Qu’est-ce que la phencyclidine (PCP) ou la poussière d’ange?

La phencyclidine, ou PCP, également connue sous le nom de «poussière d’ange», est une drogue psychédélique illégale qui induit des hallucinations et produit un sentiment de détachement de soi et de son environnement.

Initialement développé dans les années 1950 en tant qu’anesthésique chirurgical, le médicament a été rapidement arrêté après qu’il a été trouvé pour provoquer l’agitation et la manie, les hallucinations, et la pensée irrationnelle chez les patients après son utilisation.

Les effets psychiatriques varient considérablement, mais il est considéré comme dangereux, et son utilisation a été liée à des actions violentes et agressives, à la psychose et à un risque de mort accidentelle. Une surdose peut être mortelle.

Faits rapides sur PCP

Voici quelques points clés sur PCP. Plus de détails sont dans l’article principal.

  • Le PCP est un médicament hallucinogène de grade II. Un hallucinogène modifie la perception sensorielle, l’humeur et les schémas de pensée.
  • Il a des effets psychologiques et a été associé à des comportements bizarres, violents et psychotiques.
  • L’arrêt brutal de l’utilisation du PCP entraînera des symptômes de sevrage, notamment un état de manque et une dépression.
  • L’hospitalisation est souvent nécessaire pour aider quelqu’un à cesser d’utiliser le PCP.

Qu’est ce que le PCP?

Hallucination

Le PCP est apparu sur le marché dans les années 1950 en tant qu’anesthésique et tranquillisant connu sous le nom de Sernyl. Il a été abandonné en 1967 et limité à l’usage vétérinaire seulement.

En 1979, la fabrication légale de PCP aux États-Unis (États-Unis) a été suspendue.

Il s’agit maintenant d’une substance contrôlée Annexe II aux États-Unis, car elle présente un potentiel élevé d’abus et peut entraîner une dépendance psychologique ou physique grave. Une personne peut être emprisonnée pour l’avoir fabriquée, distribuée, détenue et utilisée.

Il est fait illégalement dans des laboratoires secrets, avec des dizaines d’analogues (médicaments qui sont chimiquement similaires) disponibles dans la rue. On pense qu’il est fabriqué principalement aux États-Unis (États-Unis), principalement dans le sud de la Californie, mais il est distribué dans tout le pays.

Voici les noms de rue pour PCP:

  • poussière d’ange
  • Tranquillisant d’éléphant
  • Liquide d’embaumement
  • Porc
  • Ozone
  • Wack
  • Articulations meurtrières
  • La pilule PeaCe
  • Carburant de fusée
  • Supergrass

Le PCP est une poudre blanche, cristalline et amère qui se dissout rapidement dans l’eau ou l’alcool. Il se trouve également sous forme de comprimé ou de capsule.

Les utilisateurs peuvent fumer, renifler, avaler ou injecter du PCP. Les plantes à feuilles telles que la menthe, le persil ou la marijuana sont souvent pulvérisées avec le produit chimique, ou un joint roulé est trempé dans une solution de PCP, puis fumé.

Que se passe-t-il quand quelqu’un prend du PCP?

PCP affecte plusieurs systèmes de neurotransmetteurs dans le cerveau. Il inhibe la recapture de la dopamine, de la norépinéphrine et de la sérotonine.

Il inhibe également l’action du glutamate en bloquant les récepteurs NMDA, qui sont responsables de la sensation de douleur, des émotions, de l’apprentissage et des fonctions de la mémoire.

L’interruption de ces récepteurs permet au cerveau de se déconnecter des expériences sensorielles normales, ou «réalité». À des doses plus élevées, cependant, il peut également exciter ces récepteurs.

Une dose typique est de 5 à 10 milligrammes, et 10 mg ont été rapportés pour provoquer la stupeur. Les effets sont ressentis 30 à 60 minutes après l’ingestion orale, ou quelques minutes après le tabagisme. Les effets immédiats durent de 4 à 6 heures, mais un retour à l’état normal peut prendre jusqu’à 24 heures.

Cependant, parce que le médicament est fabriqué illégalement dans des conditions incontrôlées, il n’y a aucun moyen de savoir quelle quantité est prise ou quel en sera l’effet.

Effets à court terme

Les effets de PCP varient, selon la quantité de médicament actif pris et comment il est pris.

Un individu peut utiliser le PCP parce qu’il produit de l’euphorie, des effets psychédéliques et un sentiment de calme. Cependant, ils peuvent éprouver des effets qu’ils ne veulent pas.

Peu après avoir pris une faible dose, il peut y avoir une augmentation de la pression artérielle, de la température corporelle et de la fréquence cardiaque.

Une dose plus importante aura l’effet inverse, réduisant la pression artérielle, la fréquence cardiaque et la respiration.

Le PCP peut faire éprouver une personne:

  • euphorie
  • distorsion du son, de l’image et du corps
  • dépersonnalisation ou sentiments de détachement
  • perte d’équilibre et de coordination
  • perte de sensation et incapacité à ressentir de la douleur
  • anxiété aiguë, agitation et sautes d’humeur
  • sentiments de malheur imminent
  • engourdissement dans les bras et les jambes

D’autres personnes peuvent remarquer que l’utilisateur montre:

  • mauvaise coordination et démarche instable
  • yeux injectés de sang et mouvements oculaires rapides
  • discours confus ou brouillé, ou difficulté à parler
  • confusion et désorientation
  • un regard vide
  • stupeur ou manque de mouvement
  • combativité ou agression
  • comportement bizarre

Ils peuvent être baver.

Cela peut aussi conduire à:

  • muscles rigides
  • délires
  • amnésie, ou perte de mémoire
  • frissons et transpiration
  • rythme cardiaque irrégulier et une pression artérielle basse
  • taux de respiration réduit
  • des étourdissements, des nausées et des vomissements

Des doses élevées peuvent conduire à:

  • crises d’épilepsie
  • coma
  • des dommages aux muscles squelettiques, connus sous le nom de rhabdomyolyse.
  • décès

Un jugement médiocre et des capacités de raisonnement, une psychose, une paranoïa et une action autodestructrice ou violente peuvent survenir chez ceux qui sont déjà prédisposés à ces comportements. La personne peut développer un type de psychose similaire à celui observé dans la schizophrénie.

Un sentiment de super force et d’invulnérabilité, combiné à l’incapacité de ressentir de la douleur et un mauvais jugement, peut entraîner des blessures graves.

Les utilisateurs de PCP sont souvent amenés aux salles d’urgence à cause des effets psychologiques graves de la drogue et des comportements violents ou suicidaires.

L’ingestion de PCP avec d’autres dépresseurs du système nerveux central (SNC), tels que l’alcool ou les tranquillisants sur ordonnance, peut entraîner un coma.

Un empoisonnement grave au PCP peut également se produire si un individu, lorsqu’il tente de cacher le médicament aux autorités, ingère par erreur de grandes quantités en raison de la bourre corporelle ou de l’emballage.

Les effets peuvent être difficiles à prévoir, car la production et la vente sont illégales et ne sont donc pas contrôlées.

Risques à long terme pour la santé

Les effets à long terme comprennent:

  • bégaiement et difficulté à parler
  • problèmes de raisonnement et de mémoire
  • anxiété et dépression
  • pensées suicidaires
  • isolement social et retrait
  • flashbacks

Ceux-ci peuvent durer jusqu’à un an.

Certaines personnes peuvent éprouver des flashbacks et des hallucinations pendant une longue période après avoir utilisé le PCP. Ceci est connu comme le trouble perceptif persistant induit par l’hallucinogène (HPPD).

La psychose toxique peut également se développer, provoquant l’hostilité, la paranoïa et les illusions chez les utilisateurs.

Ces problèmes peuvent persister jusqu’à un an ou plus après qu’un individu a cessé d’utiliser le PCP.

La dépendance peut également se développer, comme une personne développe une tolérance à la drogue. La toxicomanie et les problèmes de santé mentale connexes compliquent le fonctionnement social, financier et professionnel. Cela peut entraîner d’autres complications.

Retrait et traitement

La première étape vers le retrait du PCP est de chercher une thérapie de soutien.

L’arrêt soudain du PCP peut produire des symptômes de sevrage. Toute personne cherchant à se rétablir de l’utilisation du PCP aura besoin d’une surveillance médicale et éventuellement d’une hospitalisation.

Les symptômes de sevrage comprennent:

  • envie
  • confusion
  • dépression

Bien que pénible, le retrait du PCP ne met pas la vie en danger. Cependant, le rétablissement prend du temps, car la personne aura besoin de soutien pour apprendre les compétences nécessaires à une vie sans drogue.

Ceux qui ont des problèmes de comportement persistants ou des effets psychologiques pénibles peuvent avoir besoin d’une évaluation psychiatrique et d’un traitement pour des problèmes de santé mentale.

Le comportement d’une personne utilisant le PCP peut être dangereux pour elle-même et pour les autres. Il est important que la personne demande de l’aide, ou que ses proches interviennent, si possible.

Il peut être utile de demander à une personne formée professionnellement d’approcher l’être cher, car il peut être difficile pour les familles d’intervenir.

Un traitement avec un centre de désintoxication ou un professionnel de la toxicomanie est recommandé.

La ligne de fond

L’étendue de l’utilisation du PCP semble être en baisse. En 1979, 13% des lycéens ont déclaré avoir essayé le PCP. En 1990, ce chiffre était tombé à 3%.

Les résultats d’une enquête nationale sur l’usage de drogues et la santé, publiée par SAMHSA (Administration de la toxicomanie et des services de santé mentale), montrent qu’en 2015, 0,2% des jeunes de 12 à 17 ans l’avaient déjà essayé.

Malgré cette baisse d’utilisation, le PCP est toujours un sujet de préoccupation pour les autorités sanitaires et les agences pharmaceutiques.

Quiconque est préoccupé par la consommation de substances devrait en parler à son médecin de premier recours. Un médecin peut vous aider si un traitement médical est nécessaire, et il peut également orienter une personne vers des services locaux ou des groupes de soutien.

Le site Web de SAMHSA peut vous diriger vers des lignes d’assistance et d’autres aides.

Like this post? Please share to your friends: