Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Qu’est-ce que la schizophrénie catatonique?

Catatonie se réfère à un ensemble de symptômes qui pourraient se développer chez certains patients atteints de schizophrénie. Il peut inclure des périodes où l’individu bouge très peu et ne répond pas aux instructions.

À l’autre extrémité de l’extrême, l’individu peut démontrer une activité motrice considérée comme «excessive» et «particulière», comme l’écholalie (imitant les sons) ou l’échopraxie (mouvements imitant). C’est ce qu’on appelle l’excitation catatonique.

Dans cet article, nous examinerons les symptômes de la schizophrénie catatonique, ses causes, son diagnostic et la manière dont elle est traitée.

Faits rapides sur la schizophrénie catatonique

Voici quelques points clés sur la schizophrénie catatonique. Plus de détails et d’informations à l’appui sont dans l’article principal.

  • La catatonie ne survient que chez certaines personnes atteintes de schizophrénie
  • Les symptômes peuvent impliquer basculer entre l’hyperactivité et sous activité
  • Les facteurs de risque de schizophrénie catatonique sont les mêmes que ceux de la schizophrénie en général
  • Il existe maintenant un certain nombre de traitements efficaces pour les symptômes de la schizophrénie catatonique

Les symptômes de la schizophrénie catatonique

[Femme atteinte de schizophrénie]

La schizophrénie catatonique est beaucoup plus rare qu’elle ne l’était par le biais de traitements améliorés. Les états catatoniques sont maintenant plus susceptibles de se trouver dans des types de maladie mentale autres que la schizophrénie, tels que le développement neurologique (conditions qui affectent les enfants pendant le développement de leur système nerveux), les troubles bipolaires psychotiques ou les troubles dépressifs.

Les personnes atteintes de catatonie peuvent basculer entre l’activité motrice diminuée et excessive.

Avec des traitements modernes, les patients atteints de schizophrénie catatonique peuvent gérer leurs symptômes plus facilement, ce qui rend la probabilité de mener une vie plus heureuse et plus saine beaucoup plus grande.

Le tableau clinique de la catatonie est dominé par au moins trois des symptômes suivants:

  • Stupeur – pas d’activité psychomotrice, pas d’interaction avec l’environnement
  • Catalepsie – comprend l’adoption de postures inhabituelles
  • Flexibilité cireuse – si un examinateur place le bras du patient dans une position, il maintiendra cette position jusqu’à ce qu’il soit à nouveau déplacé.
  • Mutisme – réponses verbales limitées
  • Négativisme – peu ou pas de réponse aux instructions ou aux stimuli externes
  • Posture – maintien actif d’une posture contre la gravité
  • Maniérisme – effectuer des actions étranges et exagérées
  • Stéréotypie – mouvements répétitifs sans raison apparente
  • Agitation – pour aucune raison connue
  • Grimaçant
  • Echolalia – imiter le discours d’une autre personne
  • Echopraxie – imitant les mouvements d’une autre personne

Sans traitement approprié, un épisode catatonique peut persister pendant des jours, voire des semaines.

Symptômes de la schizophrénie

En dehors de ce qui précède, le patient peut également avoir les symptômes suivants de la schizophrénie:

  • Délires – Le patient peut croire qu’ils sont persécutés. Alternativement, ils peuvent penser qu’ils ont des pouvoirs et des cadeaux extraordinaires.
  • Les hallucinations – en particulier les voix qui entendent (hallucinations auditives), mais les hallucinations peuvent inclure visuelle (voir des choses qui ne sont pas là) ou des hallucinations impliquant tout autre système sensoriel.
  • Trouble de la pensée – en parlant, la personne peut sauter d’un sujet à l’autre sans raison logique. Le discours du patient pourrait être embrouillé et impossible à comprendre.
  • Manque de motivation (avolition) – le patient perd son énergie. Ils abandonnent les activités quotidiennes, comme le lavage et la cuisine.
  • Mauvaise expression des émotions – ils peuvent ne pas répondre aux événements heureux ou tristes, ou peuvent réagir de façon inappropriée.
  • Le retrait social – lorsqu’un patient atteint de schizophrénie se retire socialement, c’est souvent parce qu’il croit que quelqu’un va lui faire du mal.
  • Inconscients de la maladie (aussi appelée «insight pauvres») – parce que les hallucinations et les délires semblent si réels pour le patient, beaucoup ne croient pas qu’ils sont malades.
  • Les difficultés cognitives – la capacité du patient à se concentrer, à se rappeler des choses, à planifier à l’avance et à s’organiser est affectée et la communication devient plus difficile.

Les patients présentant les symptômes de la schizophrénie catatonique ne sont généralement pas en mesure d’obtenir de l’aide médicale par eux-mêmes. Souvent, c’est un membre de la famille ou un ami qui cherche de l’aide médicale.

Facteurs de risque de schizophrénie catatonique

Les facteurs de risque pour la schizophrénie catatonique sont les mêmes que pour les autres sous-types de schizophrénie, ils comprennent:

  • Génétique – les personnes ayant des antécédents familiaux de schizophrénie ont un risque plus élevé de le développer elles-mêmes.
  • Infection virale – Certaines études récentes suggèrent que les infections virales peuvent prédisposer l’enfant au développement de la schizophrénie.
  • Malnutrition fœtale – Si le fœtus souffre de malnutrition pendant la grossesse, il existe un risque plus élevé de développer la schizophrénie.
  • Stress au début de la vie – un stress sévère au début de la vie peut contribuer au développement de la schizophrénie. Les expériences stressantes se produisent souvent juste avant que la schizophrénie n’apparaisse.
  • Violence ou traumatisme infantile.
  • Âge des parents à la naissance – les parents plus âgés ont un risque plus élevé d’avoir des enfants qui développent la schizophrénie.
  • Médicaments – l’utilisation de médicaments qui affectent l’esprit pendant l’adolescence peut augmenter le risque de développer la schizophrénie.

Causes de la schizophrénie catatonique

Personne n’est sûr de savoir quelles sont les causes de la schizophrénie catatonique. La recherche indique que la plupart des formes de schizophrénie sont causées par un dysfonctionnement cérébral, nous ne savons tout simplement pas pourquoi ce dysfonctionnement cérébral se produit. Très probablement, il est causé par une combinaison de facteurs génétiques et environnementaux, tels que le stress.

Les experts estiment qu’un déséquilibre de la dopamine, un neurotransmetteur, est impliqué dans l’apparition de la schizophrénie. Ils croient que ce déséquilibre est probablement causé par des gènes qui rendent quelqu’un sensible à la maladie. Certains chercheurs disent que les niveaux d’autres neurotransmetteurs, comme la sérotonine, pourraient également être impliqués.

Diagnostic de la schizophrénie catatonique

[Docteur examinant les scans du cerveau]

Un médecin qui soupçonne un patient d’avoir une schizophrénie catatonique recommandera une série de tests médicaux et psychologiques pour aider au diagnostic; ceux-ci pourraient inclure:

  • Examen physique: la taille, le poids, la fréquence cardiaque, la pression artérielle et la température du patient sont vérifiés. Le médecin va écouter le cœur et les poumons et vérifier l’abdomen.
  • CBC (numération globulaire complète) – pour vérifier l’alcool et les drogues, ainsi que la fonction thyroïdienne.
  • IRM ou scanner – le but est de rechercher toute anomalie dans la structure cérébrale.
  • EEG (électroencéphalogramme) – pour vérifier la fonction cérébrale.
  • Évaluation psychologique – un psychiatre interrogera le patient (si possible) sur ses pensées, ses sentiments et ses comportements. Ils discuteront des symptômes, de leur début, de leur gravité et de leur impact sur la vie du patient. Ils vont également demander si le patient a des pensées de se faire du mal ou d’autrui.

Il peut être long de diagnostiquer avec précision la schizophrénie catatonique. D’autres conditions, comme la manie, le trouble épileptique, la toxicomanie, et la dépression sévère partagent des symptômes avec la schizophrénie catatonique et doivent être exclues en premier.

Options de traitement pour la schizophrénie catatonique

La schizophrénie est une affection qui dure toute la vie, bien que les symptômes catatoniques puissent ne pas persister. Les patients atteints de schizophrénie doivent être traités de façon permanente. même lorsque les symptômes semblent avoir disparu et que le patient croit qu’ils sont meilleurs. Le traitement est essentiellement le même pour toutes les formes de schizophrénie.

Les méthodes varient en fonction d’un certain nombre de facteurs, y compris la gravité et les types de symptômes, la santé du patient et son âge.

Des médicaments

  • Benzodiazépines – cette classe de médicaments agissent comme des tranquillisants et sont plus couramment utilisés pour la schizophrénie catatonique. Le médicament agit rapidement et peut être administré par voie intraveineuse (injecté dans une veine). Il y a un risque de dépendance si on l’utilise depuis longtemps. Le patient peut devoir prendre ce médicament pendant plusieurs jours ou semaines.
  • Barbituriques – ces médicaments sont appelés dépresseurs ou sédatifs. Ils suppriment le système nerveux central. Leurs effets vont de la sédation légère à l’anesthésie totale. Les barbituriques soulagent rapidement les symptômes de la catatonie. S’il est utilisé depuis longtemps, il existe un risque de dépendance. Ce médicament est utilisé pour traiter la schizophrénie catatonique moins souvent que les barbituriques.
  • Les antidépresseurs et les psychotropes – les personnes atteintes de schizophrénie catatonique ont souvent d’autres problèmes de santé mentale, comme la dépression.

D’autres traitements

ECT (électroconvulsivothérapie) – c’est une procédure dans laquelle un courant électrique est envoyé à travers le cerveau pour produire des crises contrôlées (convulsions). ECT est utilisé pour les patients catatoniques qui n’ont pas répondu à des médicaments ou d’autres traitements. Les effets secondaires peuvent inclure une perte de mémoire à court terme.

Hospitalisation – cela peut être nécessaire pendant les épisodes graves. Les patients sont plus en sécurité dans un environnement hospitalier; ils sont plus susceptibles d’avoir une nutrition, un sommeil et une hygiène adéquats, ainsi que le bon traitement.

Psychothérapie – pour les patients atteints de schizophrénie catatonique, les médicaments sont la partie principale du traitement; cependant, la psychothérapie peut être utile, mais si les symptômes sont graves, la psychothérapie peut ne pas être appropriée.

La formation aux compétences sociales et professionnelles – cela peut aider le patient à vivre de manière autonome – est essentielle au rétablissement du patient. Le thérapeute peut aider le patient à apprendre une bonne hygiène, à préparer des repas nutritifs et à avoir une meilleure communication. Il peut également être possible de trouver du travail, un logement et de se joindre à des groupes d’entraide.

Conformité (adhésion) – la conformité ou l’observance en médecine signifie prendre le médicament au bon moment et aux bonnes doses. Malheureusement, le manque de conformité est un problème majeur pour les patients atteints de schizophrénie. Les patients peuvent arrêter de prendre leurs médicaments pendant de longues périodes, interférant de manière significative avec leurs vies et la vie des gens autour d’eux.

Complications de la schizophrénie catatonique

La schizophrénie catatonique non traitée peut causer des problèmes de santé, financiers, comportementaux et juridiques – ces problèmes peuvent affecter chaque partie de la vie du patient. Les complications peuvent inclure:

  • Dépression, pensées suicidaires, comportement suicidaire – un nombre important de patients atteints de schizophrénie ont des périodes de dépression.
  • Malnutrition.
  • Problèmes d’hygiène
  • La toxicomanie – qui peut inclure l’alcool, les médicaments sur ordonnance et les drogues illicites.
  • Incapacité de trouver ou de conserver un emploi, ce qui entraîne la pauvreté et l’itinérance.
  • Prison.
  • Conflits familiaux graves.
  • Incapacité d’étudier ou de fréquenter l’école et d’autres établissements d’enseignement.
  • Être victime ou auteur de crime.
  • Maladies liées au tabagisme.
Like this post? Please share to your friends: