Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Que savoir sur la spondylarthrite ankylosante?

La spondylarthrite ankylosante est un type d’arthrite qui commence généralement dans la colonne vertébrale et les articulations entre la colonne vertébrale et le bassin. Il provoque de la douleur, de la raideur et peut affecter la forme de la colonne vertébrale et la mobilité.

Les symptômes peuvent se propager à d’autres parties du corps et, éventuellement, cette maladie inflammatoire chronique peut faire fusionner certains os de la colonne vertébrale ensemble.

Le diagnostic précoce et le traitement de la spondylarthrite ankylosante (SA) peuvent réduire le risque de déformation vertébrale et aider les patients à gérer les symptômes.

Symptômes

douleur dans le bas du dos

La Spondylitis Association of America note que les symptômes de la SA varient grandement entre les individus, tout comme l’âge auquel elle se développe.

L’Association affirme également que la SA peut se présenter différemment chez une minorité de personnes, en particulier les femmes, la douleur commençant dans les zones autres que le bas du dos.

Par exemple, AS peut commencer dans le cou, la cheville, le coude ou une autre articulation.

Environ 1 personne sur 10 souffrant de cette maladie présente des symptômes si graves qu’elle court le risque d’une incapacité à long terme.

Les premiers signes et symptômes

Certains des premiers signes et symptômes les plus communs de la condition incluent:

  • douleur dans le bas du dos, les hanches et les fesses
  • raideur dans le bas du dos, les hanches et les fesses
  • la douleur du cou
  • douleur ligamentaire et tendineuse
  • fatigue
  • sueurs nocturnes
  • légère fièvre
  • perte d’appétit
  • gêne générale

Ces symptômes peuvent:

  • se développer progressivement sur plusieurs semaines ou mois
  • être plus proéminent le matin ou pendant la nuit
  • être pire après des périodes d’inactivité
  • améliorer après un exercice léger ou une douche chaude
  • apparaître ou intensifier à intervalles irréguliers
  • être senti sur un ou des deux côtés du corps

Signes et symptômes au fil du temps

Au fil du temps, les symptômes deviennent chroniques. À ce stade, les signes et les symptômes comprennent la douleur, la raideur et la sensibilité des deux côtés du corps. Ces symptômes se propagent souvent à d’autres parties du corps.

L’AS peut éventuellement conduire à des changements de posture, et certaines personnes atteintes de SA peuvent sembler être penché en avant, ce qui est connu sous le nom de cyphose.

La fatigue, causée par la réaction de l’organisme à l’inflammation, est un autre symptôme courant à long terme.

Les zones les plus souvent touchées

Les symptômes de la SA ont tendance à toucher plusieurs parties du corps, notamment:

  • la colonne vertébrale
  • cou
  • travers de porc
  • articulation de l’épaule
  • les hanches
  • les cuisses
  • les articulations des mains
  • les articulations des pieds

La SA peut toutefois affecter n’importe quelle articulation.

Complications

homme avec une poitrine serrée au travail

Les personnes atteintes de graves cas de SA et d’une inflammation avancée peuvent ressentir la formation d’un nouvel os. Au fur et à mesure que le corps tente de se guérir, des sections des os de la colonne vertébrale fusionnent, ce qui entraîne une raideur et une perte de souplesse.

D’autres complications incluent:

  • Anémie de l’inflammation et des maladies chroniques. Ce type d’anémie légère à modérée survient fréquemment chez les personnes atteintes d’une maladie chronique. C’est le deuxième type d’anémie le plus commun et peut contribuer à la fatigue chez les personnes atteintes de SA.
  • Inflammation intestinale. Certaines personnes atteintes de SA ont des troubles intestinaux inflammatoires (MII), comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse. Certaines recherches suggèrent que jusqu’à 10 pour cent des personnes atteintes de SA développent une MII, et vice versa.
  • Inflammation des yeux. Environ 33% des personnes atteintes de SA souffriront d’au moins un cas d’inflammation oculaire. La douleur, la vision floue, la sensibilité à la lumière et l’arrosage sont des symptômes de cette complication.
  • Inflammation cardiaque L’inflammation de l’aorte, la plus grosse artère du corps, peut survenir chez les personnes atteintes de SA. L’aorte transporte le sang du cœur vers les autres parties du corps. Lorsque l’aorte devient enflammée, elle est incapable d’accomplir ce rôle si bien.
  • Capacité pulmonaire réduite. La fusion des os peut entraîner un raidissement de la cage thoracique, ce qui pourrait causer des difficultés respiratoires.
  • Fracture de compression vertébrale. Les os affaiblis peuvent finalement s’effondrer chez les personnes atteintes de spondylarthrite ankylosante, un phénomène connu sous le nom de fracture par compression vertébrale. Une fracture de la colonne vertébrale peut entraîner une mauvaise posture et peut endommager la moelle épinière et les nerfs.

Diagnostic

Le diagnostic est souvent effectué par un rhumatologue spécialisé dans les maladies des articulations, des muscles et des os.

La SA peut être diagnostiquée par un examen physique, des tests sanguins et des tests d’imagerie.

Examen physique

Le médecin va vérifier les réponses de la douleur dans différentes zones du corps, ainsi que l’amplitude de mouvement de la colonne vertébrale. Ils peuvent également vérifier pour voir dans quelle mesure la poitrine se développe et comment il est facile de respirer.

Le médecin prendra également un historique médical complet et des antécédents familiaux de maladie.

Des analyses de sang

Les médecins peuvent également demander des tests sanguins pour détecter la présence du gène HLA-B27. Ce gène est présent chez 95% des Blancs en Europe centrale et en Amérique du Nord qui ont une SA.

Cependant, tout le monde avec le gène ne développe pas AS. Seulement 1 à 2 pour cent des personnes atteintes du gène HLA-B27 sont affectées par la maladie.

Les tests sanguins peuvent également indiquer la présence d’une inflammation, ce qui peut aider à éclairer le diagnostic.

Tests d’imagerie

docteur, tenue, rayon X, discussion, patient

Les rayons X peuvent être effectués sur la colonne vertébrale pour voir si les articulations sont endommagées ou fusionnées. Les médecins peuvent demander une IRM si rien n’apparaît sur la radiographie. L’IRM peut détecter une inflammation sans dommage articulaire.

Comme la SA est une maladie chronique, certains médecins peuvent attendre l’apparition d’un tableau clair de symptômes. Une histoire de maux de dos pendant 3 mois ou plus est souvent un facteur clé dans le diagnostic.

Quand voir un médecin

Si une personne éprouve de la douleur dans le bas du dos, les hanches ou les fesses, il est important de consulter un médecin. Ceci est particulièrement important si cette douleur est plus sévère au réveil ou persiste au fil du temps.

Les gens devraient également consulter un médecin s’ils éprouvent l’un des autres symptômes ou complications de la SA.

Causes et facteurs de risque

La cause de l’AS est inconnue.Les personnes ayant le gène HLA-B27 sont plus à risque de développer la maladie, bien que tout le monde avec le gène ne développe pas AS. De même, tout le monde avec AS porte le gène.

En outre, certaines recherches ont identifié d’autres facteurs de risque dans des groupes particuliers de personnes.

Les facteurs de risque pour le développement de AS comprennent:

  • âge
  • sexe
  • génétique et histoire familiale

L’American Academy of Family Physicians indique que la SA est plus fréquente chez les hommes blancs âgés de 15 à 40 ans. Environ trois fois plus d’hommes que de femmes développent une AS avec des signes et des symptômes apparaissant habituellement au début de l’âge adulte. Cependant, il affecte également les femmes et les personnes de tous âges et races.

Les estimations des populations européennes indiquent que la SA affecte entre 2 et 5 adultes sur 1000. Cependant, dans certains groupes, l’AS peut toucher jusqu’à 1 personne sur 100.

La prévention

Comme la cause de la SA n’est pas connue, il n’est pas possible d’empêcher son apparition. Cependant, un diagnostic précoce peut prévenir ou limiter la progression de la maladie et aider à gérer les symptômes.

Like this post? Please share to your friends: