Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Qu’est-ce qui cause un abcès cérébral?

La cause la plus fréquente d’un abcès cérébral, également connu sous le nom d’abcès cérébral, est une infection. Des bactéries, des champignons ou un parasite peuvent infecter une partie du cerveau, provoquant un gonflement.

Les cellules cérébrales infectées, les globules blancs, les champignons vivants et morts, les bactéries et les parasites s’accumulent tous dans un abcès cérébral. Une membrane se forme autour de la zone, ce qui crée une masse.

Comme le gonflement se développe, il met une pression croissante sur le tissu cérébral. Puisque le crâne n’est pas flexible et ne s’étend pas, le gonflement peut créer une pression sur le cerveau environnant. Cela peut conduire à la destruction du tissu cérébral délicat.

Un certain nombre de facteurs et de conditions peuvent mener à un abcès cérébral.

Faits rapides sur la cause d’un abcès cérébral:

Voici quelques points clés sur la cause d’un abcès cérébral. Plus de détails sont dans l’article principal.

  • Un abcès cérébral peut résulter d’une infection autour de la tête ou du visage ou ailleurs dans le corps, ou à la suite d’un coup traumatisant ou d’une plaie perforante.
  • L’infection peut être bactérienne, virale ou parasitaire.
  • Les cardiopathies congénitales, la méningite et certaines infections chroniques augmentent le risque chez les enfants.
  • Les personnes ayant un système immunitaire affaibli ont plus de chance de développer un abcès.
  • Souvent, la cause reste incertaine, mais l’identifier augmente les chances d’un traitement efficace.

Comment l’infection pénètre-t-elle dans le cerveau?

Repérer la cause d'un abcès cérébral mènera à un traitement plus efficace.

Un abcès cérébral peut survenir à la suite d’une infection directe ou lorsque l’infection se propage d’une autre partie du corps.

L’infection entre dans le cerveau à partir de trois voies principales.

Infections transmises par le sang

La circulation sanguine transporte des infections transmises par le sang d’une autre partie du corps. Cela représente entre 15 et 30% des cas.

Normalement, la barrière hémato-encéphalique empêche l’infection d’entrer dans le cerveau, mais parfois une infection peut traverser la barrière et infecter le cerveau. Exactement comment ou pourquoi cela arrive reste flou.

Si une infection d’une autre partie du corps traverse le système sanguin vers le système nerveux central (SNC) ou contourne la barrière hémato-encéphalique et atteint le cerveau, elle peut causer une infection et un abcès.

Quand un abcès cérébral bactérien provient d’une lésion ailleurs dans le corps, les bactéries sont normalement.

Les sources les plus courantes d’infections transmissibles par le sang qui causent un abcès cérébral sont:

La cardiopathie cyanogène, où un défaut cardiaque présent à la naissance entraîne une baisse des taux d’oxygène dans le sang.

Pneumonie et autres infections pulmonaires et conditions.

Bronchectasie, élargissement ou dilatation permanente des bronches, grands tubes d’air qui commencent au fond de la trachée et se ramifient dans les poumons. Cela peut entraîner des infections respiratoires récurrentes, ainsi que d’autres maladies graves.

Péritonite, ou inflammation de la couche de tissu des cellules tapissant la paroi interne de l’abdomen et du bassin et d’autres infections abdominales.

Cystite, une inflammation de la vessie, et d’autres infections situées dans le bassin.

Endocardite bactérienne, une infection des tissus cardiaques.

Les autres causes d’abcès cérébral signalées comprennent l’abcès du foie, le perçage de la langue et les conditions et procédures gastro-intestinales.

Lors du traitement de l’abcès, il est important de savoir d’où vient l’infection d’origine. Le traitement du premier site d’infection peut empêcher la formation d’un autre abcès cérébral.

Contagion directe

La contagion directe se produit quand une infection commence dans le crâne, peut-être dans le nez ou l’oreille, et se propage dans le système nerveux central, et de là dans le cerveau.

Les exemples comprennent:

  • otite moyenne ou infection de l’oreille moyenne
  • sinusite
  • mastoïdite, une infection de l’os derrière l’œil
  • ostéomyélite, une infection de l’os

Ce type d’infection représente 25 à 50% des abcès cérébraux.

Trauma direct

Les bactéries staphylococciques peuvent être présentes dans un abcès qui se forme après un traumatisme crânien, une neurochirurgie ou une endocardite.

Cela peut provoquer une infection bactérienne directement sur le site de l’abcès, par exemple, après une intervention chirurgicale.

  • Si un coup à la tête provoque une fracture du crâne composé, il peut pousser des fragments d’os dans le cerveau. Cela peut provoquer un abcès cérébral.
  • Une blessure à la tête pénétrante, causée, par exemple, par une balle ou un autre corps étranger peut également être une source d’infection, surtout si elle n’est pas enlevée.
  • Un abcès cérébral peut également être une complication de la chirurgie.

Dans de tels cas, l’identification de la cause est relativement facile.

Facteurs de risque chez les enfants

Un enfant est plus susceptible de développer un abcès cérébral s’il a:

  • cardiopathie congénitale ou présente depuis la naissance
  • méningite
  • une otite ou une sinusite chronique ou à long terme
  • infections des dents, de la mâchoire, du visage ou du cuir chevelu
  • traction, lorsque des goupilles ou des vis sont utilisées pour maintenir la tête et le cou
  • une infection qui provient de l’utilisation d’un shunt, un dispositif utilisé pour drainer le liquide cérébral
  • Diabète

Les abcès cérébraux sont deux à trois fois plus fréquents chez les hommes que chez les femmes, les enfants et les personnes âgées étant les plus à risque.

Autres facteurs de risque

Les personnes qui vivent dans un pays où l’hygiène est insuffisante et qui ont moins accès aux soins de santé courent un risque plus élevé, tout comme celles dont le système immunitaire est affaibli.

Dans les pays en développement, 8% des masses qui se développent dans le cerveau sont des abcès, contre 1% dans les pays occidentaux.

Système immunitaire affaibli

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli courent un risque plus élevé de développer un abcès cérébral causé par une infection transmise par le sang, en particulier celle causée par des champignons ou des parasites.

Les exemples comprennent:

  • les personnes atteintes du VIH ou du sida
  • les nourrissons de moins de 6 mois
  • patients recevant une chimiothérapie
  • les individus sur l’utilisation de stéroïdes à long terme
  • les receveurs de greffe d’organe qui prennent des médicaments immunosuppresseurs pour prévenir le rejet d’organes

Une personne vivant avec le VIH peut être exposée à un risque plus élevé d’infection par des champignons, tels que les protozoaires, par exemple.

provoque une aspergillose, une infection qui peut affecter les poumons et d’autres organes, et provoque la toxoplasmose.

Poliovirus, et le plus souvent provoquer des abcès cérébraux chez les patients atteints du SIDA.

Identifier la cause

Où l’abcès se développe peut offrir un indice à la cause.

  • Une infection de l’oreille moyenne peut entraîner des lésions dans les fosses crâniennes moyenne et postérieure.
  • Une cardiopathie congénitale avec des shunts de droite à gauche peut entraîner des abcès dans la distribution de l’artère cérébrale moyenne.
  • Les infections des sinus frontaux et ethmoïdaux entraînent souvent des abcès dans les sinus sous-duraux.

Les infections cérébrales sont assez rares, mais lorsqu’elles surviennent, elles peuvent mettre la vie en danger. S’il y a une possibilité d’un abcès cérébral, la personne devrait consulter un médecin immédiatement.

Sachant ce qui a causé l’abcès peut permettre un traitement plus efficace, mais les études montrent que dans 40% des cas, la cause peut ne pas être claire.

Au cours des dernières années, le taux de mortalité d’un abcès cérébral est tombé de 50% à 20%, principalement parce que les techniques de tomodensitométrie peuvent maintenant permettre un diagnostic plus précis et plus efficace.

Like this post? Please share to your friends: