Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Qu’est-ce que la médecine nucléaire?

La radiation est utilisée en médecine nucléaire et en radiologie. En médecine nucléaire, des matières radioactives appelées radio-isotopes ou radiopharmaceutiques sont introduites dans le corps. En radiologie, les rayons X entrent dans le corps de l’extérieur.

Selon le Centre d’information sur la science et la technologie nucléaires, environ un tiers de toutes les procédures utilisées dans les hôpitaux modernes impliquent des radiations ou de la radioactivité. Les procédures proposées sont efficaces, sûres et indolores et elles n’ont pas besoin d’anesthésie.

Médecine nucléaire en diagnostic

[radiologue]

La médecine nucléaire est utilisée pour diagnostiquer un large éventail de conditions.

Le patient inhale, avale ou se fait injecter un produit radiopharmaceutique. Ceci est un matériau radioactif. Après avoir pris la substance, le patient va normalement s’allonger sur une table, tandis qu’un appareil photo prend des photos.

La caméra se concentrera sur la zone où les matières radioactives sont concentrées, ce qui montrera au médecin quel est le problème et où il se trouve.

Les types de techniques d’imagerie comprennent la tomographie par émission de positons (PET) et la tomographie par émission monophotonique (SPECT).

Les balayages PET et SPECT peuvent fournir des informations détaillées sur le fonctionnement d’un organe.

Ce type d’imagerie est particulièrement utile pour diagnostiquer les maladies de la thyroïde, la vésicule biliaire, les maladies cardiaques et le cancer. Il peut également aider à diagnostiquer la maladie d’Alzheimer et d’autres types de démence et les conditions du cerveau.

Dans le passé, le diagnostic des problèmes internes nécessitait souvent une intervention chirurgicale, mais la médecine nucléaire rend cela inutile.

Après le diagnostic, et lorsque le traitement commence, la TEP et la TEP peuvent montrer à quel point le traitement fonctionne.

PET et SPECT offrent également de nouvelles perspectives sur les troubles psychiatriques, les troubles neurologiques et la toxicomanie.

D’autres types d’imagerie impliqués dans la médecine nucléaire comprennent l’échographie moléculaire ciblée, qui est utile pour détecter différents types de cancer et mettre en évidence le flux sanguin; et l’échographie par résonance magnétique, qui joue un rôle dans le diagnostic du cancer et des troubles métaboliques.

Médecine nucléaire en traitement

[Gros plan d'un médecin remettant des pilules à un patient]

Les techniques radioactives sont également utilisées dans le traitement. Les mêmes agents utilisés en imagerie nucléaire peuvent être utilisés pour administrer le traitement. Le produit radiopharmaceutique peut être avalé, injecté ou inhalé.

Un exemple est l’iode radioactif (I-131). Il a été utilisé pendant plus de 50 ans pour traiter le cancer de la thyroïde et l’hyperthyroïdie, ou une thyroïde hyperactive. Maintenant, il est également utilisé pour traiter le lymphome non hodgkinien et la douleur osseuse de certains types de cancer.

La thérapie aux radionucléides ciblés par l’iode 131 (I-131) introduit de l’iode radioactif dans le corps. Comme les cellules thyroïdiennes ou les cellules cancéreuses absorbent cette substance, elle les tue. I-131 peut être administré sous forme de gélules ou sous forme liquide.

À l’avenir, il sera peut-être possible d’incorporer la chimiothérapie dans des agents d’imagerie médicamenteuse qui ne s’attacheront qu’aux cellules cancéreuses. De cette manière, la chimiothérapie tuerait seulement les cellules cibles et non le tissu sain voisin. Cela permettrait de réduire certains des effets indésirables de la chimiothérapie.

La radioimmunothérapie (RIT) associe la médecine nucléaire (radiothérapie) à l’immunothérapie. L’immunothérapie est un traitement qui imite l’activité cellulaire dans le corps. La combinaison des deux types de traitement signifie que la médecine nucléaire peut être ciblée plus directement sur les cellules qui en ont besoin.

Divers radionucléides sont utilisés. Le plus commun est I-131, ou iode radioactif (RAI). D’autres options incluent 90Y-ibritumomab tiuxetan, ou Zevalin, qui est utilisé pour traiter différents types de lymphomes. Le 131-I-tositumomab, ou Bexxar, est utilisé pour traiter le lymphome et le myélome multiple.

Des experts en nanotechnologie, en chimie des polymères avancée, en biologie moléculaire et en génie biomédical étudient les moyens de livrer les médicaments au bon site sans affecter les tissus environnants.

Theranostics est une approche qui intègre les techniques de médecine nucléaire pour le diagnostic et l’imagerie avec celles pour le traitement. En combinant des vecteurs de ciblage moléculaire, tels que des peptides, avec des radionucléides, il peut diriger la substance radioactive vers la zone cible pour diagnostiquer et délivrer un traitement en même temps.

Quoi attendre

Une personne qui se présente pour un diagnostic ou un traitement par la médecine nucléaire doit s’assurer d’informer le professionnel de la santé si elle est enceinte ou allaitante, ou si elle peut être enceinte.

Imagerie nucléaire

Il se peut que le patient doive porter une blouse ou qu’il puisse porter ses propres vêtements, mais il devra retirer ses bijoux et autres accessoires en métal.

Thérapie

[Dame ayant un thé et un natter dans son escalier]

Quand un patient a un traitement pour la thyroïde avec I-131, aucun équipement spécial n’est utilisé.

Une seule dose préparée sera prise par voie orale. C’est un traitement unique.

Le patient ne doit pas manger ni boire après minuit le jour du traitement. Si le traitement est pour un problème de thyroïde, le médecin leur conseillera normalement d’arrêter de prendre leurs médicaments thyroïdiens réguliers entre 3 et 7 jours avant le traitement.

Le patient peut être en mesure de retourner à la maison après la dose, ou il peut devoir passer la nuit à l’hôpital.

Cependant, parce que le corps n’absorbe pas tout l’iode radioactif, il continuera de quitter le corps au cours des 2 à 5 prochains jours.

L’individu doit éviter autant que possible le contact avec d’autres personnes, en particulier avec les nourrissons et les femmes enceintes.

Cela peut vouloir dire s’absenter du travail. Ils doivent également préparer leur propre nourriture, éviter de coucher avec une autre personne, rincer deux fois le lavabo après usage et laver leurs vêtements et leur linge séparément.

La plus grande partie de l’iode quittera le corps par l’urine, mais elle sera également excrétée par les larmes, la sueur, la salive, les sécrétions vaginales et les excréments.

Il est conseillé aux femmes d’éviter de tomber enceintes pendant 6 à 12 mois après le traitement.

Toute personne qui envisage de voyager immédiatement après le traitement doit recevoir une lettre du médecin, car la radioactivité peut apparaître sur les appareils de balayage dans les aéroports.

Sécurité en médecine nucléaire

Trop de radiations peuvent potentiellement endommager les organes ou les tissus ou augmenter le risque de cancer.

Cependant, lorsqu’il est utilisé pour le diagnostic, le niveau d’exposition aux rayonnements est à peu près le même que celui que reçoit une personne lors d’une radiographie pulmonaire de routine ou d’un scanner. En conséquence, les procédures de médecine nucléaire et d’imagerie sont considérées comme non invasives et relativement sûres. Leur efficacité dans le diagnostic de la maladie signifie que les avantages l’emportent généralement sur les risques.

Le traitement par la médecine nucléaire implique de plus grandes doses de matières radioactives.

Par exemple, un scanner pulmonaire de médecine nucléaire exposerait une personne à 2 millisieverts (mSv) de radioactivité, alors qu’un traitement contre le cancer exposerait une tumeur à 50 000 mSv.

Cette dose supplémentaire peut affecter le patient et des effets secondaires sont possibles.

Cependant, comme le traitement cible souvent des maladies potentiellement mortelles, les avantages ont tendance à l’emporter sur les risques.

À mesure que la technologie progresse, les scientifiques espèrent que les traitements seront plus axés sur la tumeur ou la maladie, et moins susceptibles d’affecter la personne dans son ensemble.

La Nuclear Regulatory Commission (NRC) et la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA) réglementent étroitement l’utilisation de matériaux radioactifs pour la médecine nucléaire afin d’assurer la sécurité des patients.

Like this post? Please share to your friends: