Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Que savoir à propos de la vaginite atrophique?

La vaginite atrophique est un trouble vaginal qui survient habituellement après la ménopause. Lorsque les niveaux d’oestrogène tombent, les parois vaginales peuvent devenir minces, sèches et enflammées. Cela peut être inconfortable.

Entre 10 et 40% des femmes présentent des symptômes de vaginite atrophique après la ménopause, mais seulement 20 à 25% chercheront une aide médicale.

D’autres peuvent ne pas le faire parce qu’ils utilisent un traitement à domicile ou parce qu’ils se sentent gênés en raison de la nature sensible de la maladie.

Non traitée, elle peut affecter la qualité de vie.

Faits rapides sur la vaginite atrophique

  • La vaginite atrophique fait référence à la sécheresse du vagin.
  • Environ 40 pour cent des femmes ménopausées éprouvent des symptômes, mais beaucoup ne cherchent pas de traitement.
  • Les symptômes comprennent des rapports sexuels douloureux et une augmentation des infections des voies urinaires (UTI).
  • Il est causé par une réduction de l’œstrogène, normalement après la ménopause ou le traitement par des médicaments anti-œstrogènes.
  • Les traitements topiques et la thérapie hormonale substitutive (THS) peuvent soulager les symptômes.

Symptômes

Vaginite atrophique

Voici les principaux indicateurs de la vaginite atrophique:

  • sécheresse vaginale
  • douleur pendant les rapports sexuels, ou dyspareunie
  • écoulement mince, aqueux, jaune ou gris
  • pâleur et amincissement des lèvres et du vagin
  • irritation lors du port de certains vêtements, tels que des jeans serrés ou sur un siège de vélo
  • infections urinaires plus fréquentes

Les symptômes sont également présents dans le processus d’urination. Ceux-ci inclus:

  • miction douloureuse
  • sang dans l’urine
  • augmentation de la fréquence d’urination
  • incontinence
  • augmentation de la probabilité et de l’apparition d’infections

Il peut également y avoir une réduction de la pilosité publique, et le vagin peut devenir plus étroit et moins élastique.

Causes

La cause la plus fréquente de vaginite atrophique est la diminution de l’œstrogène après la ménopause. Il peut également se produire après l’accouchement, et cela peut arriver lorsque des médicaments anti-œstrogènes sont utilisés pour traiter d’autres conditions.

Les ovaires produisent de l’œstrogène jusqu’à ce qu’une femme subisse une ménopause. Aux États-Unis, 51 ans est l’âge moyen auquel la ménopause se produit. Avant la ménopause, l’œstrogène dans le sang d’une femme aide à protéger la peau du vagin et stimule les sécrétions vaginales.

Lorsque les ovaires cessent de produire des œstrogènes après la ménopause, les parois du vagin deviennent minces et les sécrétions vaginales sont réduites. Des changements similaires peuvent survenir chez les femmes après l’accouchement, mais ces changements sont temporaires et moins graves.

Les médicaments ou les hormones peuvent être utilisés dans le traitement du cancer du sein, de l’endométriose, des fibromes ou de l’infertilité pour réduire les niveaux d’œstrogène. Cette diminution peut entraîner une vaginite atrophique.

D’autres causes incluent:

  • traitement à la région pelvienne
  • diabète non contrôlé
  • chimiothérapie
  • stress sévère
  • dépression
  • exercice rigoureux

La vaginite atrophique peut survenir chez les femmes plus jeunes qui ont subi une intervention chirurgicale pour enlever leurs ovaires. Certaines femmes développent la condition à des moments où les niveaux d’oestrogène sont naturellement plus bas, comme pendant l’allaitement.

D’autres substances qui peuvent causer une irritation supplémentaire du vagin sont les savons, les détergents à lessive, les lotions, les parfums ou les douches vaginales.

Le tabagisme, les tampons, les infections à levures et les condoms peuvent également déclencher ou aggraver la sécheresse vaginale.

Diagnostic

Le médecin effectuera un examen et posera des questions sur les antécédents médicaux. Ils peuvent poser des questions sur l’utilisation d’agents qui peuvent irriter la zone et causer ou aggraver les symptômes, tels que les savons ou les parfums.

Le pH ou l’acidité de la zone vaginale est également pris. Un pH de 4,6 ou plus indique une vaginite atrophique. Le pH normal de cette zone est de 4,5 ou moins.

Le médecin peut également demander un dépistage de l’infection, en particulier en cas d’écoulement ou de saignement. Un test de diabète peut être effectué pour exclure le diabète.

Des exemples d’infections qui peuvent également être présents comprennent la candidose, l’endométrite et la vaginose bactérienne. La vaginite atrophique peut rendre la zone plus vulnérable à l’infection. Cela peut se produire à côté d’une infection.

Si le diagnostic n’est pas clair ou si une malignité est suspectée, une biopsie peut être effectuée pour exclure un cancer.

Un examen vaginal est susceptible de causer de l’inconfort ou de la douleur chez un patient présentant une vaginite atrophique.

Traitement

Les traitements topiques peuvent aider.

Un lubrifiant vaginal soluble dans l’eau peut aider à procurer un soulagement pendant les rapports sexuels, pour les cas bénins.

Vaginite atrophique HRT

La gelée de pétrole, l’huile minérale ou d’autres huiles ne conviennent pas. Ceux-ci peuvent augmenter le risque d’infection et endommager les condoms ou les diaphragmes en latex.

La thérapie de remplacement d’hormone (HRT), comme un comprimé, un gel, un patch, ou un implant peut fournir des œstrogènes à l’ensemble du corps. C’est efficace, mais il peut y avoir des effets secondaires. Les patients doivent discuter des risques de THS à long terme avec leur médecin.

HRT localisée est appliquée localement et concentre le traitement sur la zone touchée. Une crème à faible dose d’estriol peut être utilisée pour stimuler la reproduction et la réparation rapides des cellules de l’épithélium vaginal.

Les comprimés vaginaux, les crèmes, les anneaux et les pessaires peuvent être appliqués en interne pour concentrer l’apport d’œstrogène dans la région vaginale.

L’exercice régulier est important car il maintient la circulation sanguine et la circulation génitale élevée. Expérimenter avec le régime peut également s’avérer efficace. Les œstrogènes végétaux, les graines de lin, les huiles de poisson et l’actée à grappes noires peuvent aider à soulager la vaginite atrophique.

La prévention

L’utilisation d’œstrogènes vaginaux avant que la maladie ne s’aggrave peut être un moyen de protéger le vagin.

L’activité sexuelle régulière peut aider à prévenir la vaginite atrophique. L’utilisation d’un lubrifiant vaginal soluble dans l’eau peut apaiser les cas bénins pendant les rapports sexuels.

Aussi longtemps que le vagin a des niveaux d’œstrogènes suffisants, l’activité sexuelle peut également présenter des avantages pour l’élasticité et la flexibilité de la région.Les femmes sexuellement actives rapportent moins de symptômes de vaginite atrophique que les femmes qui n’ont pas régulièrement de rapports sexuels.

Écrit par Sy Kraft

Like this post? Please share to your friends: