Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Que savoir sur le diabète insipide?

Le diabète insipide est un état où le corps perd trop de liquide par la miction, ce qui entraîne un risque important de déshydratation dangereuse ainsi que toute une gamme d’autres maladies et conditions.

C’est un trouble rare qui affecte la régulation des niveaux de fluides corporels.

Les personnes atteintes de diabète insipide produisent des quantités excessives d’urine, ce qui entraîne une miction et une soif fréquentes. Cependant, la cause sous-jacente de ces deux symptômes diffère du diabète de types 1 et 2.

La maladie prend deux formes principales: le diabète insipide méphrogénique et le diabète insipide central ou neurogène.

Diabète insipide central se produit lorsque la glande pituitaire ne parvient pas à sécréter l’hormone vasopressine, qui régule les fluides corporels. Dans le diabète insipide néphrogénique, la sécrétion de vasopressine est normale, mais les reins ne répondent pas correctement à l’hormone.

Le diabète insipide affecte environ 1 personne sur 25 000 aux États-Unis.

Faits rapides sur le diabète insipide

Voici quelques points clés sur le diabète insipide. Plus de détails et d’informations à l’appui sont dans le corps de cet article.

  • Diabète insipide est une condition où le corps ne parvient pas à contrôler correctement l’équilibre de l’eau, entraînant une miction excessive.
  • La production excessive d’urine diluée dans le diabète insipide s’accompagne souvent d’une augmentation de la soif et d’une consommation élevée d’eau.
  • Le diabète insipide peut entraîner une déshydratation dangereuse si une personne n’augmente pas sa consommation d’eau, par exemple lorsqu’un patient ne peut pas communiquer sa soif ou s’aider lui-même.
  • Comme le diabète insipide n’est pas une affection courante, le diagnostic implique l’exclusion d’autres explications possibles des symptômes.

Symptômes

urination fréquente

Le principal symptôme de tous les cas de diabète insipide est souvent de devoir faire passer des volumes élevés d’urine diluée.

    Le deuxième symptôme le plus commun est la polydipsie, ou une soif excessive.

    Dans ce cas, résulte de la perte d’eau par l’urine. La soif incite la personne atteinte de diabète insipide à boire de grands volumes d’eau.

    Le besoin d’uriner peut perturber le sommeil. Le volume d’urine passé chaque jour peut être compris entre 3 litres et 20 litres, et jusqu’à 30 litres dans les cas de diabète insipide central.

    Un autre symptôme secondaire est la déshydratation due à la perte d’eau, en particulier chez les enfants qui peuvent ne pas être en mesure de communiquer leur soif. Les enfants peuvent devenir apathiques et fébriles, avoir des vomissements et de la diarrhée et avoir un retard de croissance.

    D’autres personnes incapables de s’aider elles-mêmes, comme les personnes atteintes de démence, sont également à risque de déshydratation.

    Une déshydratation extrême peut conduire à une hypernatrémie, une condition dans laquelle la concentration sodique du sérum dans le sang devient très élevée en raison d’une faible rétention d’eau. Les cellules du corps perdent également de l’eau.

    L’hypernatrémie peut entraîner des symptômes neurologiques, tels qu’une hyperactivité dans le cerveau et les muscles nerveux, une confusion, des convulsions ou même un coma.

    Sans traitement, le diabète central inspidus peut entraîner des lésions rénales permanentes. Dans le DI néphrogénique, les complications graves sont rares, à condition que la prise d’eau soit suffisante.

    Traitement

    Le diabète insipide devient un problème sérieux seulement pour les personnes qui ne peuvent pas remplacer le liquide qui est perdu dans l’urine. L’accès à l’eau et à d’autres liquides rend la condition gérable.

    S’il y a une cause sous-jacente traitable de la production d’urine élevée, comme le diabète sucré ou l’usage de drogues, aborder cette question devrait aider à résoudre le diabète insipide.

    Pour le diabète insipide central et lié à la grossesse, le traitement médicamenteux peut corriger le déséquilibre hydrique en remplaçant la vasopressine. Pour le diabète insipide néphrogénique, les reins nécessiteront un traitement.

    Le remplacement de l’hormone vasopressine utilise un analogue synthétique de la vasopressine appelé desmopressine.

    Le médicament est disponible sous la forme d’un spray nasal, d’une injection ou d’un comprimé et est pris en cas de besoin.

    Des précautions doivent être prises pour ne pas surdoser, car cela peut entraîner une rétention excessive d’eau et, dans des cas rares et graves, une hyponatrémie et une intoxication hydrique mortelle.

    Le médicament est généralement sans danger lorsqu’il est utilisé à des doses appropriées, avec peu d’effets secondaires. Cependant, il n’est pas efficace si le diabète insipide survient à la suite d’un dysfonctionnement rénal.

    Les cas bénins de diabète insipide central peuvent ne pas avoir besoin d’un traitement hormonal substitutif et peuvent être gérés par une augmentation de la consommation d’eau.

    Les traitements néphrogéniques du diabète insipide peuvent inclure:

    • les médicaments anti-inflammatoires, tels que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
    • les diurétiques, tels que l’amiloride et l’hydrochlorothiazide
    • réduire l’apport en sodium et augmenter la consommation d’eau

    Un médecin peut également recommander un régime pauvre en sel, et une personne atteinte de diabète insipide peut être référée à un nutritionniste pour organiser un régime alimentaire.

    La réduction de la consommation de caféine et de protéines et l’élimination des aliments transformés de l’alimentation peuvent être des mesures efficaces pour contrôler la rétention d’eau, ainsi que la consommation d’aliments à forte teneur en eau, comme les melons.

    Causes

    Les deux types de diabète insipide sont liés à une hormone appelée vasopressine, mais se produisent de différentes façons.

    La vasopressine favorise la rétention d’eau dans les reins. Cela maintient également la pression artérielle à un niveau sain.

    Le symptôme principal, une production excessive d’urine, peut avoir d’autres causes. Ceux-ci seraient généralement exclus avant de faire un diagnostic de diabète insipide.

    Par exemple, un diabète sucré non diagnostiqué ou mal géré peut provoquer une miction fréquente.

    Diabète insipide central

    Le diabète insipide central est causé par des niveaux réduits ou absents de vasopressine.

    La condition peut être présente dès la naissance, ou primaire. Diabète insipide central secondaire est acquis plus tard dans la vie.

    La cause du diabète insipide central primaire est souvent inconnue.Certaines causes résultent d’une anomalie du gène responsable de la sécrétion de vasopressine.

    Le type secondaire est acquis par des maladies et des blessures qui affectent la production de vasopressine.

    Ceux-ci peuvent inclure des lésions cérébrales résultant de blessures à la tête, de cancers ou d’une chirurgie du cerveau. D’autres affections et infections à l’échelle du corps peuvent également déclencher un diabète insipide central.

    Diabète insipide néphrogénique

    Le diabète insipide néphrogénique peut également être héréditaire ou acquis. Ce type affecte la réponse des reins à la vasopressine.

    Selon les gènes d’une personne, la maladie entraîne une réponse partielle ou totale des reins à la vasopressine. Cela affecte l’équilibre de l’eau à des degrés divers.

    La forme acquise du diabète insipide néphrogénique réduit également la capacité des reins à concentrer l’urine lorsque l’eau doit être conservée.

    Diabète insipide néphrogénique secondaire peut avoir de nombreuses causes, y compris:

    • kystes rénaux qui se sont développés en raison d’un certain nombre de conditions, telles que la maladie rénale polykystique autosomique dominante (PKRAD), la néphronophtose, le complexe de la maladie kystique médullaire, et le rein éponge médullaire
    • la libération d’une obstruction du tube de sortie d’un rein
    • infection rénale
    • niveaux élevés de calcium dans le sang
    • certains cancers
    • certains médicaments, en particulier le lithium, mais aussi la déméclocycline, l’amphotéricine B, la dexaméthasone, la dopamine, l’ifosfamide, l’ofloxacine et l’orlistat
    • des conditions plus rares, y compris l’amylose, le syndrome de Sjögren et le syndrome de Bardet-Biedl
    • néphropathie hypokaliémique chronique, une maladie rénale causée par de faibles niveaux de potassium dans le sang
    • un pontage cardiopulmonaire, qui peut affecter les niveaux de vasopressine et peut nécessiter un traitement par la desmopressine

    Diabète gestationnel insipide

    Dans de rares cas, la grossesse peut provoquer une perturbation de la vasopressine, en particulier au cours du troisième trimestre. Cela est dû au fait que le placenta libère une enzyme qui dégrade la vasopressine.

    La grossesse provoque également un seuil de soif plus bas chez les femmes, les incitant à boire plus de liquides, tandis que d’autres changements physiologiques normaux pendant la grossesse peuvent également affecter la réponse des reins à la vasopressine.

    Le diabète insipide gestationnel peut être traité pendant la gestation et résout 2 ou 3 semaines après l’accouchement. La condition affecte seulement quelques femmes sur 100 000 femmes enceintes.

    Les médicaments qui influent sur l’équilibre de l’eau

    Les médicaments diurétiques, communément appelés pilules d’eau, peuvent également causer une augmentation de la production d’urine.

    Un déséquilibre hydrique peut également survenir après l’administration intraveineuse de fluides (IV). Dans ces cas, le taux de goutte à goutte est arrêté ou ralenti, et le besoin d’uriner se résout. Les aliments à haute teneur en protéines peuvent également augmenter la production d’urine.

    Diagnostic

    Le test de privation d’eau est un test fiable pour aider à diagnostiquer le diabète insipide. Cependant, le test doit être effectué par un spécialiste, car il peut être dangereux sans supervision adéquate.

    eau versant dans un verre

    Le test de privation d’eau consiste à permettre à un patient de devenir de plus en plus déshydraté tout en prélevant des échantillons de sang et d’urine.

    La vasopressine est également administrée pour tester la capacité des reins à conserver l’eau pendant la déshydratation.

    En plus de gérer les dangers de la déshydratation, une surveillance étroite permet également d’éliminer définitivement la polydipsie psychogène. Cette condition oblige une personne à boire compulsivement ou habituellement de grands volumes d’eau.

    Quelqu’un avec la polydipsie psychogène peut essayer de boire de l’eau pendant ce test, en dépit des instructions strictes contre la consommation d’alcool.

    Les échantillons prélevés au cours du test de privation d’eau sont évalués pour déterminer la concentration d’urine et de sang et pour mesurer les niveaux d’électrolytes, en particulier de sodium, dans le sang.

    Dans des circonstances normales, la déshydratation déclenche la sécrétion de vasopressine de l’hypophyse dans le cerveau, en disant aux reins de conserver l’eau et de concentrer l’urine.

    Dans le diabète insipide, soit la vasopressine insuffisante est libérée, soit les reins sont résistants à l’hormone. Le test de ces dysfonctionnements permettra de définir et de traiter le type de diabète insipide.

    Les deux types d’affection sont définis plus précisément si la concentration urinaire répond alors à l’injection ou à la pulvérisation nasale de vasopressine.

    Les améliorations dans la concentration d’urine démontrent que les reins répondent au message de l’hormone pour améliorer la conservation de l’eau, suggérant que le diabète insipide est central.

    Si les reins ne répondent pas à la vasopressine synthétique, la cause est probablement néphrogénique.

    Avant que le test de privation d’eau soit effectué par des spécialistes, des investigations sont effectuées pour exclure d’autres explications pour les volumes élevés d’urine diluée, y compris:

    • Diabète sucré: Les taux de sucre dans le sang des diabètes de types 1 et 2 affectent la production d’urine et la soif.
    • Cours actuel de médicaments: Le médecin exclura le rôle de tous les médicaments actuels, tels que les diurétiques, dans l’équilibre de l’eau.
    • Polydipsie psychogène: Une consommation excessive d’eau à la suite de cette condition peut créer une forte production d’urine. Il peut être associé à des maladies psychiatriques, telles que la schizophrénie.

    Insipidus vs. Mellitus

    Le diabète insipide et le diabète sucré ne sont pas liés entre eux. Leurs symptômes, cependant, peuvent être similaires.

    Les mots «sucré» et «insipide» viennent des premiers jours du diagnostic de la maladie. Les médecins goûteraient l’urine pour mesurer la teneur en sucre. Si l’urine avait un goût sucré, cela signifiait que trop de sucre quittait le corps dans l’urine, et le médecin atteindrait un diagnostic de diabète sucré.

    Cependant, si l’urine avait un goût fade ou neutre, cela signifiait que la concentration en eau était trop élevée, et le diabète inspidus serait diagnostiqué. »Insipide » vient du mot « insipide », qui signifie faible ou insipide.

    Dans le diabète sucré, l’élévation du taux de sucre sanguin provoque la production de gros volumes d’urine pour aider à éliminer l’excès de sucre dans le corps. Dans le diabète insipide, c’est le système d’équilibre de l’eau qui ne fonctionne pas correctement.

    Le diabète sucré est beaucoup plus commun que le diabète insipide. Le diabète insipide progresse toutefois beaucoup plus rapidement.

    Des deux conditions, le diabète sucré est plus nocif et plus difficile à gérer.

    La prévention

    Le diabète inspidus est souvent difficile ou impossible à prévenir, car il résulte de problèmes génétiques ou d’autres conditions. Cependant, les symptômes peuvent être gérés efficacement.

    C’est souvent une condition permanente. Avec un traitement continu, les perspectives peuvent être bonnes.

    Like this post? Please share to your friends: