Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Qu’est-ce que le syndrome de Munchausen par procuration?

Le trouble factice imposé à un autre, peut-être mieux connu sous le nom de syndrome de Munchausen par procuration, est une forme d’abus dans lequel une personne fabrique une maladie pour une personne à charge et lui fait subir un traitement médical inutile.

La relation implique généralement, mais pas toujours, une mère et son enfant.

Le terme Syndrome de Munchausen par procuration (MSBP) a été nommé d’après le Baron Munchausen, une figure littéraire aristocratique de l’Allemagne du XVIIIe siècle, réputée pour ses grandes histoires.

Le nom correct pour MSBP est maintenant un trouble factice imposé à un autre (FDIA). Si la personne invente la maladie pour elle-même, c’est un trouble factice imposé à soi-même (FDIS). Le trouble a également été connu sous le nom de maladie fabriquée (FI).

FDIA: un problème de santé mentale

Le trouble factice est classé comme une maladie mentale.

[mère et enfant chez les médecins]

Une personne avec FDIS essaie d’attirer l’attention en étant le patient.

La personne avec FDIA attire l’attention en prenant soin de quelqu’un, habituellement son propre enfant, qui est malade. Elle reçoit des éloges pour son dévouement au cours des nombreuses hospitalisations que le «patient» traverse, et utilise l’enfant malade pour développer des relations avec les médecins et les travailleurs de la santé.

Le premier cas de maladie fabriquée a été enregistré en 1951 et le premier cas «par procuration» remonte à 1976.

La fréquence de ce phénomène reste incertaine, en partie à cause du secret exercé par ceux qui souffrent du trouble. Une estimation suggère que 2 enfants sur 100 000 peuvent l’éprouver.

Parfois, ce n’est pas la mère mais le père qui a le FDIA et le receveur n’est peut-être pas un enfant, mais un adolescent plus âgé, une personne âgée d’une vingtaine d’années ou un adulte vulnérable, comme une personne âgée dépendante d’un soignant.

La personne atteinte de la maladie a souvent des antécédents d’abus ou d’autres problèmes de santé mentale.

Le fait que l’agresseur semble se soucier grandement de sa personne à charge rend plus difficile la détection de la tromperie.

Pour soutenir les affirmations selon lesquelles l’enfant est malade lorsqu’aucune maladie n’est présente, la personne atteinte de FDIA peut inventer des signes et des symptômes. Ils peuvent dire que l’enfant a des convulsions, un trouble de l’alimentation, de la douleur, des allergies ou du TDAH, lorsque ce n’est pas vrai.

Sinon, ils peuvent rendre l’enfant malade en leur faisant avaler une substance, en leur injectant quelque chose pour les rendre malades ou en les étouffant.

Cela peut être fatal.

Symptômes

Si un enfant a des maladies répétées et inexpliquées, ou des maladies multiples, si les symptômes n’apparaissent que lorsque le parent est présent, et si le parent semble en savoir beaucoup sur les médicaments, même s’ils n’ont pas de formation préalable dans le domaine des soins de santé, être des signes de FDIA.

Pendant que l’enfant est à l’hôpital, le parent peut rester avec eux tout le temps et bien s’occuper d’eux, mais ils peuvent sembler moins préoccupés par le bien-être de l’enfant que les professionnels de la santé.

L’autre parent a tendance à ne pas participer aux soins de l’enfant, ou leur participation est minime.

Le parent peut beaucoup parler à l’équipe médicale et essayer de développer une relation amicale, mais s’il est contesté, il peut devenir agressif, conflictuel et peut-être abusif.

Le parent peut souhaiter que l’enfant subisse des tests que la plupart des parents n’accepteraient que si cela est absolument nécessaire. Ils peuvent encourager les médecins à effectuer des tests et des procédures douloureuses pour l’enfant.

Des documents ou d’autres sources peuvent indiquer que la mère a fréquemment changé de médecin ou a visité différents hôpitaux pour le traitement de son enfant.

Les modèles d’abus

Les cas de FDIA se classent dans l’une des six catégories de formes d’abus, allant de moins sévères à extrêmement graves.

Quelqu’un avec la condition peut:

  1. Inventer des signes et des symptômes et altérer les résultats des tests, pour encourager le diagnostic d’une maladie
  2. Délibérément ne pas fournir à l’enfant des nutriments
  3. Déclencher délibérément des symptômes, tels que l’application d’un produit chimique sur la peau pour provoquer une éruption cutanée ou une irritation, mais sans inclure l’étouffement ou l’empoisonnement
  4. Utilisez un poison à faible toxicité sur l’enfant, par exemple, un laxatif pour provoquer la diarrhée
  5. Utiliser un poison à toxicité élevée sur l’enfant, par exemple, de l’insuline pour induire une hypoglycémie, ou un taux de sucre dans le sang excessivement bas
  6. Faire perdre conscience à l’enfant en l’étouffant délibérément.

Les symptômes fabriqués les plus communs incluent:

  • Convient, ou saisies
  • Évanouissement
  • Apnée, impliquant des accès d’essoufflement
  • Hyperactivité, difficultés d’apprentissage et autres symptômes psychologiques
  • Asthme
  • Vomissement
  • La diarrhée
  • Allergies et éruptions cutanées.

Un enfant qui subit un FDIA est exposé à des abus continus, avec une chance de sérieux dommages psychologiques. L’enfant est désavantagé par de multiples hospitalisations et en danger physique par des procédures chirurgicales et des tests inutiles.

Causes

Les causes exactes du FDIA ne sont pas claires, mais les experts croient qu’une expérience traumatique passée dans la vie de l’agresseur peut jouer un rôle. Dans certains cas, il provient d’un trouble de la personnalité.

Certains troubles de la personnalité sont liés à un événement ou à une expérience traumatique de l’enfance.

Certaines mères impliquées dans la FDIA peuvent avoir été victimes de négligence ou d’abus lorsqu’elles étaient enfants, avoir subi une perte tragique d’un membre de leur famille ou avoir été élevées dans des familles dysfonctionnelles.

Diagnostic

Il est très difficile de détecter un cas de FDIA, car il est extrêmement rare, et les médecins peuvent normalement s’attendre à ce que les parents disent la vérité sur la santé de leur enfant.

[enfant à l'hôpital]

Si un médecin soupçonne un cas de FDIA, il renvoie généralement le cas à un pédiatre expérimenté, qui examine ensuite la preuve médicale pour déterminer si les signes et les symptômes de l’enfant ont une explication clinique.

Si l’enfant est assez âgé, le médecin peut essayer de lui parler seul, mais cela peut être difficile parce que le parent a tendance à rester à côté de l’enfant tout le temps.

L’équipe médicale vérifiera à nouveau les échantillons de sang et d’urine afin de détecter les substances ajoutées, y compris les médicaments non prescrits, les toxines ou le sang dans les échantillons d’urine.

L’affaire peut alors être transmise à la police et aux services sociaux, et l’enfant peut être retiré du parent pour être pris en charge par d’autres adultes, en fonction du niveau de risque.

Traitement

Le traitement implique deux patients, le soignant et l’enfant.

Le soignant recevra une psychothérapie intensive et une thérapie familiale.

La psychothérapie se concentrera sur les raisons pour lesquelles la mère a décidé de simuler ou d’induire des symptômes et des maladies chez l’enfant, puis de chercher des moyens de résoudre le problème. Cela inclura l’apprentissage pour former des relations qui ne sont pas associées à la maladie.

La thérapie familiale se penche sur les tensions familiales et les compétences parentales et cherchera à rétablir la relation entre l’enfant et le soignant.

Les patients qui acceptent qu’ils ont un problème peuvent normalement être traités avec succès.

Récupération pour l’enfant

Si un cas de FDIA est établi, une équipe médicale travaillera pour ramener l’enfant en bonne santé, éventuellement suivi par un conseil à long terme pour aider à surmonter le traumatisme et le stress causés par l’abus.

Il y a peu de recherches sur ce qui arrive aux gens après ce genre d’expérience, mais les études suggèrent que les enfants peuvent connaître des retards de développement, des problèmes de comportement et de l’anxiété. Des problèmes d’attention ont été notés.

L’enfant peut avoir manqué la scolarité en raison du temps passé dans les soins médicaux. Ils peuvent continuer à croire qu’ils sont vraiment malades, et ils peuvent avoir besoin d’aide psychiatrique plus tard dans la vie.

Une étude menée en 1995 auprès de 10 adultes dont la mère avait une AFD a signalé qu’ils se sentaient mal aimés et dangereux lorsqu’ils grandissaient, et qu’ils avaient des problèmes émotionnels et physiques. À l’âge adulte, ils éprouvaient de l’insécurité et des symptômes de stress post-traumatique, et ils évitaient les traitements médicaux.

Selon un expert, la personne aura besoin « d’années de thérapie et de soutien ».

Il existe également des forums de discussion en ligne pour les personnes ayant vécu cette expérience durant leur enfance.

Like this post? Please share to your friends: