Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Que savoir sur la dépendance au jeu?

Pour de nombreuses personnes, le jeu est un plaisir inoffensif, mais il peut devenir un problème. Ce type de comportement compulsif est souvent appelé «problème de jeu».

Une dépendance au jeu est généralement une dépendance progressive qui peut avoir de nombreuses répercussions psychologiques, physiques et sociales négatives. Il est classé comme un trouble de contrôle des impulsions.

Le jeu problématique est nuisible à la santé psychologique et physique. Les personnes atteintes de cette dépendance peuvent souffrir de dépression, de migraine, de détresse, de troubles intestinaux et d’autres problèmes liés à l’anxiété.

Comme toute autre dépendance, certaines personnes deviennent si découragées à la suite des conséquences de leur dépendance, qu’elles peuvent tenter ou se suicider.

Le taux de jeu problématique a augmenté globalement au cours des dernières années. Aux États-Unis, en 2012, on estimait à 5,77 millions le nombre de personnes ayant un trouble du jeu nécessitant un traitement.

En raison de ses conséquences néfastes, la dépendance au jeu est devenue un problème de santé publique important dans de nombreux pays.

Symptômes

dés, jetons et cartes à jouer

Certains des signes et symptômes du jeu compulsif incluent:

  • Envie de jouer.
  • Dépression.
  • Sentiments de remords après le jeu.
  • Recourir au vol ou à la fraude pour obtenir de l’argent pour jouer.
  • Gambler ressent le besoin de parier plus d’argent plus souvent.
  • En dépit des pertes croissantes, la personne continue de jouer en croyant récupérer les pertes.
  • Accroissement de la dette financière (utilisation des revenus et des économies pour les jeux de hasard, emprunt d’argent, recourir au jeu pour satisfaire aux obligations financières).
  • Perte de contrôle.
  • Perte de sommeil
  • La personne persiste dans le comportement de jeu malgré les conséquences négatives, croissantes et sévères.
  • Tentatives répétées infructueuses pour arrêter le jeu.
  • L’obsession croissante du jeu.
  • Problèmes liés au stress (migraines, troubles intestinaux).
  • En essayant de s’abstenir de jouer, la personne devient agitée ou irritable.

Le jeu n’est pas un problème financier, mais un problème émotionnel qui a des conséquences financières. Il influe également sur la façon dont la personne atteinte de la maladie se rapporte à sa famille et à ses amis. Par exemple, ils peuvent manquer des événements importants dans la famille, ou peuvent manquer le travail.

Si quelqu’un se demande s’il est accro, la question la plus importante à se poser est: « Puis-je arrêter si je veux? » Si la réponse est «non», il est important de demander de l’aide.

Déclencheurs

Toute personne qui joue peut développer des problèmes. Comme pour les autres formes de dépendance, personne ne peut prédire qui développera une dépendance au jeu. Le jeu devient un problème lorsque le comportement interfère avec les finances, les relations et le lieu de travail. Souvent, les joueurs ne se rendent pas compte qu’ils ont un problème pendant un certain temps.

Beaucoup de gens qui développent une dépendance au jeu sont considérés comme des personnes responsables et fiables. Souvent, il peut y avoir des facteurs qui conduisent à un changement de comportement, comme la retraite, les circonstances traumatiques ou le stress lié au travail.

En général, il a été établi que les personnes ayant une dépendance sont plus à risque d’en développer une autre. Certains joueurs problématiques peuvent aussi avoir un problème d’alcool ou de drogue. Ils semblent avoir une prédisposition à la dépendance. Les dépendances secondaires peuvent également se produire dans le but de réduire les sentiments négatifs créés par la dépendance au jeu. Cependant, certains joueurs compulsifs n’éprouvent jamais d’autres addictions.

Certaines personnes peuvent être plus à risque que d’autres:

  • Les personnes atteintes de dépression, d’anxiété ou de troubles de la personnalité.
  • Les toxicomanes d’autres choses, par ex. drogues, alcool.
  • Les agonistes de la dopamine – médicaments utilisés pour traiter la maladie de Parkinson et le syndrome des jambes sans repos peuvent augmenter le risque d’une dépendance au jeu.
  • Médicaments antipsychotiques – certains médicaments antipsychotiques ont été associés à une augmentation du jeu.
  • La dépendance au jeu d’âge est plus fréquente chez les jeunes et les personnes d’âge moyen.
  • Sexe – les hommes sont plus à risque que les femmes.
  • Amis et famille – si les amis proches ou les membres de la famille sont dépendants, le risque augmente.

Dépendance

joueur découragé perdant au casino

Pour quelqu’un qui a une dépendance au jeu, le sentiment de jouer équivaut à prendre un médicament ou à prendre un verre. Le comportement de jeu modifie l’humeur et l’état d’esprit de la personne. Le joueur est accroché et continue de répéter le comportement, en essayant d’atteindre le même effet.

Dans d’autres addictions, l’alcool, par exemple, la personne commence à développer une tolérance. Une quantité croissante d’alcool est nécessaire pour le même « buzz ».

De la même manière, les besoins d’un joueur augmentent; ils ont besoin de jouer plus pour obtenir le même « haut ». Dans certains cas, ils «chassent» leurs pertes, pensant que s’ils continuent à jouer, ils récupéreront l’argent perdu.

Le joueur est pris au piège dans un cercle vicieux où il y a un désir accru pour l’activité. Dans le même temps, la capacité de résister aux chutes.

Le désir augmente en intensité et en fréquence et leur capacité à contrôler l’envie est affaiblie.

La fréquence du jeu d’une personne ne détermine pas si elle a ou non un problème de jeu. Certains joueurs compulsifs peuvent seulement faire des beuveries périodiques. Cependant, quel que soit le taux de récurrence de l’activité addictive, les conséquences émotionnelles et financières seront évidentes.

Le jeu problématique peut causer des perturbations dans n’importe quelle partie de la vie du joueur (psychologique, personnel, physique, social ou professionnel).

Le montant d’argent perdu ou gagné ne détermine pas quand le jeu devient un problème. Le jeu devient un problème quand il provoque un impact négatif sur n’importe quel domaine de la vie de l’individu.

Traitement

En général, le traitement est divisé en trois types:

  • Thérapie – cela pourrait être une thérapie comportementale ou une thérapie cognitivo-comportementale (TCC).La thérapie comportementale aide un individu à réduire l’envie de jouer en l’exposant systématiquement au comportement. La TCC aide à changer la façon dont l’individu ressent et pense au jeu.
  • Les médicaments – les stabilisateurs de l’humeur et les antidépresseurs peuvent aider à réduire les symptômes et les maladies qui apparaissent parfois avec les dépendances au jeu. Certains antidépresseurs peuvent également réduire l’envie de jouer. Les antagonistes des narcotiques – médicaments utilisés pour traiter les toxicomanies – peuvent aider certains joueurs compulsifs.
  • Groupes d’entraide – certains trouvent que parler avec d’autres dans des situations similaires est vraiment très utile.

Les types

Les casinos et les loteries offrent la possibilité de jouer. La cause d’un problème de jeu est l’échec de l’individu à contrôler le comportement compulsif.

Tout type de jeu (course, bingo, jeux de cartes, jeux de dés, loterie, machines à sous et paris sportifs) peut devenir problématique. Cependant, certains types de jeu ont des caractéristiques particulières qui peuvent intensifier les problèmes de jeu.

Les rapports indiquent qu’un facteur de risque important peut être une vitesse de jeu rapide. Types de jeux où il y a peu de temps entre le fait de placer un pari et le fait de voir les résultats présenter un risque plus élevé pour les joueurs; machines à sous, par exemple.

Prévalence: À quel point est-ce commun?

Le jeu problématique est répandu et en hausse. L’accessibilité accrue aux jeux exige une plus grande sensibilisation et une législation appropriée.

Toute personne qui fournit des services de jeu a la responsabilité d’élaborer des politiques et des programmes pour lutter contre les dépendances aux mineurs et au jeu. La recherche, le traitement et la prévention du jeu compulsif devraient être généralement encouragés.

Obtenir de l’aide

Si une personne soupçonne qu’il pourrait avoir un problème de jeu, il existe une variété d’auto-tests disponibles sur Internet. Cependant, ceux-ci ne donneront pas de diagnostic et ne remplaceront pas une évaluation en face-à-face avec un professionnel clinique qualifié; mais ils peuvent aider les gens à décider s’ils veulent demander une évaluation formelle de leur comportement de jeu.

Après une évaluation détaillée, un plan de traitement adéquat est adapté pour le joueur à problèmes. Le traitement sera basé sur une évaluation complète du problème et répondra aux besoins spécifiques de chaque individu. Le traitement et l’assistance couvrent tous les domaines de la vie de l’individu (familial, éducatif, financier, juridique et professionnel).

Quiconque soupçonne une dépendance au jeu devrait demander de l’aide, car il y a beaucoup d’aide disponible pour la dépendance au jeu.

Like this post? Please share to your friends: