaluera l’équilibre, la sensibilité au toucher et les variations des activités de marche de l’enfant.

Dyspraxie chez les enfants

Les symptômes de la dyspraxie peuvent varier en fonction de l’âge. Dans cet esprit, nous allons regarder chaque âge individuellement. Pas tous les individus auront tous les symptômes décrits ci-dessous:

Très jeune enfance

L’enfant peut prendre plus de temps que les autres enfants à:

  • Asseoir.
  • Crawl – la Fondation Dyspraxia dit que beaucoup ne passent jamais par l’étape rampant.
  • Marche.
  • Parler: selon l’hôpital pour enfants de Westmead, en Australie, l’enfant peut être plus lent à répondre aux questions, à trouver des sons difficiles ou à répéter des séquences de sons ou de mots; ils peuvent aussi avoir de la difficulté à maintenir des habitudes d’intonation normales, avoir un vocabulaire automatique très limité, parler plus lentement que les autres enfants et utiliser moins de mots avec plus de pauses.
  • Supporter.
  • Devenez formé au pot (sortez des couches).
  • Construire le vocabulaire.

Petite enfance

Jeune fille attachant des lacets de chaussures

Plus tard, les difficultés suivantes peuvent apparaître:

  • Problèmes lors de mouvements subtils, comme attacher des lacets, faire des boutons et des fermetures à glissière, utiliser des couverts et écrire.
  • Beaucoup auront des difficultés à s’habiller.
  • Problèmes liés aux mouvements dans les terrains de jeux, comme sauter, jouer à la marelle, attraper une balle, donner des coups de pied, sauter et sauter.
  • Problèmes avec les mouvements de la classe, tels que l’utilisation de ciseaux, la coloration, le dessin, la lecture de jeux de puzzle.
  • Problèmes de traitement des pensées.
  • Difficultés avec la concentration. Les enfants atteints de dyspraxie ont souvent du mal à se concentrer longtemps sur une chose.
  • L’enfant trouve plus difficile que les autres enfants de participer à des jeux de jeux.
  • L’enfant réagira plus que les autres enfants.
  • Certains ont du mal à monter et descendre les escaliers.
  • Une tendance plus élevée à tomber dans les choses, à tomber et à laisser tomber les choses.
  • Difficulté à acquérir de nouvelles compétences – alors que d’autres enfants peuvent le faire automatiquement, un enfant atteint de dyspraxie prend plus de temps. L’encouragement et la pratique aident énormément.
  • Rédaction d’histoires peut être beaucoup plus difficile pour un enfant souffrant de dyspraxie, tout comme la copie à partir d’un tableau noir.

Les éléments suivants sont également fréquents à l’âge préscolaire:

  • Trouve difficile de garder des amis.
  • Un comportement en compagnie d’autres personnes peut sembler inhabituel.
  • Hésite dans la plupart des actions, semble lent.
  • Ne tient pas un crayon avec une bonne prise.
  • Des concepts tels que in, out, devant sont difficiles à gérer automatiquement.

Plus tard dans l’enfance

  • Bon nombre des défis énumérés ci-dessus ne s’améliorent pas ou ne s’améliorent que légèrement.
  • Essaie d’éviter le sport.
  • Apprend bien sur une base individuelle, mais loin aussi bien en classe avec d’autres enfants autour.
  • Réagit de la même manière à tous les stimuli (ne pas filtrer automatiquement les stimuli non pertinents)
  • Les mathématiques et l’écriture sont difficiles.
  • Il passe beaucoup de temps à écrire.
  • Ne suit pas les instructions.
  • Ne se souvient pas des instructions.
  • Est mal organisé.

Dyspraxie chez les adultes

Chez les adultes, les symptômes comprennent:

  • Mauvaise posture et fatigue.
  • Difficulté à accomplir les tâches normales.
  • Contrôle moins précis – l’écriture et le dessin sont difficiles.
  • Difficulté à coordonner les deux côtés du corps.
  • Discours peu clair, souvent l’ordre des mots peut être brouillé.
  • Mouvement maladroit et tendance à trébucher.
  • Toiletter et s’habiller plus difficile – se raser, se maquiller, attacher les vêtements, attacher les lacets.
  • Mauvaise coordination oeil-main.
  • Difficulté à planifier et à organiser les pensées et les tâches.
  • Moins sensible aux signaux non verbaux.
  • Facilement frustré.
  • Faible estime de soi.
  • Difficulté à dormir.
  • Difficulté à distinguer les sons du bruit de fond.
  • Manque notable de rythme en dansant ou en faisant de l’exercice.

Social et sensoriel – les personnes atteintes de dyspraxie peuvent être extrêmement sensibles au goût, à la lumière, au toucher et / ou au bruit. Il peut aussi y avoir un manque de sensibilisation aux dangers potentiels. Beaucoup éprouvent des sautes d’humeur et affichent un comportement erratique.

Des chercheurs de l’université de Bolton en Angleterre disent qu’il y a souvent une tendance à prendre les choses littéralement « (l’enfant) peut écouter mais ne pas comprendre ».

Causes de la dyspraxie

Les scientifiques ne savent pas ce qui cause la dyspraxie. Les experts croient que les cellules nerveuses de la personne qui contrôlent les muscles (motoneurones) ne se développent pas correctement. Si les neurones moteurs ne peuvent pas former de connexions appropriées, pour quelque raison que ce soit, le cerveau mettra beaucoup plus de temps à traiter les données.

Selon des experts du Disability and Dyslexia Service de la Queen Mary University de Londres (Royaume-Uni), des études suggèrent que la dyspraxie peut être causée par une immaturité du développement neuronal dans le cerveau plutôt que par des lésions cérébrales spécifiques.

Un rapport de l’Université de Hull, en Angleterre, indique que la dyspraxie est «probablement héréditaire: plusieurs gènes ont été impliqués.Il y a souvent de nombreux membres de la même famille qui sont affectés».

Traitements pour la dyspraxie

Bien que la dyspraxie ne soit pas curable, avec un traitement, l’individu peut s’améliorer. Cependant, plus tôt un enfant est diagnostiqué, meilleur sera son pronostic. Les spécialistes suivants traitent le plus souvent les personnes atteintes de dyspraxie:

Ergothérapie

Un ergothérapeute évaluera la façon dont l’enfant gère ses fonctions quotidiennes à la maison et à l’école. Ils aideront ensuite l’enfant à développer des compétences spécifiques aux activités quotidiennes qu’ils trouvent difficiles.

Orthophonie et langage

L’orthophoniste procédera à une évaluation du discours de l’enfant, puis mettra en place un plan de traitement pour l’aider à communiquer plus efficacement.

Entraînement moteur perceptuel

Cela implique d’améliorer la langue, le visuel, le mouvement et les capacités auditives de l’enfant. L’individu se voit assigner une série de tâches qui deviennent progressivement plus avancées – le but est de défier l’enfant pour qu’il s’améliore, mais pas au point de devenir frustrant ou stressant.

Thérapie équine pour la dyspraxie

Dans une étude publiée dans le, une équipe de chercheurs irlandais, britanniques et suédois a évalué les effets de la thérapie équine (équitation thérapeutique) sur un groupe de 40 enfants âgés de 6-15 ans souffrant de dyspraxie.

Les enfants ont participé à six séances d’équitation de 30 minutes chacune, ainsi qu’à deux séances de projection audiovisuelle de 30 minutes.

Ils ont découvert que la thérapie par le cheval stimulait et améliorait les paramètres de la cognition, de l’humeur et de la démarche des participants. Les auteurs ajoutent que « les données ont également mis en évidence la valeur potentielle d’une approche audiovisuelle de la thérapie équine ».

Jeu actif

Les experts disent que le jeu actif – tout jeu impliquant une activité physique – qui peut être à l’extérieur ou à l’intérieur de la maison, contribue à améliorer l’activité motrice. Le jeu est un moyen pour les enfants d’apprendre sur l’environnement et sur eux-mêmes, en particulier pour les enfants âgés de 3 à 5 ans; c’est une partie cruciale de leur apprentissage.

Le jeu actif est l’endroit où l’apprentissage physique et émotionnel d’un très jeune enfant, son développement du langage, sa conscience particulière, le développement de ses sens sont tous réunis.

Plus les enfants sont impliqués dans le jeu actif, mieux ils pourront interagir avec les autres enfants.

Like this post? Please share to your friends: