Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Que puis-je faire pour une vessie hyperactive?

La vessie recueille l’urine des reins et l’expulse quand elle est pleine. Si une vessie est hyperactive, une personne ne peut pas contrôler quand elle choisit d’uriner, et le nombre de fois où elle urine pendant la journée.

La condition se produit lorsque la vessie d’une personne se serre fréquemment ou sans avertissement. En conséquence, ils peuvent devoir utiliser la salle de bain plus fréquemment ou l’urine peut s’échapper.

La condition est généralement le résultat d’une mauvaise communication entre le cerveau et la vessie. Le cerveau signale à la vessie qu’il est temps de le presser et de le vider, mais la vessie n’est pas pleine. En conséquence, la vessie commence à se contracter. Cela provoque une forte envie d’uriner.

Alors que la condition peut être commune, cela ne signifie pas qu’une personne doit vivre avec les symptômes. De nombreux traitements sont disponibles qui peuvent aider les gens à réduire leurs symptômes.

Symptômes

Une vessie hyperactive causera un groupe de symptômes, qui peuvent tous affecter la qualité de vie d’une personne.

Dame tenant le ventre

Des exemples de ces symptômes comprennent:

  • Fréquence de la miction: Une personne va uriner plus de huit fois par jour.
  • Nocturie: Une personne ne peut pas dormir toute la nuit sans se réveiller pour uriner, habituellement une à deux fois.
  • Urgence urinaire: Une personne éprouvera une envie soudaine et incontrôlable d’uriner.
  • Incitation à l’incontinence: Une personne fuit l’urine lorsqu’elle ressent l’envie d’uriner.

Une personne ayant une vessie hyperactive peut souvent avoir l’impression de ne pas pouvoir vider complètement sa vessie. Ils peuvent utiliser les toilettes et se sentir comme ils ont besoin d’aller encore très peu de temps après.

Les médecins divisent la vessie hyperactive en deux types en fonction de leurs symptômes. Le premier type est la vessie hyperactive, sèche. Selon l’hôpital Cedars-Sinai, environ deux tiers des personnes ayant une vessie hyperactive ont la variété sèche.

Le deuxième type est la vessie hyperactive, humide. Une personne atteinte de cette maladie souffre d’une vessie qui fuit. Ceux qui ont une vessie hyperactive, sèche, n’ont pas les symptômes de fuite.

Facteurs de risque

Certains patients peuvent faire passer leurs symptômes de vessie hyperactive comme une partie naturelle de vieillir. Cependant, le vieillissement n’est pas le seul facteur de risque susceptible d’augmenter le risque d’hyperactivité vésicale.

Les facteurs de risque supplémentaires comprennent:

  • lésions nerveuses dues à des antécédents de chirurgie
  • un traumatisme au haut du corps ou au bassin qui endommage la vessie
  • ayant une condition connue sous le nom d’hydrocéphalie à pression normale, une cause de démence
  • avoir une infection des voies urinaires
  • antécédents de cancer de la vessie ou de la prostate
  • histoire des pierres de la vessie
  • antécédents d’affections affectant la fonction neurologique, telles que la sclérose en plaques, la maladie de Parkinson ou un accident vasculaire cérébral
  • avoir traversé la ménopause
  • manger un régime riche en aliments qui rendent la vessie plus «irritable» ou susceptible d’être trop active

Les exemples de types d’aliments qui peuvent rendre la vessie hyperactive comprennent la caféine, l’alcool et les aliments épicés.

Un médecin peut ne pas être en mesure de dire pourquoi une personne éprouve des symptômes de la vessie hyperactive. Les symptômes peuvent sembler se produire spontanément.

Quand voir un médecin

Bien que l’hyperactivité vésicale ne soit pas considérée comme une affection potentiellement mortelle, la maladie peut grandement affecter la qualité de vie d’une personne. De nombreux traitements sont disponibles pour atténuer les symptômes, bien que les médecins ne peuvent pas guérir la maladie.

Salle de bain et porte

Voici des exemples de signes indiquant qu’une personne devrait se faire traiter pour une vessie hyperactive:

  • une personne ne peut pas dormir toute la nuit sans se réveiller pour aller aux toilettes
  • une personne utilise les toilettes plus de huit fois par jour
  • une personne éprouve fréquemment des envies soudaines d’uriner et arrive rarement à la salle de bain
  • une personne subit régulièrement une fuite d’urine

Une personne peut parfois éprouver ces symptômes et pourtant ne pas réaliser le degré auquel ils les ont. Plusieurs outils peuvent aider à évaluer la probabilité que les symptômes soient liés à une vessie hyperactive.

Des exemples de ces outils comprennent:

  • Un quiz en ligne sur les symptômes de la vessie hyperactive et la gravité, qui est offert par l’American Urological Association.
  • Un «journal de la vessie» qu’une personne peut conserver des aliments et des boissons qu’elle consomme, ainsi que la fréquence à laquelle elle se rend à la salle de bain et présente des symptômes, tels que l’urgence urinaire et l’incontinence.
  • Applications Smartphone, qui peuvent être téléchargées par une personne qui les aide à tenir un journal de la vessie en suivant leur consommation, le nombre de visites aux toilettes et les fuites urinaires qui se produisent.

L’utilisation de ces outils peut aider à suivre la régularité des symptômes de quelqu’un et parfois confirmer que les symptômes sont préoccupants.

Cependant, une personne devrait toujours voir son médecin si elle a des symptômes de la vessie dont elle s’inquiète.

Remèdes de mode de vie

Certains aliments et boissons contribuent à l’irritation de la vessie. En conséquence, faire des changements de style de vie peut aider une personne à réduire la probabilité qu’elle connaisse des symptômes de vessie hyperactive.

Cigarette de café d'alcool

Des exemples d’étapes à suivre comprennent:

  • Limiter la consommation de caféine et d’alcool, ce qui peut stimuler la vessie.
  • Maintenir un poids santé. L’excès de poids peut exercer trop de pression sur la vessie d’une personne.
  • Augmenter l’apport en fibres, ce qui peut réduire le risque de constipation et la probabilité d’une vessie hyperactive.
  • Ajustement de l’apport liquidien afin qu’une personne ne boive pas autant de liquide le soir. Cela aide à diminuer la probabilité qu’ils se réveillent du jour au lendemain avec le besoin d’uriner.
  • Arrêter de fumer, car la fumée peut irriter la vessie.

Traitement médical

Un médecin peut recommander de nombreux traitements pour la vessie hyperactive, y compris les médicaments, les changements diététiques, et la thérapie physique. Rarement, un médecin peut recommander des mesures plus invasives pour traiter la maladie.

Les médecins peuvent prescrire un certain nombre de médicaments pour traiter une vessie hyperactive. Ces médicaments sont généralement connus comme antispasmodiques ou anticholinergiques. Ils réduisent l’incidence des spasmes musculaires, tels que les spasmes dans la vessie.

Des exemples de ces médicaments comprennent:

  • oxybutynine (Ditropan)
  • solfienacin (Vesicare)
  • tolterodine (Detrol)
  • trospium (Sanctura)

Ces médicaments ne sont pas sans effets secondaires, tels que la bouche sèche et la constipation. Les gens devraient toujours parler à leur médecin des effets secondaires potentiels.

Traitements thérapeutiques

Un certain nombre de traitements thérapeutiques existent pour la vessie hyperactive. Un exemple est la formation de la vessie. C’est une méthode utilisée pour renforcer les muscles de la vessie en retardant la miction. La formation de la vessie ne devrait être faite avec les conseils et la direction d’un médecin.

Les exercices du plancher pelvien et la musculation vaginale sont également des méthodes de thérapie utilisées pour renforcer les muscles de la vessie. Spécialistes, appelés thérapeutes du plancher pelvien, peuvent instruire une personne à travers ces exercices.

Des approches plus invasives

Les médecins utilisent des injections de toxine botulique (comme le BOTOX) pour réduire les spasmes musculaires dans la vessie. Cependant, cela peut nécessiter d’autres injections après quelques mois que la toxine se dissipe.

Si la vessie hyperactive ne réagit pas aux médicaments, à la thérapie ou à d’autres traitements non invasifs, un médecin peut recommander une intervention chirurgicale.

Un exemple est l’implantation d’un stimulateur du nerf sacré. Ce stimulateur peut aider à contrôler les impulsions nerveuses de la vessie, ce qui rend les muscles moins hyperactifs.

Une autre option est une procédure connue sous le nom de cytoplastie d’augmentation. Cela implique de remplacer des parties de la vessie d’une personne avec du tissu intestinal. En conséquence, la vessie d’une personne est mieux en mesure de tolérer un plus grand volume d’urine.

Like this post? Please share to your friends: