Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Que savoir de la schizophrénie désorganisée?

La schizophrénie désorganisée est un ancien sous-type de la schizophrénie, une maladie mentale chronique.

La schizophrénie désorganisée, ou l’hébéphrénie, fait référence à des pensées et des comportements incohérents et illogiques liés à la schizophrénie.

Cependant, l’hébéphrénie n’est plus considérée comme une forme distincte de schizophrénie. Le changement de statut est arrivé parce que garder les différents types séparés ne semble pas aider au diagnostic.

Depuis 2013, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux de l’American Psychiatric Association (APA) (DSM-5) définit la schizophrénie comme une maladie unique, qui peut ou non inclure une désorganisation.

La schizophrénie touche environ 1,1% de la population mondiale.

Faits rapides sur la schizophrénie désorganisée:

Voici quelques points clés sur la schizophrénie désorganisée. Plus de détails sont dans l’article principal.

  • La schizophrénie est un trouble mental grave et permanent qui peut entraîner une réflexion et un comportement désorganisés et illogiques.
  • La schizophrénie désorganisée, ou l’hébéphrénie, était un sous-type, mais depuis 2013, elle est incluse sous la rubrique «schizophrénie».
  • Le traitement est disponible, et si une personne y adhère, cela peut lui permettre de faire face à la vie quotidienne.
  • Les complications de la schizophrénie peuvent être graves, mais le soutien de la famille et des amis peut aider une personne à éviter certains d’entre eux.

Symptômes

Les signes de la schizophrénie tombent dans les catégories de symptômes clés suivants de tous les troubles psychotiques:

Délires: Le patient a de fausses croyances de persécution, de culpabilité ou de grandeur. Il n’est pas rare que les schizophrènes décrivent des complots contre eux ou croient qu’ils ont des pouvoirs et des dons extraordinaires. Certains patients peuvent se cacher pour se protéger d’un persécuteur imaginaire.

Hallucinations: Il s’agit de voir, sentir, goûter ou sentir des choses qui n’existent pas. L’ouïe est l’hallucination la plus commune.

Discours désorganisé et pensées: Le patient est incapable de former des pensées cohérentes ou logiques, ce qui est signifié par un discours désorganisé. Au cours d’une conversation, l’individu sera incapable de s’en tenir au sujet. Ils vont sauter d’un sujet à l’autre. Dans les cas graves, le discours peut être perçu par d’autres comme un charabia inintelligible.

Comportement désorganisé ou catatonique: Les comportements peuvent varier d’être enfantin et idiot, agressif et violent. Il peut y avoir une agitation non provoquée, ou un comportement sexuel en public. Un mouvement excessif, des actions bizarres, un gel sur place ou un manque de réponse aux instructions ou à la conversation sont d’autres façons dont ce symptôme peut se manifester.

Symptômes négatifs: Cela se réfère à l’incapacité de fonctionner normalement et peut inclure des symptômes tels qu’un manque d’hygiène personnelle, le retrait social, et une incapacité à montrer des émotions telles qu’éviter le contact visuel ou parler d’une voix monotone.

Causes et facteurs de risque

Les experts ne sont pas certains des causes de la schizophrénie, mais les recherches suggèrent qu’il existe une sorte de dysfonctionnement cérébral, probablement influencé par une combinaison de facteurs biologiques et environnementaux.

Les produits chimiques dans le cerveau – tels que les neurotransmetteurs dopamine et la sérotonine – peuvent être impliqués dans l’apparition de la schizophrénie.

La condition pourrait être causée par la signalisation de cellule à cellule défectueuse dans le cerveau, selon une étude de 2009 publiée dans le journal. Les scientifiques de l’étude ont identifié 49 gènes qui fonctionnent différemment dans le cerveau des patients atteints de schizophrénie par rapport aux témoins.

Facteurs de risque

Les facteurs de risque de la schizophrénie comprennent:

Génétique: Les personnes ayant des antécédents familiaux de schizophrénie ont un risque plus élevé de développer la maladie. S’il n’y a aucun antécédent de schizophrénie, les chances de le développer sont inférieures à 1%. Cependant, ce risque augmente à 10 pour cent si l’un des parents a la maladie. La recherche a suggéré que la schizophrénie et le trouble bipolaire ont la même base génétique.

Infection virale: Si un fœtus est exposé à une infection virale, il y a un plus grand risque de développer une schizophrénie. Il n’y a pas de liste définitive de virus qui posent un risque, mais les candidats possibles comprennent la grippe, l’herpès, la toxoplasmose et la rubéole.

Malnutrition fœtale: Si le fœtus souffre de malnutrition pendant la grossesse, il existe un risque plus élevé de développer la schizophrénie.

Stress sévère au début de la vie: Les enfants qui éprouvent des formes extrêmes de stress au début de leur vie peuvent être à risque de schizophrénie. Cela pourrait être dû à un abus ou à un traumatisme durant l’enfance.

Âge des parents à la naissance: Les enfants nés de parents plus âgés ont un risque plus élevé de schizophrénie que les enfants nés de parents plus jeunes.

Médicaments: L’utilisation de substances qui affectent l’esprit ou les processus mentaux pendant l’adolescence peut augmenter le risque de développer la schizophrénie. La consommation de drogues illicites est courante chez les personnes atteintes de schizophrénie, bien qu’il ne soit pas certain que cette consommation soit une cause ou un effet de la maladie.

Diagnostic

Si la schizophrénie est suspectée, une série de tests médicaux et psychologiques seront effectués pour exclure d’autres conditions.

Ces tests comprennent:

Examen physique: La taille, le poids, le pouls, la pression artérielle et la température du patient sont vérifiés. Le médecin va également écouter le cœur et les poumons et vérifier l’abdomen pour exclure d’autres causes physiologiques.

Numération sanguine complète: Pour vérifier la consommation d’alcool et de drogues, ainsi que la fonction thyroïdienne.

IRM ou tomodensitométrie: Ces techniques d’imagerie sont utilisées pour rechercher des lésions cérébrales ou d’autres anomalies dans la structure cérébrale. Un EEG peut également être utilisé pour vérifier la fonction cérébrale.

Évaluation psychologique: Un médecin ou un psychiatre vérifiera l’état de santé mentale en interrogeant les patients sur leurs pensées, leurs sentiments et leurs comportements.Ils chercheront quelque chose d’inhabituel dans l’apparence ou le comportement du patient, et ils prendront des antécédents médicaux familiaux et personnels détaillés.

Critères diagnostiques

Pour recevoir un diagnostic de schizophrénie, un certain nombre de critères doivent être remplis. Le DSM-5 décrit les critères de symptôme.

Les symptômes sont:

  • délires
  • hallucinations
  • discours désorganisé
  • comportement désorganisé
  • symptômes négatifs

La personne doit éprouver deux des cinq symptômes clés des troubles psychotiques, et au moins un symptôme doit être parmi les trois premiers énumérés.

Traitement

Les personnes atteintes de schizophrénie auront besoin d’un traitement continu, même si les symptômes semblent s’être dissipés. Pendant ces périodes, les patients peuvent croire qu’ils vont bien et ne nécessitent plus d’aide, mais s’ils cessent d’utiliser leur médicament, les symptômes reviennent habituellement.

Le traitement varie en fonction de la gravité et des types de symptômes, de la santé du patient, de son âge et d’autres facteurs.

Des médicaments

Les médicaments antipsychotiques atypiques ou de deuxième génération sont utilisés pour traiter les troubles psychiatriques. Ils diffèrent des antipsychotiques typiques, ou de première génération, car ils sont moins susceptibles de provoquer des symptômes extrapyramidaux (EPS). EPS comprennent les mouvements de type parkinsonien, la rigidité et les tremblements.

Les effets secondaires des antipsychotiques atypiques comprennent le gain de poids, le diabète et l’hypercholestérolémie.

D’autres médicaments peuvent être utilisés pour traiter d’autres problèmes de santé mentale chez les personnes atteintes de schizophrénie, comme les antidépresseurs ou les médicaments anti-anxiété.

Hospitalisation

Lorsque les symptômes sont graves, le patient peut devoir être hospitalisé. Un milieu hospitalier peut être plus sûr, et il augmente les chances du patient d’obtenir une bonne nutrition, un meilleur sommeil et d’aider à l’hygiène.

Psychothérapie

Des conseils ou une psychothérapie peuvent être suggérés, généralement en conjonction avec des médicaments. Ces techniques traitent des problèmes de santé mentale et de régulation émotionnelle.

La psychothérapie aide les gens à identifier leurs sentiments et leurs façons de penser, ce qui augmente leur capacité à faire face à des situations difficiles.

Formation professionnelle et sociale

Cette formation peut aider la personne à vivre de façon autonome. C’est une partie essentielle de la récupération. Le thérapeute peut aider le patient à apprendre l’hygiène, la préparation des repas et la communication. Il peut être utile de trouver du travail, un logement et de se joindre à des groupes d’entraide.

Électroconvulsivothérapie (ECT)

ECT consiste à envoyer un courant électrique à travers le cerveau pour produire des crises contrôlées, ou des convulsions. Il peut aider les patients à risque élevé de suicide, de dépression ou d’autres symptômes graves qui n’ont pas répondu à d’autres traitements ou qui ne peuvent pas prendre d’antidépresseurs.

La crise contrôlée déclenchée par l’ECT ​​est supposée provoquer une libération neurochimique majeure dans le cerveau. Les effets secondaires peuvent inclure une perte de mémoire à court terme, qui se résout généralement rapidement.

Le médecin doit clairement expliquer les avantages et les inconvénients de l’ECT ​​au patient et à son tuteur ou à un membre de sa famille avant d’effectuer le traitement.

L’importance de la compliance dans le traitement

Un problème clé dans le traitement de la schizophrénie est celui de la conformité. Aussi connu sous le nom d’adhérence, la conformité en médecine signifie suivre le plan de traitement.

Cela peut être difficile pour les patients atteints de schizophrénie, et un nombre important d’entre eux arrêtent de prendre leurs médicaments au cours des 12 premiers mois, ce qui aggrave les choses pour eux-mêmes et pour ceux qui les entourent.

Complications

Les complications de la schizophrénie peuvent inclure:

  • dépression, pensées suicidaires et comportement suicidaire
  • malnutrition
  • problèmes d’hygiène
  • abus de substance
  • incapacité de trouver ou de conserver un emploi pouvant entraîner la pauvreté et l’itinérance
  • conflits familiaux
  • incapacité d’étudier ou d’aller à l’école
  • devenir une victime du crime
  • problèmes liés au tabagisme

Certaines personnes atteintes de schizophrénie disent que fumer les aide à se concentrer, mais cela peut interférer avec les médicaments et entraîner de graves problèmes de santé.

La schizophrénie est une condition sérieuse et permanente. Être conscient de ce que cela implique peut aider la famille et les amis à soutenir un être cher qui a cette maladie.

Like this post? Please share to your friends: