Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Qu’est-ce que la mutilation génitale féminine?

Les mutilations génitales féminines désignent l’ablation partielle ou complète des organes génitaux féminins externes. Il est généralement fait entre l’enfance et l’âge de 15 ans, mais les femmes adultes peuvent également subir la procédure.

Le terme de mutilation génitale féminine (MGF) inclut toute blessure aux organes génitaux d’une femme ou d’une fille pour des raisons autres que médicales, généralement religieuses. On pense que la pratique a commencé avant l’avènement du christianisme ou de l’islam.

La MGF est parfois appelée circoncision féminine, mais les implications de la circoncision féminine sont très différentes de celles de la circoncision masculine. De nos jours, plus d’opérations de MGF sont effectuées par des professionnels de la santé, y compris jusqu’à 77% des cas en Egypte.

Cependant, 4 opérations sur 5 dans le monde sont toujours pratiquées par un praticien traditionnel, souvent dans des conditions insalubres, avec de graves conséquences pour la santé.

Les MGF sont plus fréquentes dans les régions du nord-est, de l’ouest et de l’est de l’Afrique et dans certaines parties du Moyen-Orient et de l’Asie. On estime que plus de 200 millions de filles et de femmes vivant aujourd’hui ont subi des mutilations génitales féminines dans les 30 pays où elles sont le plus répandues.

Faits rapides sur les mutilations génitales féminines

  • La pratique est effectuée pour des raisons sociales, religieuses et culturelles.
  • Il existe différents types de mutilations génitales féminines, dont la gravité varie.
  • C’est considéré comme une question de droits de l’homme.

Les types

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) décrit quatre types principaux de mutilations génitales féminines:

Type 1: Clitoridectomie

Femme africaine marchant le long d'un chemin de terre.

Dans cette pratique, le clitoris est partiellement ou complètement enlevé. Le clitoris est la zone érogène la plus sensible d’une femme et la principale cause de son plaisir sexuel.

C’est une petite partie érectile des organes génitaux féminins. Après avoir été stimulé, le clitoris produit une excitation sexuelle, une érection clitoridienne et un orgasme.

Type 2: Excision

Le clitoris et les petites lèvres sont partiellement ou complètement enlevés. Il peut également inclure l’ablation des grandes lèvres. Les lèvres sont les lèvres qui entourent le vagin.

Type 3: Infibulation

L’ouverture vaginale est rétrécie et un joint de recouvrement est créé. Les lèvres internes ou externes sont coupées et repositionnées. Cette pratique peut inclure ou non l’ablation du clitoris. D’autres procédures incluent la cautérisation, grattage, incision, piquer ou percer la région génitale, pour des raisons autres que médicales.

Type 4

L’OMS décrit ce type comme « toutes les autres procédures nuisibles aux organes génitaux féminins à des fins non médicales » et comprend notamment les pratiques picotement, percer, inciser, racler et cautériser les organes génitaux.

Complications

Enlever les tissus génitaux normaux et sains n’offre aucun avantage pour la santé et compromet les fonctions naturelles de la femme. Cela peut aussi entraîner des complications. Le nombre exact de décès dus à des mutilations génitales féminines est pas connue, mais dans certaines parties de la Somalie, où il n’y a pas d’antibiotiques, il a été suggéré que 1 3 filles qui subissent l’opération meurent à cause de la pratique.

Les complications qui peuvent survenir pendant ou peu après les procédures de MGF comprennent:

  • saignement
  • infection bactérienne
  • plaies ouvertes dans la région génitale
  • la rétention d’urine et d’autres problèmes urinaires
  • des dommages aux tissus génitaux voisins
  • une douleur intense pouvant entraîner une perte de conscience

Les complications courantes à long terme comprennent:

  • infections récurrentes de la vessie
  • kystes
  • infertilité
  • risque accru de décès de nouveau-nés
  • taux plus élevé de complications de l’accouchement

Il peut également être nécessaire de poursuivre la chirurgie.

Si l’ouverture a été rétrécie, elle devra être rouverte avant le mariage pour permettre les rapports sexuels et l’accouchement. Dans certaines cultures, cette ouverture et ce rétrécissement se fait plusieurs fois tout au long de la vie d’une femme.

Prévalence: À quel point est-ce commun?

Dans certains endroits, les MGF sont une pratique relativement nouvelle que les communautés ont adoptée des communautés voisines. Dans certains cas, c’est la renaissance d’une vieille coutume.

Les immigrants qui se rendent dans des lieux où les mutilations génitales féminines ne sont pas pratiquées peuvent prendre la coutume avec eux, et les personnes qui déménagent dans un lieu où elles sont pratiquées peuvent l’adopter.

Selon l’OMS et l’UNICEF:

  • Plus de 200 millions de femmes ont subi une forme quelconque de MGF.
  • Le pourcentage de femmes âgées de 14 à 49 ans ayant subi une MGF en 2013 variait de 98% en Somalie à moins de 1% en Ouganda.
  • Les jeunes femmes sont moins susceptibles de subir des MGF

Rien qu’en Afrique, on estime qu’environ 92 millions de filles âgées de 10 ans et plus ont subi des procédures de MGF. On estime qu’environ 3 millions de filles en Afrique subissent des MGF chaque année. Dans huit pays, la prévalence est de 80%.

Pourquoi cela se produit-il?

Il n’y a pas de raison médicale pour les MGF. La pratique se produit pour une combinaison de raisons fondées sur des pratiques culturelles, sociales et religieuses.

Raisons sociales pour lesquelles les MGF se produisent

Dans les sociétés à faible taux d’alphabétisation, la convention sociale dit: «c’est ce que font les autres et ce que nous avons toujours fait». La pression sociale et le désir de ne pas se distinguer comme rebelle sont une force puissante. Dans certaines communautés, les femmes qui n’ont pas subi de mutilations génitales féminines ne sont pas autorisées à manipuler de la nourriture et de l’eau parce qu’elles sont sales et considérées comme présentant un risque pour la santé des autres.

Pour ces sociétés, c’est la «bonne» chose à faire dans le cadre de l’éducation féminine. Il est dit de préparer une fille pour le mariage et la vie adulte. Dans certaines cultures, les gens croient qu’un clitoris non coupé atteindra la taille d’un pénis, ou que les MGF rendent une femme plus fertile.

Raisons culturelles pour lesquelles les MGF se produisent

Pour certains, les MGF représentent un comportement sexuel décent. Les MGF sont souvent liées à la virginité et sont fidèles pendant le mariage.Les dommages aux organes génitaux signifient que les chances d’une femme ayant des relations sexuelles illicites sont réduites – parce que sa libido est diminuée, et l’ouverture est trop étroite.

La féminité et la modestie peuvent être un facteur. Dans certaines sociétés, une femme est perçue comme plus propre et plus belle si ses organes génitaux sont coupés. Certaines parties du corps, telles que le clitoris, qui dépasse, sont considérées comme mâles et impures.

Raisons religieuses pour lesquelles les MGF se produisent

Aucune des grandes religions ne prescrit la circoncision féminine. Les gens de certaines communautés, surtout là où les niveaux d’alphabétisation sont faibles, ont peut-être entendu dire que cette pratique est religieuse. Au fil du temps, les religions ont toléré, encouragé et toléré la pratique; mais, aujourd’hui, de nombreux chefs religieux sont contre les mutilations génitales féminines et sont impliqués dans le mouvement pour éradiquer sa pratique.

Si les personnes ayant le pouvoir et l’autorité dans un lieu croient et conviennent que les MGF devraient prévaloir, il est difficile de les prévenir. Les gens qui peuvent insister sur sa continuation comprennent les chefs locaux, les chefs religieux, les praticiens de la MGF et de la circoncision, et certains professionnels de la santé.

MGF: une question de droits de l’homme

Le logo de la Journée internationale de tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines, avec une lame de globe et de rasoir.

La plupart des pays considèrent les mutilations génitales féminines comme une violation des droits humains des femmes et une forme extrême de discrimination contre les femmes dans la communauté.

Comme la plupart des procédures sont appliquées aux jeunes filles, elles constituent également une violation des droits de l’enfant. L’OMS écrit:

« Les mutilations génitales féminines portent également atteinte aux droits à la santé, à la sécurité et à l’intégrité physique, au droit de ne pas être soumis à la torture et aux traitements cruels, inhumains ou dégradants, et au droit à la vie. »

En 2008, l’Assemblée mondiale de la santé a adopté une résolution sur l’élimination des mutilations génitales féminines, appelant à l’action de tous les acteurs de la justice, des affaires féminines, de l’éducation, des finances et de la santé.

Interdiction mondiale des mutilations génitales féminines

En 2012, les Nations Unies ont adopté une résolution interdisant les MGF dans le monde, déclarant que «toutes les mesures nécessaires, y compris l’adoption et l’application de lois interdisant les MGF et protégeant les femmes et les filles contre cette forme de violence.

Alors que l’intervention est un peu plus sûre lorsqu’elle est effectuée par un médecin, l’OMS exhorte les professionnels de la santé à ne pas pratiquer de MGF.

Reclassement

La volonté de l’interdire n’a pas significativement réduit son incidence. Plus récemment, certains chercheurs ont proposé d’assouplir l’approche et de la reclasser en ce qu’ils appellent «l’altération génitale féminine». Interdire la pratique, disent-ils, peut la rendre souterraine et la rendre plus dangereuse. Afin de respecter les différences culturelles tout en protégeant la santé des femmes, ils proposent de classer les interventions en fonction de leur effet plutôt que de la procédure à suivre.

Ils suggèrent d’accepter des procédures minimales qui n’entraînent pas de risques pour la santé à long terme. Ils disent que cette approche est «culturellement sensible, ne fait pas de discrimination fondée sur le sexe et ne viole pas les droits humains». Cependant, les enquêtes montrent que, dans les pays où les MGF sont courantes, la plupart des femmes âgées de 15 à 49 ans pensent que les MGF devraient cesser.

Like this post? Please share to your friends: