Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Que savoir sur la claustrophobie?

Claustrophobie est une forme de trouble anxieux, dans lequel une peur irrationnelle de ne pas échapper ou d’être enfermé peut mener à une attaque de panique.

Il est considéré comme une phobie spécifique selon le Manuel diagnostique et statistique 5 (DSM-5).

Les déclencheurs peuvent inclure être dans un ascenseur, une petite pièce sans fenêtres, ou même être dans un avion.

Certaines personnes ont rapporté que porter des vêtements à col étroit peut provoquer des sentiments de claustrophobie.

Faits rapides sur la claustrophobie:

Voici quelques points clés sur la claustrophobie. Plus de détails sont dans l’article principal.

  • Claustrophobie affecte certaines personnes quand ils sont dans un petit espace.
  • Cela peut mener à des sentiments de panique.
  • Les causes peuvent inclure le conditionnement et les facteurs génétiques.
  • Une variété de conseils et de traitements peuvent aider les gens à surmonter leur peur.

Qu’est-ce que la claustrophobie?

Claustrophobie

Le mot claustrophobie vient du mot latin claustrum qui signifie «un endroit fermé», et le mot grec, phobos qui signifie «peur».

Les personnes atteintes de claustrophobie feront de grands efforts pour éviter les petits espaces et les situations qui déclenchent leur panique et leur anxiété.

Ils peuvent éviter les endroits comme le métro et préfèrent prendre les escaliers plutôt qu’un ascenseur, même si plusieurs étages sont impliqués.

Jusqu’à 5% des Américains peuvent souffrir de claustrophobie.

Les symptômes peuvent être graves, mais beaucoup de gens ne cherchent pas de traitement.

Diagnostic

Un psychologue ou un psychiatre interrogera le patient sur ses symptômes.

Un diagnostic de claustrophobie peut apparaître lors d’une consultation sur un autre problème lié à l’anxiété.

Le psychologue va:

  • demander une description des symptômes et de ce qui les déclenche
  • essayer d’établir la gravité des symptômes
  • exclure d’autres types de troubles anxieux

Pour établir certains détails, le médecin peut utiliser:

  • un questionnaire sur la claustrophobie pour aider à identifier la cause de l’anxiété
  • une échelle de claustrophobie pour aider à établir les niveaux d’anxiété

Pour qu’une phobie spécifique soit diagnostiquée, certains critères doivent être satisfaits.

Ceux-ci sont:

  • une peur persistante déraisonnable ou excessive causée par la présence ou l’anticipation d’une situation spécifique
  • réponse anxieuse lors de l’exposition au stimulus, peut-être une attaque de panique chez les adultes, ou, chez les enfants, une crise de colère, s’accrocher, pleurs ou congélation
  • une reconnaissance par les patients adultes que leur peur est hors de proportion avec la menace ou le danger perçu
  • employer des mesures pour éviter l’objet ou la situation redoutée, ou avoir tendance à faire face aux expériences, mais avec de la détresse ou de l’anxiété
  • la réaction, l’anticipation ou l’évitement de la personne interfère avec la vie quotidienne et les relations ou cause une détresse importante
  • la phobie a persisté pendant un certain temps, habituellement 6 mois ou plus
  • les symptômes ne peuvent pas être attribués à une autre maladie mentale, comme le trouble obsessionnel-compulsif (TOC) ou le trouble de stress post-traumatique (TSPT)

Symptômes

La Claustrophobie est un trouble anxieux. Les symptômes apparaissent généralement pendant l’enfance ou l’adolescence.

Être dans ou penser à être dans un espace confiné peut déclencher des craintes de ne pas être capable de respirer correctement, à court d’oxygène, et de détresse à être restreint.

Lorsque les niveaux d’anxiété atteignent un certain niveau, la personne peut commencer à éprouver:

  • transpiration et frissons
  • rythme cardiaque accéléré et hypertension artérielle
  • des étourdissements, des évanouissements et des étourdissements
  • bouche sèche
  • hyperventilation ou « surpuissance »
  • les bouffées de chaleur
  • secouant ou tremblant et un sens des « papillons » dans l’estomac
  • la nausée
  • mal de tête
  • engourdissement
  • une sensation d’étouffement
  • oppression dans la poitrine, douleur thoracique et difficulté à respirer
  • une envie d’utiliser la salle de bain
  • confusion ou désorientation
  • peur du mal ou de la maladie

Ce ne sont pas nécessairement les petits espaces qui déclenchent l’anxiété, mais la peur de ce qui peut arriver à la personne si elle se limite à cette zone.

C’est pourquoi la personne craint de manquer d’oxygène.

Les exemples de petits espaces qui pourraient déclencher l’anxiété sont:

Claustrophobie piégée.

  • ascenseurs ou vestiaires dans les magasins
  • tunnels, sous-sols ou caves
  • trains et métros
  • portes tournantes
  • avions
  • toilettes publiques
  • les voitures, en particulier celles avec verrouillage centralisé
  • zones bondées
  • lave-auto automatique
  • certaines installations médicales, telles que les scanneurs IRM
  • petites pièces, pièces fermées à clé ou pièces avec des fenêtres qui ne s’ouvrent pas

Les réactions comprennent:

  • vérifier les sorties et rester près d’eux en entrant dans une pièce
  • se sentir anxieux quand toutes les portes sont fermées
  • rester près de la porte dans une fête ou un rassemblement bondé
  • éviter de conduire ou de voyager en tant que passager lorsque le trafic risque d’être encombré
  • en utilisant les escaliers au lieu de l’ascenseur, même si cela est difficile et inconfortable

Claustrophobia implique une peur d’être restreint ou confiné à une zone, de sorte, avoir à faire la queue à une caisse peut également causer chez certaines personnes.

Traitement

Thérapie cognitivo-comportementale

Après un diagnostic, le psychologue peut recommander une ou plusieurs des options de traitement suivantes.

Thérapie cognitivo-comportementale (TCC): Le but est de recycler l’esprit du patient pour qu’il ne se sente plus menacé par les endroits qu’il craint.

Il peut s’agir d’exposer lentement le patient à de petits espaces et de l’aider à gérer sa peur et son anxiété.

Avoir à faire face à la situation qui cause la peur peut dissuader les gens de se faire soigner.

Observer les autres: Voir les autres interagir avec la source de la peur peut rassurer le patient.

Traitement médicamenteux: Les antidépresseurs et les relaxants peuvent aider à gérer les symptômes, mais ne résolvent pas le problème sous-jacent.

Exercices de relaxation et de visualisation: Prendre des respirations profondes, méditer et faire des exercices de relaxation musculaire peuvent aider à gérer les pensées négatives et l’anxiété.

Médecine alternative ou complémentaire: Certains suppléments et produits naturels, par exemple l’huile de lavande ou un «remède de secours», peuvent aider les patients à gérer la panique et l’anxiété.

Le traitement dure souvent environ 10 semaines, avec des séances deux fois par semaine. Avec un traitement approprié, il est possible de surmonter la claustrophobie.

Conseils pour faire face

Les stratégies qui peuvent aider les gens à faire face à la claustrophobie comprennent:

  • rester en place si une attaque se produit. Si vous conduisez, cela peut inclure de vous arrêter sur le côté de la route et d’attendre que les symptômes soient passés.
  • en vous rappelant que les pensées et les sentiments effrayants passeront
  • essayer de se concentrer sur quelque chose qui ne menace pas, par exemple, le temps qui passe ou d’autres personnes
  • respirer lentement et profondément, en comptant jusqu’à trois à chaque respiration
  • défier la peur en se rappelant que ce n’est pas réel
  • visualiser des résultats positifs et des images

Les stratégies à plus long terme peuvent inclure l’inscription à un cours de yoga, l’élaboration d’un programme d’exercice ou la réservation d’un massage d’aromathérapie, pour aider à faire face au stress.

Vidéo d’information

Dans cette vidéo, Stella Lourency, professeur adjoint de psychologie à l’Université Emory, explique que les personnes ayant des niveaux plus élevés de peur claustrophobe ont tendance à sous-estimer les distances.

Causes

L’expérience du passé ou de l’enfance est souvent le déclencheur qui amène une personne à associer de petits espaces avec un sentiment de panique ou un danger imminent.

Les expériences qui peuvent avoir cet effet peuvent inclure:

  • être pris au piège ou gardé dans un endroit confiné, par accident ou intentionnellement
  • être abusé ou intimidé comme un enfant
  • se séparer des parents ou des amis dans une zone très peuplée
  • avoir un parent atteint de claustrophobie

Le traumatisme vécu à ce moment-là affectera la capacité de la personne à faire face rationnellement à une situation similaire dans le futur. Ceci est connu comme le conditionnement classique.

L’esprit de la personne est censé relier le petit espace ou la zone confinée avec le sentiment d’être en danger. Le corps réagit alors en conséquence, ou d’une manière qui semble logique.

Le conditionnement classique peut également être hérité des parents ou des pairs. Si un parent, par exemple, a peur d’être proche, l’enfant peut observer son comportement et développer les mêmes peurs.

Facteurs génétiques ou physiques possibles

D’autres théories peuvent expliquer la claustrophobie:

Avoir une plus petite amygdale: C’est la partie du cerveau qui contrôle la façon dont le corps traite la peur.

Facteurs génétiques: Un mécanisme de survie évolutionnaire dormant provoque des réactions qui ne sont plus nécessaires dans le monde d’aujourd’hui.

Des études chez la souris ont indiqué qu’un seul gène peut entraîner chez certains individus un plus grand degré de «stress résident-intrus».

Un groupe de chercheurs a suggéré que les personnes qui souffrent de claustrophobie perçoivent les choses comme étant plus proches qu’elles ne le sont et que cela déclenche un mécanisme de défense.

Like this post? Please share to your friends: