Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Qu’est-ce que le syndrome douloureux régional complexe?

Le syndrome douloureux régional complexe est une maladie rare, chronique et parfois évolutive. Il s’agit d’une douleur spontanée ou évoquée dans une région ou une région du corps.

Il affecte généralement l’un des bras, des jambes, des mains ou des pieds après une blessure, mais les complications peuvent affecter tout le corps, y compris les organes internes.

Il semble être une maladie auto-immune, dans laquelle le corps réagit de façon inhabituelle à une menace perçue. Comme le système immunitaire se bat pour défendre le corps, l’inflammation se produit.

Les symptômes qui distinguent la douleur du syndrome douloureux régional chronique (SDRC) de celui des autres types de douleur sont des signes autonomes et inflammatoires tels que des changements dans la couleur de la peau, la température ou la transpiration.

Une personne qui développe une SDRC après avoir subi une blessure peut constater qu’elle ressent une douleur plus sévère que celle qu’elle aurait normalement provoquée avec une telle blessure.

Le SDRC peut toucher des personnes de tout âge, mais il apparaît généralement entre 40 et 70 ans, et il est plus fréquent chez les femmes.

La gravité varie d’auto-limitant et léger à sévère et débilitante.

Les types

Douleur brûlante

La sévérité et la fréquence des symptômes varient considérablement. Certaines personnes ont des épisodes répétés, tandis que d’autres constatent que les symptômes disparaissent pour toujours après quelques mois.

Il y a deux types de CRPS:

Type 1: Une blessure apparemment insignifiante, telle qu’une fracture ou une entorse à la cheville, s’est produite, mais sans lésion nerveuse confirmée. Ce type était auparavant connu sous le nom de dystrophie sympathique réflexe.

Type 2: Cela peut apparaître après la fracture d’un os, la chirurgie ou après une infection grave. Il y a des preuves évidentes de lésions nerveuses. Ce type était auparavant connu sous le nom de causalgie.

Cependant, le débat sur la classification de ces types est en cours. Puisque la lésion nerveuse est parfois trouvée chez les personnes de type 1, l’Institut national des troubles neurologiques et des maladies (NINDS) note que la distinction entre les deux catégories peut être supprimée à un moment donné.

Certains experts suggèrent que le type 1 n’est pas du tout un SDRC, mais qu’il s’agit d’une réaction normale ou du résultat d’un traitement reçu après un traumatisme.

Symptômes

Les symptômes comprennent une douleur sévère et continue, souvent partielle ou totale d’un membre. Il a été décrit comme « brûlant » ou une combinaison de brûlures et de chocs électriques.

La douleur peut irradier

Si le SDRC survient après une blessure, la douleur de la blessure peut être exceptionnellement grave. Par exemple, une entorse à la cheville peut déclencher une sensation de brûlure insupportable. La douleur peut ne pas être limitée à la zone où la blessure s’est produite.

Les dommages causés à un orteil ou à un doigt, par exemple, peuvent entraîner des douleurs dans tout le membre ou même une douleur à l’extrémité opposée.

La partie affectée peut devenir hypersensible. Toucher, heurter ou exposer le membre à des changements de température peut causer une douleur intense.

Une atrophie musculaire peut se produire si le patient arrête d’utiliser le membre à cause de la douleur.

Il peut également y avoir:

  • changements de la température de la peau
  • rétention d’eau (œdème) et transpiration
  • changements dans la couleur de la peau, provoquant des taches ou des stries, allant du très pâle au rose, et peut-être avec une teinte bleue
  • changements au doigt et aux ongles
  • texture de peau mince et brillante
  • croissance anormalement rapide ou lente des ongles et des poils
  • articulations douloureuses, raides et enflammées
  • difficulté à coordonner le mouvement musculaire
  • mouvement inhabituel dans le membre

Le membre peut être fixé dans une position anormale ou peut éprouver des mouvements tels que des secousses ou des tremblements.

La mobilité peut être réduite, car il devient difficile de déplacer la partie affectée.

Causes

Comme mentionné ci-dessus, le SDRC peut se développer à la suite d’une blessure ou d’une intervention chirurgicale. La cause exacte n’est pas claire, mais plusieurs mécanismes peuvent être impliqués.

La recherche publiée en 2005 énumère les mécanismes probables comme:

  • libération de cytokines liée au traumatisme, substances produites par le système immunitaire
  • inflammation exagérée dans le système nerveux
  • les changements au système nerveux qui causent la douleur de continuer

Certaines personnes peuvent avoir une anomalie existante dans les nerfs périphériques qui les rendent plus sensibles si des dommages surviennent. Si la personne subit une blessure, elle peut y réagir différemment de la plupart des gens.

Certaines théories proposent que l’inflammation et les changements dans le cerveau et les systèmes nerveux sympathiques, périphériques et spinaux, aggravés par l’immobilité, peuvent contribuer.

La SCRP ne résulte pas toujours d’une blessure évidente. Cela peut arriver en raison de dommages survenus à l’interne, comme un problème de vaisseau sanguin.

Si la SCRP survient chez des membres de la même famille, elle peut être plus grave, ce qui suggère que les facteurs génétiques peuvent jouer un rôle ou rendre certaines personnes plus vulnérables.

Diagnostic

Si un patient demande de l’aide médicale, et qu’ils peuvent avoir des SDRC, le médecin demandera à propos de leurs antécédents médicaux et recherchera des articulations enflées et des changements dans la température et l’apparence de la peau.

Le diagnostic est basé sur les résultats cliniques qui excluent d’autres causes possibles.

Un certain nombre de tests diagnostiques peuvent aider à éliminer d’autres causes et à confirmer un diagnostic.

Les tests sanguins peuvent aider à exclure l’infection ou l’inflammation dans les articulations comme une cause possible des symptômes.

Les scans, tels que les ultrasons, peuvent être utilisés pour exclure un caillot de sang, connu sous le nom de thrombose veineuse profonde.

La thermographie mesure la température de la peau de certaines parties du corps. Une température cutanée élevée ou basse dans la zone affectée peut indiquer une SDRC.

Les tests d’électrodiagnostic, ou études de conduction nerveuse, impliquent la fixation de fils sur la peau et la mesure de l’activité électrique des nerfs. Des lectures anormales pourraient indiquer une lésion nerveuse et éventuellement une SDRC de type 2.

Les rayons X peuvent détecter la perte minérale dans les os à des stades ultérieurs.

Une IRM, un test sanguin ou une biopsie peuvent éliminer les problèmes sous-jacents avec les os ou les tissus.

Traitement

Il y a peu de traitement définitif pour le SDRC, et le cours est mieux déterminé par le médecin qui le traite. Le traitement précoce est le plus efficace, et il est préférable pour une clinique spécialisée dans la douleur d’évaluer et de déterminer un plan.

Le traitement peut impliquer un neurologue, un physiothérapeute et d’autres spécialistes.

Les options comprennent:

L'application de glace peut aider.

Physiothérapie: Cela peut aider les patients à améliorer la circulation sanguine, à retrouver leur amplitude de mouvements et de coordination et à prévenir le gaspillage musculaire et la contorsion des os.

Psychothérapie: La SCRP peut mener à l’anxiété et à la dépression, ce qui peut rendre la réadaptation plus difficile. Le counseling peut aider.

Médicaments: Aucun médicament n’a été approuvé pour traiter la SCRP, mais les éléments suivants peuvent aider:

  • médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels que l’ibuprofène
  • anticonvulsivants, tels que la gabapentine, pour gérer la douleur nerveuse.
  • crèmes et timbres topiques pour réduire la douleur, par exemple, des patchs de lidocaïne de 5 pour cent. Une combinaison de kétamine, de clonidine et d’amitriptyline peut réduire l’hypersensibilité.
  • les corticostéroïdes pour l’inflammation, tels que la prednisolone, mais ceux-ci devraient être utilisés avec parcimonie, car ils peuvent avoir des effets indésirables graves
  • les bisphosphonates, par exemple l’alendronate ou le pamidronate, qui empêchent la réabsorption osseuse, mais ceux-ci ne sont pas recommandés pour la pratique de routine
  • injections de toxine botulique (botox)
  • les opioïdes, par exemple, l’oxycodone, la morphine, la codéine, à utiliser strictement sous surveillance médicale, en raison du risque de dépendance
  • Les antagonistes des récepteurs N-méthyl-D-aspartate (NMDA), par exemple, le dextrométhorphane

Les médicaments sont plus susceptibles d’être efficaces s’ils sont prescrits tôt. Chaque personne est différente et une combinaison différente de traitements peut être nécessaire.

Les traitements qui restent controversés sont:

  • Des médicaments sympathiques bloquant les nerfs, tels qu’un anesthésique, peuvent être injectés pour bloquer les fibres nerveuses dans les nerfs affectés.
  • Sympathectomie chirurgicale, où un chirurgien coupe ou serre une chaîne nerveuse, pour empêcher la transmission de messages de douleur
  • La stimulation de la moelle épinière implique l’insertion de minuscules électrodes dans la moelle épinière

D’autres types de stimulation neurale qui pourraient aider incluent la stimulation magnétique transcrânienne répétitive (SMTr) et la stimulation cérébrale profonde. Ceux-ci sont moins invasifs que certains autres traitements, mais les effets ne durent pas, et ils doivent être appliqués régulièrement.

Un ergothérapeute peut déterminer comment le SDRC est susceptible d’influer sur la vie quotidienne d’un patient et peut prescrire des appareils et accessoires fonctionnels. Un psychologue peut aider le patient à vivre avec une maladie chronique et douloureuse.

Thérapies alternatives ou complémentaires qui peuvent aider à inclure:

  • acupuncture
  • techniques de relaxation, y compris le biofeedback
  • thérapie chiropratique
  • la chaleur et le froid
  • stimulation nerveuse électrique transcutanée (TENS), qui fournit un soulagement de la douleur en appliquant des impulsions électriques aux terminaisons nerveuses

Les thérapies expérimentales comprennent:

  • immunoglobuline intraveineuse, qui peut soulager la douleur jusqu’à 5 semaines
  • l’utilisation de 5 à 10 pour cent de capsaïcine, mais cela peut aggraver la douleur
  • amputation, mais ceci n’est recommandé qu’en cas d’infection
  • diméthylsulfoxyde topique (DMSO 50%), N-acétylcystéine (NAC), piégeurs de radicaux libres qui peuvent aider certains patients dans les premiers stades
  • Complications

Comme la SCRP affecte le système nerveux, elle peut entraîner une vaste gamme de complications dans tout le corps.

Les problèmes liés au SDRC comprennent:

  • douleur de poitrine
  • changements dans la façon dont le corps perçoit et gère la douleur
  • problèmes de réflexion et de mémoire
  • léthargie, fatigue et faiblesse
  • pouls rapide et palpitations cardiaques
  • problèmes de respiration
  • la rétention d’eau
  • faiblesse musculaire, perte osseuse et autres problèmes musculo-squelettiques
  • éruptions cutanées, marbrures et autres problèmes de peau
  • problèmes urologiques tels que difficulté à uriner ou incontinence
  • problèmes gastro-intestinaux, y compris les nausées, les vomissements, la diarrhée et les symptômes du syndrome du côlon irritable (SCI)
  • reflux gastro-oesophagien
  • faibles taux de cortisol et hypothyroïdie

Si la condition n’est pas traitée ou si le traitement commence tard, il peut y avoir une atrophie musculaire et une contraction de la main, des doigts ou du pied, à mesure que les muscles se contractent.

Like this post? Please share to your friends: