Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Qu’est-ce que le trouble schizo-affectif?

Le trouble schizo-affectif est un trouble psychiatrique. Il combine les symptômes de la schizophrénie et affectif, ou l’humeur, le désordre.

Selon les symptômes, le trouble schizo-affectif peut être défini de manière générale comme une schizophrénie avec une composante de l’humeur ou un trouble de l’humeur avec une psychose.

Les experts ne sont pas d’accord sur la question de savoir si le trouble schizo-affectif doit être classé comme un type de schizophrénie ou une condition distincte. Il a été décrit comme «Intermédiaire entre la schizophrénie et le trouble bipolaire, et [il] peut ne pas être une entité diagnostique séparée. »

Le trouble schizo-affectif affecte les émotions et la cognition. La cognition comprend la connaissance, la pensée, le jugement et la résolution de problèmes.

Il peut y avoir des épisodes récurrents d’humeur élevée, ou maniaque, faible ou déprimée, ou une combinaison des deux, alternant avec des traits de la schizophrénie tels que des hallucinations, des délires, des discours ou des comportements désorganisés et un manque d’expression émotionnelle. motivation.

Le patient peut «entendre des choses» et il peut avoir des idées délirantes et de la paranoïa. La parole et la réflexion peuvent être désorganisées, et elles peuvent avoir du mal à fonctionner à la fois socialement et au travail.

Selon l’Alliance nationale pour la maladie mentale (NAMI), la maladie affecte 0,3% de la population aux États-Unis.

Le traitement peut aider, mais le trouble schizo-affectif est une condition complexe, et il est plus difficile à traiter qu’un trouble de l’humeur seul.

Symptômes

[hallucination]

Les symptômes schizo-affectifs varient d’une personne à l’autre.

Les symptômes psychotiques comprennent des hallucinations, des pensées paranoïaques et une pensée désorganisée, ainsi que des troubles de l’humeur, de la dépression ou des états d’humeur maniaques.

Des symptômes psychotiques et des troubles de l’humeur peuvent survenir en même temps, ou ils peuvent alterner. Il y a généralement des cycles de gravité des symptômes.

Les symptômes peuvent entraîner un comportement antisocial et le patient peut s’isoler.

Les symptômes spécifiques comprennent:

  • Délires; croyances fixes ou fausses
  • Pensée désorganisée, confuse et peu claire
  • Pensées et perceptions inhabituelles
  • Hallucinations
  • Problèmes de mémoire
  • Idées et pensées paranoïaques
  • Périodes de dépression
  • Humeur maniaque, ou une poussée d’énergie inattendue, avec des comportements hors du caractère
  • Mauvais contrôle de la température
  • Irritabilité
  • Discours incohérent
  • Discours non pertinent
  • Problèmes d’attention
  • Comportement catatonique, dans lequel le patient répond difficilement, ou semble agité sans raison apparente
  • Manque de préoccupation pour l’hygiène personnelle ou l’apparence physique
  • Difficulté à tomber ou à rester endormi.

Les troubles de l’humeur les plus communs pour accompagner les caractéristiques de la schizophrénie sont le trouble bipolaire et la dépression.

Causes

Les causes exactes du trouble schizo-affectif ne sont pas claires, mais on pense qu’il dérive d’un déséquilibre des neurotransmetteurs sérotonine et dopamine dans le cerveau. Les neurotransmetteurs sont des produits chimiques qui aident à transmettre des signaux électroniques dans le cerveau et aident à contrôler l’humeur.

Comme la schizophrénie, on pense que le trouble schizo-affectif provient de variations qui affectent le développement du cerveau durant l’enfance.

La génétique peut jouer un rôle. Avoir un proche parent avec un trouble schizo-affectif, une schizophrénie ou un trouble de l’humeur augmente le risque de développer le trouble.

L’âge paternel avancé au moment de la conception est une cause fréquente de mutations génétiques, et il a été lié à un risque plus élevé de troubles du spectre de la schizophrénie, y compris les troubles schizo-affectifs.

Facteurs de risque

Les autres facteurs de risque qui peuvent déclencher des symptômes ou l’apparition de la maladie sont le stress et l’utilisation de médicaments psychotiques, tels que le LSD.

Selon NAMI, les hommes et les femmes développent la maladie au même rythme, mais les hommes ont tendance à montrer des symptômes à un âge plus précoce.

Diagnostic

Le diagnostic est basé sur les expériences rapportées par le patient et les anomalies de comportement rapportées par les membres de la famille, les amis et les collègues à un psychiatre, une infirmière psychiatrique, un travailleur social ou un psychologue clinicien dans une évaluation clinique.

[dépression]

Pour qu’un diagnostic de trouble schizo-affectif soit posé, un certain nombre de critères doivent être remplis. Ces critères visent à déterminer si une personne présente ou non des signes et symptômes spécifiques et pendant combien de temps.

Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) de l’American Psychological Association (APA), les critères comprennent:

  • Schizophrénie avec symptômes d’humeur
  • Un trouble de l’humeur avec des symptômes de schizophrénie
  • A la fois un trouble de l’humeur et la schizophrénie
  • Un trouble psychotique non-schizophrénie, ainsi qu’un trouble de l’humeur.

D’autres critères de l’APA comprennent des idées délirantes, des hallucinations et un discours incohérent ou désorganisé, dans lequel une personne peut sauter d’un sujet à un autre au milieu d’une phrase. Discours désordonné peut être un signe d’un trouble de la pensée formelle.

Le comportement désorganisé peut être vu dans une tenue inappropriée ou des pleurs fréquents.

Les «symptômes négatifs» peuvent inclure un déclin ou un manque d’expressivité émotionnelle, de parole et de motivation, et une incapacité à tirer du plaisir d’événements normalement considérés comme agréables, tels que manger, faire de l’exercice, interagir ou avoir des activités sexuelles.

Avant de poser un diagnostic, le médecin doit exclure d’autres problèmes médicaux généraux tels que le syndrome de Cushing, les maladies liées au VIH, l’épilepsie du lobe temporal, la neurosyphilis, les problèmes thyroïdiens ou parathyroïdiens, l’abus d’alcool, la toxicomanie et le syndrome métabolique.

Les tests sanguins peuvent exclure les problèmes thyroïdiens, les maladies chroniques et les troubles métaboliques, entre autres. L’électroencéphalographie (EEG) peut exclure l’épilepsie et un scanner pour vérifier les lésions cérébrales.

Si les idées délirantes du patient sont jugées bizarres, ou si les hallucinations consistent en au moins deux voix qui se parlent ou lorsqu’une seule voix participe à un commentaire courant des actions du patient, alors ce symptôme répond seul aux critères de diagnostic.

Sous-types

Il y a au moins deux sous-types, basés sur l’aspect de l’humeur de la maladie:

  • Type bipolaire: Un patient subit un épisode maniaque ou mixte
  • Type dépressif: Seuls les épisodes dépressifs majeurs se produisent, sans épisodes maniaques ou mixtes.

La distinction entre le trouble schizo-affectif, la schizophrénie et le trouble de l’humeur peut être difficile. Dans le trouble schizo-affectif, les symptômes de l’humeur sont plus marqués et ils durent généralement beaucoup plus longtemps que dans la schizophrénie.

Traitement

Le traitement peut être difficile, car les patients peuvent ne pas réaliser qu’ils ont besoin d’aide. Il implique normalement une combinaison de médicaments, tels que les antipsychotiques, les antidépresseurs ou les stabilisateurs de l’humeur, et des interventions psychologiques, telles que le counseling.

Le traitement dépendra de la gravité des symptômes sont le sous-type impliqué.

Les médicaments comprennent:

  • Les antipsychotiques, ou neuroleptiques, peuvent soulager les symptômes psychotiques tels que les hallucinations, la paranoïa et les idées délirantes. Les exemples comprennent la clozapine (Clozaril), la rispéridone (Risperdal) et l’olanzapine (Zyprexa).
  • Les stabilisateurs de l’humeur aident à lisser les hauts et les bas du trouble bipolaire chez les patients atteints de trouble schizo-affectif de type bipolaire. Les exemples incluent le lithium (Eskalith, Lithobid) et le divalproex (Depakote).
  • Les antidépresseurs peuvent réduire le désespoir, le manque de concentration, l’insomnie et la tristesse chez les patients souffrant de dépression majeure. Les exemples incluent le citalopram (Celexa) et la fluoxétine (Prozac).

[conseils]

Le counseling et la psychothérapie peuvent aider le patient à comprendre son état et à se sentir optimiste pour l’avenir. Les séances se concentrent généralement sur des plans concrets, des relations et la façon de gérer les problèmes. Le thérapeute peut également introduire de nouveaux comportements pour la maison et le lieu de travail.

Les séances de thérapie de groupe ou familiale offrent l’occasion de discuter de problèmes avec d’autres personnes. Pendant les périodes de psychose, ces séances peuvent aider à vérifier la réalité. Le travail de groupe peut également rassurer les patients qu’ils ne sont pas seuls.

Des recherches ont suggéré que le pronostic du trouble schizo-affectif pourrait être légèrement meilleur que celui de la schizophrénie, bien que cela n’ait pas été confirmé.

Les complications du trouble schizo-affectif comprennent un risque plus élevé de développer une schizophrénie, une dépression majeure ou un trouble bipolaire.

Like this post? Please share to your friends: