Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Que savoir sur le mal de l’altitude?

Le mal d’altitude est un trouble causé par le fait d’être en haute altitude, où les niveaux d’oxygène sont bas, sans s’habituer progressivement à l’augmentation de l’altitude.

Il est également connu comme le mal aigu des montagnes (AMS), la maladie d’altitude, l’hypobaropathie, la maladie d’Acosta, la puna et soroche.

La condition se produit à des altitudes supérieures à 8 000 pieds (pi), ou 2 500 mètres (m). De nombreuses stations de ski sont situées à une altitude de 8 000 pi.

Cet article se penchera sur les causes, les symptômes, le diagnostic, le traitement et la prévention du mal de l’altitude, ainsi que sur la façon de guérir.

Faits rapides sur le mal de l’altitude

  • À des altitudes plus élevées, le nombre de molécules d’oxygène par respiration diminue.
  • S’élever à haute altitude sans s’acclimater peut entraîner l’accumulation de liquide dans les poumons et le cerveau.
  • Les symptômes du mal de l’altitude comprennent la faiblesse, la somnolence et le manque d’appétit.
  • Les causes principales sont de grimper à une grande hauteur trop rapidement ou de rester trop longtemps à cette hauteur.
  • Il existe un certain nombre de traitements pour le mal d’altitude, mais l’individu devrait d’abord descendre lentement.

Symptômes

Douleur de poitrine

La sévérité des symptômes dépend de plusieurs facteurs, notamment:

  • l’âge, le poids, la pression artérielle et la forme physique générale d’un individu
  • à quelle vitesse une personne monte à 8 000 pi
  • le temps passé en haute altitude

Le principal symptôme du mal de l’altitude est un mal de tête. Cependant, c’est aussi l’un des symptômes de la déshydratation.

Pour un diagnostic précis, l’individu doit atteindre au moins 8 000 pi et avoir mal à la tête. Ils doivent également démontrer l’un des signes et symptômes suivants:

  • manque d’appétit, nausée ou vomissement
  • épuisement ou faiblesse
  • vertiges
  • insomnie
  • avoir des fourmis
  • essoufflement à l’effort
  • Se sentir fatigué
  • malaise général
  • gonflement des mains, des pieds et du visage

Les signes suivants peuvent indiquer une présentation plus sérieuse du mal d’altitude ou de l’une de ses complications.

Le liquide dans les poumons peut causer ce qui suit:

  • une toux sèche persistante, souvent avec des crachats rosés
  • fièvre
  • haletant, même en se reposant

Les signes de gonflement du cerveau comprennent:

  • un mal de tête persistant qui ne répond pas aux analgésiques
  • démarche instable ou maladresse
  • augmentation des vomissements
  • perte progressive de conscience
  • engourdissement
  • vertiges

Chronique vs. aigu

Le mal des montagnes chronique, également connu sous le nom de maladie de Monge, se développe après avoir passé beaucoup de temps à vivre à plus de 3 000 m d’altitude. Le mal aigu des montagnes se manifeste peu de temps après avoir remonté trop rapidement vers une altitude élevée.

Causes

Couple escalade la montagne

La principale cause du mal de l’altitude est de monter trop rapidement à une grande hauteur. Grimper trop haut et y rester trop longtemps peut aussi le provoquer.

Au niveau de la mer, la concentration atmosphérique d’oxygène est d’environ 21% et la pression barométrique est en moyenne de 760 millimètres de mercure (mmHg).

Les altitudes plus élevées ne modifient pas la concentration d’oxygène dans l’atmosphère. Cependant, le nombre de molécules d’oxygène par respiration diminue.

À environ 18 000 pieds (5 500 m), chaque respiration contient environ la moitié de l’oxygène trouvé au niveau de la mer.

La personne doit respirer plus rapidement pour compenser le manque d’oxygène, et le cœur doit aussi battre plus vite. Même si respirer plus vite augmente les niveaux d’oxygène dans le sang, ils n’atteignent pas les concentrations au niveau de la mer.

S’élever à des altitudes plus élevées peut également provoquer une fuite de liquide à partir de minuscules vaisseaux sanguins, entraînant une accumulation de fluides potentiellement dangereuse dans les poumons et le cerveau. Si un humain continue à s’élever à des altitudes plus élevées sans s’habituer, il existe un risque sérieux de maladies mortelles.

Le corps humain doit s’adapter à la pression d’air inférieure et à la diminution des niveaux d’oxygène. Une progression progressive est donc nécessaire. Cette montée plus lente est connue sous le nom d’acclimatation.

Le corps humain moyen a besoin de 1 à 3 jours pour s’acclimater à un changement d’altitude.

Les personnes qui ne passent pas assez de temps à s’acclimater à une nouvelle altitude avant de progresser plus loin courent le plus grand risque de développer le mal d’altitude.

Avec moins d’oxygène dans le sang, le cœur et les poumons doivent travailler plus fort. Cela augmente le pouls et le rythme de la respiration. Plus de globules rouges sont fabriqués pour permettre au corps de transporter plus d’oxygène. Le corps réagit à un changement d’altitude en modifiant le niveau d’acidité du sang, la pression pulmonaire, les niveaux d’électrolytes et l’équilibre hydrique et salin.

Le mal des montagnes chronique semble avoir un lien génétique. Des études ont révélé que deux gènes, ANP32D et SENP1, sont plus fréquents chez les personnes qui souffrent du mal des montagnes chronique.

Diagnostic

Si une personne a grimpé à une altitude supérieure à 2 500 pieds (762 m) et souffre de maux de tête ainsi que d’au moins un des symptômes ci-dessus, un diagnostic précis est assez simple.

Toute personne qui développe ces symptômes devrait cesser immédiatement de monter, ou même descendre à un niveau inférieur et se reposer jusqu’à ce que les symptômes soient complètement disparus.

Il est important de reconnaître les symptômes, car les services médicaux sont limités pendant la randonnée en montagne.

Traitement

Les personnes avec des symptômes très légers peuvent continuer à augmenter mais à un rythme beaucoup plus lent. Il est important de faire savoir aux autres, même le moindre soupçon de symptômes.

Ceux avec des symptômes plus graves devraient:

  • du repos
  • consommer beaucoup de liquides
  • éviter de fumer

Il y a une gamme d’options pour résoudre la condition, y compris:

Descendant: Passer à une altitude plus basse est probablement la meilleure action à prendre si les symptômes se développent. Les personnes présentant des symptômes modérés réagissent généralement bien si elles descendent à seulement 1 000 pieds (305 m) et y restent pendant 24 heures.Si l’individu présentant des symptômes modérés reste à cette altitude inférieure pendant quelques jours, son corps s’acclimatera et il pourra recommencer à monter.

Les personnes ayant des symptômes sévères devraient descendre au moins 2 000 pieds dès que possible. Il existe un risque de complications graves ou potentiellement mortelles. Les personnes dont les symptômes ne s’améliorent pas après avoir descendu cette distance devraient se déplacer plus bas dans la montagne jusqu’à ce qu’elles commencent à se sentir mieux.

L’oxygène pur: Donner de l’oxygène pur peut aider une personne souffrant de graves problèmes respiratoires causés par le mal de l’altitude. Les médecins des stations de montagne fournissent généralement ce traitement.

Un sac Gamow: Cette chambre portable hyperbare en plastique peut être gonflée avec une pompe à pied et est utilisée lorsqu’une descente rapide n’est pas possible. Il peut réduire l’altitude effective jusqu’à 5 000 pieds (1 500 m). Il est généralement utilisé comme une aide pour évacuer les personnes présentant des symptômes sévères, pas pour les traiter à haute altitude.

Analgésiques: Les acétaminophènes, comme le Tylenol, peuvent être pris pour des maux de tête. L’ibuprofène, un médicament anti-inflammatoire, peut également aider.

Acétazolamide: Ce médicament corrige le déséquilibre chimique dans le sang causé par le mal de l’altitude et accélère le rythme respiratoire. Si la personne peut respirer plus rapidement, son corps aura plus d’oxygène, ce qui entraînera le soulagement de certains symptômes, tels que des nausées, des vertiges et des maux de tête. Ce médicament peut causer certains effets secondaires, y compris des épingles et des aiguilles dans le visage, les doigts et les orteils, ainsi qu’une miction excessive et, dans de rares cas, une vision floue.

Dexaméthasone: C’est une hormone stéroïde puissante avec des qualités qui suppriment l’activité immunitaire et l’inflammation. Il est 20 à 30 fois plus puissant que l’hydrocortisone et 4 à 5 fois plus puissant que la prednisone, et réduit le gonflement du cerveau. Les gens éprouvent habituellement une amélioration des symptômes dans approximativement 6 heures. Ce médicament a des effets secondaires possibles, y compris des douleurs à l’estomac, la dépression et l’euphorie.

Nifédipine: C’est un bloqueur des canaux calciques dihydropyridine, couramment utilisé pour le traitement de l’hypertension artérielle. Il est efficace pour traiter l’accumulation de liquide dans les poumons. Ce médicament réduit le rétrécissement de l’artère pulmonaire, réduisant l’oppression thoracique et facilitant la respiration. Comme la tension artérielle peut soudainement chuter, il est conseillé aux patients de ne pas se lever trop rapidement après avoir pris ce médicament.

Complications

Les symptômes plus graves se produisent généralement à plus de 12 000 pi (3 600 m). Le mal aigu des montagnes peut évoluer vers un œdème pulmonaire de haute altitude (HAPE) ou un œdème cérébral de haute altitude (HACE).

Les deux principales complications de la maladie d’altitude sont des oedèmes de haute altitude des poumons et du cerveau.

Oedème cérébral de haute altitude (HACE):

Un manque d’oxygène provoque une fuite de liquide à travers de minuscules vaisseaux sanguins dans le cerveau, ce qui conduit à un gonflement. Habituellement, HACE se produit quand une personne reste à haute altitude pendant au moins une semaine.

Si elle n’est pas traitée, il existe un risque très élevé de décès. La personne touchée doit immédiatement descendre d’au moins 610 m (2 000 pi).

Une équipe de chercheurs a découvert que les IRM montraient des traces de saignement dans le cerveau des années après l’incident initial chez de nombreux alpinistes avec HACE.

Le chef d’équipe, Michael Knauth, M.D., Ph.D., conseille ce qui suit:

« HACE est une maladie potentiellement mortelle qui survient généralement dans un environnement hostile où l’on ne dispose ni d’aide ni d’outils diagnostiques adéquats, car on pensait auparavant que HACE ne laissait aucune trace dans le cerveau des survivants. le cas: pendant plusieurs années, des microhémorragies ou des micro-hémorragies sont visibles dans le cerveau des survivants de HACE. « 

Oedème pulmonaire de haute altitude (HAPE):

Le fluide s’accumule dans les poumons, empêchant l’oxygène d’entrer dans la circulation sanguine. Au fur et à mesure que l’HAPE progresse et que les niveaux d’oxygène dans le sang chutent, un certain nombre de symptômes se développent, notamment:

  • une teinte bleue sur la peau
  • difficultés respiratoires
  • une poitrine serrée
  • une toux persistante avec des expectorations rosâtres
  • épuisement et faiblesse
  • confusion et désorientation

Si elle n’est pas traitée, cette complication peut être fatale.

De la même manière que HACE, l’individu affecté devrait descendre d’au moins 2 000 pieds immédiatement.

Ces deux conditions sont rares mais peuvent survenir si une personne monte trop rapidement à une altitude très élevée et y reste.

La prévention

Boire beaucoup d'eau

Si l’ascension se déroule sur une montagne éloignée, il est important d’être préparé.

Les précautions comprennent:

  • Acclimatation: La meilleure façon de prévenir le mal d’altitude est de remonter graduellement afin que le corps puisse s’acclimater à l’évolution de l’altitude. Planifiez soigneusement et assurez-vous que tout voyage comprend assez de temps pour l’acclimatation. Assurez-vous que tout le monde dans le groupe est complètement acclimaté avant de monter plus loin.
  • Forfaits vacances: Soyez prudent avec les forfaits vacances qui promettent de monter une montagne en quelques jours.
  • Fluides: Consommez entre 4 et 6 litres d’eau par jour.
  • Alimentation: Mangez un régime hypercalorique en haute altitude.
  • Dormir: À une altitude de 2990 m (9 800 pi), ne pas monter plus de 300 m (985 pi) chaque nuit. En d’autres termes, ne dormez pas à plus de 985 pieds plus haut que votre lieu de repos la nuit précédente. Même si vous montez plus que cela pendant la journée, redescendez avant de dormir de sorte que vous n’ayez pas plus de 985 pieds plus haut que la nuit précédente quand vous allez vous coucher.
  • Évitez de fumer: Ne pas fumer.
  • Alcool: Ne consommez pas de boissons alcoolisées.
  • Acétazolamide et dexaméthasone: Ces médicaments peuvent être utilisés pour prévenir le mal de l’altitude.
  • Symptômes modérés: Les personnes présentant des symptômes modérés devraient rester à leur altitude actuelle jusqu’à ce que les symptômes aient complètement disparu.
  • Autres médicaments: Certains médicaments peuvent aggraver les symptômes en altitude ou en ascension, y compris les tranquillisants et les somnifères.

Si vous aimez grimper, il n’y a pas besoin de s’arrêter tant que vous prenez les mesures préventives correctes.

Like this post? Please share to your friends: