Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Quel écran solaire devrais-je utiliser?

Les règles sur l’étiquetage des lotions de protection solaire vendues aux consommateurs signifient que tous les produits de protection solaire sont étiquetés avec un facteur de protection solaire (SPF) et qu’il existe ou non une protection à large spectre contre le rayonnement ultraviolet (UV) du soleil.

Avant que la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA) simplifie sa réglementation des lotions solaires en vente libre et d’autres lotions solaires pour les consommateurs en juin 2012, il y avait un éventail confus de revendications concernant le niveau de protection contre les produits nocifs. Les rayons UVA et UVB.

Les règles plus simples signifient que les étiquettes montrent maintenant seulement un nombre de «SPF» et si ceci confère la protection de «large spectre» – mais qu’est-ce que ces termes signifient exactement?

Et quelle est la meilleure façon d’utiliser un écran solaire pour éviter les risques de la lumière UV, qui comprennent les coups de soleil et les cancers de la peau tels que le carcinome et le mélanome?

Quelle quantité de crème solaire devrais-je utiliser? Quand devrais-je porter une crème solaire? Est-ce que ma couleur de peau modifie le niveau de protection solaire? Les réponses simples à ces questions et plus sont fournies ci-dessous.

Les pays de l’Union européenne suivent également une nouvelle législation sur les cosmétiques depuis juillet 2013, notamment l’obligation de protéger tous les écrans solaires contre les rayons UVA et UVB et d’obtenir un étiquetage plus clair.

Les informations universelles sur le SPF et les autres conseils donnés ici s’appliquent à l’Europe et à d’autres parties du monde ainsi qu’aux États-Unis.

Faits rapides sur la crème solaire

Voici quelques points clés sur la protection solaire. Plus de détails sont trouvés dans l’article.

  • Les longueurs d’onde de la lumière responsables des dommages cutanés sont dans la gamme des ultraviolets (UV)
  • Les UVA sont responsables du photovieillissement de la peau et d’une partie du risque de cancer. Les UVB provoquent un érythème et des coups de soleil, et sont également responsables d’un risque plus élevé de cancer de la peau
  • L’indice SPF indique le niveau de protection contre les UVB tandis que le «large spectre» indiqué sur l’étiquette de l’écran solaire indique que le produit a également un effet contre les UVA.
  • Les propriétés à large spectre d’un écran solaire sont marquées en Europe par « UVA » apparaissant dans un cercle sur l’étiquette, avec une note d’étoile en plus du numéro SPF.
  • Plus le nombre de SPF est élevé, plus la lumière ultraviolette est dommageable pour la peau.
  • Aucun écran solaire ne bloque tous les rayons UV et tous les produits doivent être réappliqués régulièrement.
  • Aucune lotion solaire n’est imperméable à l’eau – les étiquettes peuvent prétendre seulement qu’il y a un niveau de résistance à l’eau
  • L’écran solaire ne protège pas contre toute exposition aux UV, et les différentes conditions environnementales affectent l’intensité du rayonnement
  • Les yeux sont vulnérables aux dommages UV ainsi que la peau
  • Même avec l’utilisation d’un écran solaire, le conseil d’experts est toujours d’éviter de sortir en plein soleil en été vers le milieu de la journée lorsque l’intensité des UV peut être extrême.

Quel est le facteur de protection solaire>

[lotion solaire appliquée en forme de soleil]

SPF est l’acronyme de « facteur de protection solaire ». La valeur numérique du facteur doit être indiquée sur les étiquettes de protection solaire en tant qu’indication du niveau de protection contre la lumière ultraviolette.1-4

Plus le nombre de facteurs est élevé, plus le niveau de protection est élevé. Tous les produits vendus aux États-Unis doivent montrer la valeur et, à côté, l’étiquette doit également montrer quand la crème solaire a passé le test «à large spectre».

En effet, si le SPF est une mesure de protection contre la lumière UVB (et le facteur « UVB SPF » dans le passé), le nombre de SPF ne donne pas une mesure claire de la protection contre la longueur d’onde légèrement plus longue des UVA.

Les produits vendus en Europe doivent également être étiquetés avec le SPF, mais il n’est pas nécessaire d’afficher un statut à large spectre. Au lieu de cela, les régulateurs disent qu’aucun écran solaire ne devrait être vendu s’il n’offre pas de protection contre les UVA et les UVB. « UVA » marqué à l’intérieur d’un cercle devrait également figurer sur les étiquettes en plus du FPS pour indiquer que la crème solaire couvre les deux.

Une indication utile de ce que les chiffres SPF signifient pour le niveau de protection vient des conseils supplémentaires en Europe que toutes les lotions de protection solaire devraient être vendues avec l’un des descripteurs suivants:

  • Faible protection – FPS inférieur à 15, noté 6 ou 10 (quel que soit le facteur exact mesuré de 6 à 9,9 ou de 10 à 14,9)
  • Protection moyenne – FPS 15 et plus, marqués 15, 20 ou 25 seulement (15-19.9, 20-24.9 ou 25-29.9)
  • Haute protection – FPS 30 et plus, marqué 30 ou 50 (30-49.9 ou 50-59.9)
  • Très haute protection – SPF supérieur à 50 et marqué 50+ (mais doit être mesuré à 60).

À l’inverse, les États-Unis ont abandonné l’utilisation des termes «faible, moyen, élevé et élevé» – le cachet à large spectre est plutôt basé sur un simple niveau de protection contre les UVA «pass-or-fail».

Pour réussir le test à large spectre utilisé par la FDA, le niveau de protection contre les UVA doit augmenter proportionnellement à la valeur du FPS qui indique une protection contre les UVB.

La même chose est recommandée en Europe, sauf que l’existence des deux protections est marquée sur les étiquettes par l’utilisation de « UVA » à l’intérieur d’un cercle en plus du SPF, et une note de cette protection plus large est montrée de 1-4.

Une protection à large spectre ne peut être revendiquée pour un produit dont le FPS est inférieur à 15, et tous les produits vendus aux États-Unis en dessous de ce facteur doivent inclure l’avertissement suivant sur l’étiquette:

 » Ce produit a été montré seulement pour aider à prévenir les coups de soleil, pas le cancer de la peau ou le vieillissement précoce de la peau.  »

La signification scientifique de SPF / h3>

Le SPF n’est pas une mesure arbitraire de protection solaire faible à élevée; Il s’agit d’une mesure scientifique de la réduction du risque de lésions cutanées, à savoir combien de temps il faut pour passer suffisamment d’UVB dans la crème solaire et causer des coups de soleil, comparativement au temps que cela prend quand il n’y a pas de crème solaire. , 5-7

Le facteur est simplement le résultat numérique produit lorsque la dose de rayonnement solaire nécessaire pour provoquer une rougeur de la peau (érythème) avec un écran solaire est divisée par la dose nécessaire sans écran solaire:

FPS = dose de rayonnement solaire avec une dose de rayonnement solaire / de coup de soleil sans crème solaire.

Pour la dose de rayonnement de coup de soleil, les scientifiques utilisent « MED » – court pour la dose d’érythème minimale, qui est le seuil de rayonnement solaire (principalement UVB) qui produit une peau rougie par le soleil.

La dose solaire utilisée dans le rapport produisant un FPS pour un écran solaire est mesurée lorsque 2 mg de crème solaire ont été appliqués pour chaque centimètre carré de la surface de la peau.

S’il faut 15 fois plus de temps pour brûler la peau avec un écran solaire que s’il n’y a pas d’écran solaire, le FPS est de 15.

La durée du coup de soleil est cependant la caractéristique potentiellement trompeuse de SPF. La dose de rayonnement nécessaire pour provoquer un coup de soleil est calculée à partir du temps supplémentaire nécessaire pour que la même quantité d’UV traverse une crème solaire, mais cela ne signifie pas que nous devrions rester au soleil 15, 30 ou 50 fois plus longtemps. le numéro SPF.

Pour une raison, cela signifierait rester au soleil pour obtenir la même quantité de coups de soleil dommageables que cela se produirait sans protection, bien que plus rapidement.

[peau pelée coup de soleil]

L’idée est d’éviter complètement les coups de soleil, mais en ayant la possibilité de passer un certain temps au soleil avant qu’un érythème ne se produise. Il est également important de se rappeler que, quelle que soit la radiation UV bloquée par un écran solaire – même si le SPF est élevé – tout le rayonnement n’est pas bloqué et l’effet de blocage disparaît après un maximum de 2 heures, après quoi la lotion devra être réappliqué.

Si les conditions UV à l’extérieur signifient qu’il faudrait seulement 10 minutes pour que la peau non protégée commence à devenir rouge, un écran solaire SPF 30 empêcherait théoriquement cela pendant 300 minutes – 30 fois plus longtemps à 5 heures. Mais la lotion devrait encore être complétée au moins toutes les 2 heures pour maintenir ce niveau de blocage UV.

Encore une fois, une telle image du pouvoir bloquant les UV est juste théorique; Comme nous le verrons à la page suivante sur l’achat et l’application d’un écran solaire, l’indice UV varie énormément dans la prévision, l’heure de la journée et ainsi de suite, tout comme l’effet de nos activités sur l’efficacité d’une lotion protectrice.

Une autre interprétation de la signification scientifique de SPF est de voir combien de rayons UVB du soleil sont bloqués pour chaque niveau de facteur:

  • Le FPS 15 bloque environ 93% de tous les rayons UVB
  • Le FPS 30 filtre 97%
  • Le SPF 50 est un bloc UVB presque complet, à 98%.

Ces pourcentages montrent qu’aucun écran solaire ne bloque absolument tous les UVB, et qu’il faut aussi de petites augmentations du pouvoir de blocage en pourcentage pour avoir des effets relativement importants sur le niveau d’exposition nuisible.

Ou, pour le dire vice versa, permettre à travers des quantités supplémentaires relativement faibles de rayonnement UV a un effet disproportionnellement plus grand sur le risque d’érythème.

L’élimination de 93% des UVB à SPF 15, contre 97% pour le SPF 30, produit un saut beaucoup plus important en termes de dommages solaires sur la peau – perdre ces quatre points de pourcentage contre les rayons UVB se traduit par une perte de moitié pouvoir protecteur contre les coups de soleil.

Les pourcentages de rayons UVB bloqués par le SPF ne sont pas non plus des mesures directes de la protection contre les rayons UVA, d’où l’importance de choisir une lotion «à large spectre».

Les écrans solaires à large spectre devraient produire une puissance de blocage UVA proportionnelle à leur puissance SPF contre les UVB (et les exigences d’étiquetage en assurent le «large spectre» sur les produits aux États-Unis, tandis que les étoiles UVA sont utilisées en Europe).

Les UVB sont la longueur d’onde particulière qui produit la rougeur de la peau, mais il n’est pas seul dans sa capacité à endommager la peau. Alors que les rayons UVA ne sont pas les rayons de soleil, ils sont responsables des effets du photovieillissement tels que les rides, et il s’agit d’un risque de cancer de la peau ainsi que des UVB.

Acheter et appliquer de la crème solaire

Conseils pour l’achat d’un écran solaire est généralement simple. Il suffit de sélectionner un produit solaire avec: 1,2,4,8

  • FPS 15 ou plus (en Europe, SPF 15-30 est également marqué protection « moyenne », « haut » accompagne FPS de 30-50 et « très élevé » est 50+)
  • Protection à large spectre (les produits européens doivent tous être à large spectre, et les étiquettes indiquent une protection contre les UVA, ce qui devrait indiquer 4 ou 5 étoiles pour une bonne protection).

Pour être sûr du niveau de protection solaire et d’autres facteurs de sécurité réclamés par votre produit choisi, d’autres préoccupations entrent en jeu, tout comme les préférences personnelles de base.

Le groupe de travail environnemental (EWG), une organisation à but non lucratif aux États-Unis, offre de l’aide pour évaluer la qualité de la crème solaire. L’EWG fait des recherches pour évaluer ce qui suit:

  • Dangers – si des dangers pour la santé sont présentés par l’un des ingrédients énumérés par un écran solaire, selon des dizaines de bases de données donnant des informations sur l’industrie, l’enseignement, la réglementation et la toxicité
  • Efficacité – double vérification du niveau de protection revendiqué contre les ondes UVA et UVB du soleil, indiqué par les mesures d’absorbance industrielle standard pour les UVA et l’indice SPF pour les UVB, et en notant l’équilibre entre ces deux
  • Stabilité – en utilisant une base de données EWG et d’autres recherches pour voir à quelle vitesse un ingrédient de protection solaire se décompose au soleil.

Un grand nombre de produits recommandés ont passé les tests (bien que des centaines de produits n’aient pas satisfait à la marque). Voir les 235 écrans solaires de plage et de sport qui répondent aux critères de l’EWG.

[Exigences de l'étiquette solaire FDA]

Tirer le meilleur parti de la crème solaire1-3,5,6,8-12

Tout écran solaire – quel que soit le SPF, la marque ou la formulation choisie – est aussi bon que son utilisateur.

Les points clés à retenir sur la protection optimale comprennent:

  • L’application d’un écran solaire n’est que l’une des nombreuses mesures visant à réduire l’exposition de la peau aux rayons UV
  • L’écran solaire peut ne pas couvrir uniformément la peau, même lorsqu’il est appliqué généreusement
  • La FDA et d’autres suggèrent que 1 oz de crème solaire – assez pour remplir un verre à liqueur – est nécessaire pour la taille moyenne du corps
  • Des conseils plus étendus contre trop de soleil (voir ci-dessous) s’appliquent également à d’autres risques d’exposition, tels que les yeux – une surexposition aux UV peut causer ou aggraver les cataractes (les UV jouent un rôle dans environ 20% des cas de cataracte dans le monde)
  • Même avec un écran solaire, évitez d’être sous le soleil quand il est le plus haut dans le ciel, particulièrement en été – les rayons UV sont les plus intenses pendant cette période de la journée et parce que la position du soleil signifie qu’il y a moins de Atmosphère absorbant les UV entre le soleil et la peau
  • Lorsque l’indice UV est élevé, restez à l’ombre vers midi, entre 11h et 15h, et certainement entre 12h et 14h – l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) nous conseille de « limiter l’exposition au soleil » entre 10 h et 16 h
  • Les informations de la FDA aident à quantifier l’intensité élevée des UV vers midi – ils disent que la même quantité d’énergie solaire qui nous parvient après seulement 15 minutes à 13 heures nécessite une heure entière d’exposition au soleil à 9 heures, rendant l’exposition quatre fois plus intense quand le soleil est complètement levé.

Tout le conseil scientifique est que les écrans solaires n’ont pas un effet durable après l’application. Les régulateurs ont même interdit toute revendication sur les étiquettes que les lotions peuvent durer toute la journée ou sont complètement étanches.

Aux États-Unis, par exemple, toute allégation de résistance à l’eau doit indiquer pendant combien de temps l’activité de l’eau peut être poursuivie avant que la résistance soit perdue et que la protection contre les UV soit réappliquée.

Le conseil sur l’application – et la réapplication – pour tous les filtres solaires est:

  • Plus la quantité de lotion utilisée est élevée, plus la quantité minimale utilisée dans les tests utilisés pour produire le numéro SPF est de 2 mg de lotion par centimètre carré de peau exposée.
  • 2mg / cm2 est à peu près équivalent à au moins 6 cuillères à café pour couvrir le corps d’un adulte moyen (environ 1 oz selon la FDA, ou environ 36 g selon les dermatologues britanniques)
  • Plus de traduction signifie que cela équivaut à plus d’une demi cuillère à café de crème solaire pour chaque bras, et pour le visage et le cou (sans oublier les oreilles), et un peu plus d’une cuillère à café sur chaque jambe, à nouveau pour chaque et à l’arrière du coffre
  • Il y a forcément des différences dans la quantité de produit à appliquer selon sa formulation – les utilisateurs doivent respecter les exigences minimales indiquées sur les étiquettes, que ce soit pour les lotions, les crèmes, les mousses, les sprays ou les gels
  • Il n’y a évidemment aucune protection si on sort au soleil avant l’application d’un écran solaire – il est recommandé de le mettre environ 15 minutes avant de sortir
  • Toutes les recommandations officielles nous disent de réappliquer un écran solaire au moins toutes les 2 heures
  • Un examen de la preuve6 suggère que ce n’est pas suffisant pour l’utilisation réelle des produits, concluant que la réapplication devrait être plutôt toutes les heures. Il est plus pratique d’utiliser la totalité de 1 oz de FPS 15 ou plus chaque heure que de s’attendre à ce que les utilisateurs adhèrent à la bonne application de la totalité des facteurs supérieurs qui ont tendance à être plus consistants. Le message des auteurs ajoute que cette stratégie aide également à surmonter le quasi inévitable que nous ne couvrons pas correctement toute la peau exposée à chaque application. Ils sont également d’accord avec le conseil d’appliquer un écran solaire avant toute exposition au soleil.

L’indice UV9,12,13

[Le soleil dans le ciel]

De nombreux météorologues et agences gouvernementales suivent l’indice UV (UVI) établi dans le cadre d’une collaboration entre l’OMS, l’ONU et une organisation internationale de science météorologique. Cet indice est conçu pour avertir de l’action protectrice à prendre lorsque les niveaux d’UV sont susceptibles d’être élevés.

L’échelle va de 1 et 2 (deux couleurs codées en vert) à 8, 9 et 10 (tout en rouge), et l’indice peut aller jusqu’à 11 – un avertissement violet « pour prendre toutes les précautions parce que la peau et les yeux non protégés peut brûler en quelques minutes « sous ce qui est décrit comme des conditions UV extrêmes.

L’Agence de protection de l’environnement des États-Unis (EPA) a publié un ensemble détaillé d’actions qu’elle conseille aux gens de prendre à différents niveaux d’avertissement UVI.

L’OMS a simplifié la réponse UVI dans leurs conseils sur l’échelle:

  • « 0 à 2 – vous pouvez profiter en toute sécurité de l’extérieur
  • 3 à 7 – chercher de l’ombre pendant les heures de midi. Enfilez une chemise, mettez de la crème solaire et appliquez un chapeau
  • 8 – Évitez d’être dehors pendant les heures de midi. Assurez-vous de chercher l’ombre. Chemise, crème solaire et chapeau sont un must. « 

Peaux et activités à risque élevé1,3

Les personnes à la peau claire sont susceptibles d’absorber plus d’énergie solaire que les personnes à la peau foncée dans les mêmes conditions.

Cependant, une peau plus foncée n’est pas une protection complète contre les effets néfastes de la lumière UV, mais il y a un risque moindre avec une peau plus foncée parce qu’elle contient plus de mélanine, l’un des absorbeurs biologiques des UV.

Inversement, les personnes ayant les cheveux roux et les taches de rousseur ont un risque particulièrement élevé de soleil parce que le type de mélanine dans leur peau est la phéomélanine, par opposition à l’eumélanine des personnes ayant des types de peau plus communs.

La British Association of Dermatologists, en 2013, a publié ce qu’elle appelle le «Skindex» – un tableau des couleurs de la peau montrant les risques plus élevés d’exposition aux UV que la peau devient plus légère.

Effet des activités sur le risque d’exposition au soleil: en plus de noter la durée maximale pendant laquelle un produit résistant à l’eau peut offrir une protection avant d’être réappliqué par les nageurs ou les personnes vivant en mer, il est également nécessaire d’appliquer une nouvelle dose d’écran solaire. pour les autres activités présentant un risque plus élevé en termes d’exposition au soleil.

Les personnes engagées dans une activité induisant la sueur, par exemple, courent un risque plus élevé simplement parce que la crème solaire se dilue et s’éloigne davantage avec l’activité physique.

Les autres groupes qui doivent prendre davantage soin sont ceux qui travaillent ou se divertissent à haute altitude, ce qui inclut le risque de réflexion des paysages enneigés et la diminution de la quantité de lumière UV absorbée par l’atmosphère (voir l’indice UV).

Au-delà de la crème solaire5,6,9-12

Les lotions antisolaires n’empêchent pas toute exposition aux UV dans toutes les conditions. Il est nécessaire de considérer les façons plus larges dont nous sommes exposés à des rayons nocifs et aux différentes conditions qui affectent nos risques.

Facteurs environnementaux affectant l’exposition aux UV

Le meilleur moment pour éviter le soleil est vers midi et c’est le meilleur moyen de réduire la forte exposition aux rayons UV.

Il existe des façons dont l’exposition à la lumière UV dans l’environnement varie. Il est important de penser à d’autres conditions au-delà de la crème solaire et à l’heure de la journée:

[Soleil à travers le nuage de lumière]

  • De la lumière ultraviolette qui frappe la neige, le sable et le métal, jusqu’à 90% peuvent être réfléchis, nous atteignant même lorsque nous ne sommes pas directement sous le soleil
  • Les vagues et les ondulations peuvent refléter jusqu’à 15% de la lumière UV qui atteint l’eau de mer; à l’inverse, aucun ne rebondit sur les eaux stagnantes, comme un lac ou une piscine très calme
  • Jusqu’à 1 mètre sous la surface, les UV se transmettent à travers l’eau, et ainsi nager nous expose encore à des niveaux élevés
  • Être à l’ombre ne fournit pas une protection constante, bien que la quantité d’exposition soit réduite de manière significative – entre la moitié et presque toute la lumière UV directe est arrêtée pour nous atteindre quand nous trouvons un abri contre le soleil
  • Les sources d’ombre à l’extérieur vont des plus protectrices dans les zones densément boisées aux moins protectrices sous les parasols (les rayons UV passent à travers les matériaux des parapluies et se reflètent également sur la plage)
  • La lumière UV traverse également les jours nuageux. Différentes conditions nuageuses ont un large effet sur le blocage des ultraviolets, avec des niveaux réduits entre 10% et 90% selon les facteurs tels que le brouillard, le brouillard, les nuages ​​et les polluants. Suivez les prévisions de l’indice UV pour obtenir une indication des niveaux d’UV élevés dans votre région.

Vêtements avec protection UV supérieure

Les vêtements ayant les qualités suivantes offrent des niveaux plus élevés de protection contre les UV (et les vêtements aux qualités opposées donnent une protection inférieure):

[bébés portant des vêtements de couleur claire]

  • Tissu à tissage serré et lavage qui entraîne un rétrécissement (par rapport au tissu à armure lâche)
  • Denim, laine et tissus synthétiques (contre coton, lin, acétate et rayonne)
  • Tissu épais (contre mince)
  • Tissu sec (contre humide)
  • Traitement avec absorbeur d’UV (par rapport au lavage avec seulement de l’eau, certains tissus sont vendus prétraités)
  • Couleur sombre (versus tissu léger)
  • Tissu écru (plutôt que blanchi)
  • Chapeaux à larges bords (contre brimless).

Les fabricants qui soumettent des demandes de règlement pour des produits de protection contre le soleil pour leurs vêtements ne le font que selon des codes volontaires, et les réglementations varient dans le monde entier quant aux mesures standard qui figureront sur les étiquettes. En conséquence, les conseils généraux ci-dessus sur les tissus peuvent être plus utiles que la recherche de revendications spécifiques.

Certains de ces facteurs peuvent ne pas être si évidents – par exemple, alors que les tissus plus foncés se réchauffent sous le soleil que les tissus plus légers, les tissus plus légers ne sont pas aussi efficaces pour bloquer les UV. Cependant, les vêtements d’été sont généralement blancs, ou de couleur claire.

Vitamine D

Des conseils pour supprimer presque complètement l’exposition à la lumière UV avec un écran solaire et un écran solaire présentent un dilemme.10,14-22

Le conseil est définitivement prouvé être un moyen direct de réduire les risques tels que les coups de soleil et le cancer de la peau, mais il supprime également la principale source de vitamine D.

La production initiée par les UVB dans la peau est la principale source de vitamine D, essentielle à la santé. On estime que 90% ou plus de nos besoins quotidiens sont produits de cette façon, le reste provenant de notre alimentation.

La carence en vitamine D est associée à de nombreux risques de maladie, et ce problème est beaucoup plus répandu chez les personnes qui vivent moins ensoleillées.

[peau pelée coup de soleil]

Les risques de carence d’un rayonnement UV trop faible (RUV) peuvent être tout aussi importants que les risques de cancer de la peau, comme le souligne l’OMS, qui utilise un graphique simple pour montrer un spectre allant d’une faible exposition aux UV à une exposition élevée. contre les risques de maladie correspondants.

Mais bloquer l’exposition aux UVB au détriment de la vitamine D, au bénéfice de la protection contre les dommages à l’ADN de la peau et d’autres risques, n’est pas controversé par ceux qui soutiennent que la réponse peut résider dans la supplémentation alimentaire de la vitamine.

De tels arguments soulignent également le fait que les liens entre la carence en vitamine D et, par exemple, le cancer interne, ne sont pas bien établis, alors que le lien entre les UV et le cancer de la peau est fermement établi.

Plutôt que d’avoir à penser au coût et à l’obligation de prendre des suppléments de vitamines tout en essayant de se cacher complètement de tous les rayons du soleil, les développements de la technologie de protection solaire pourraient-ils apporter de nouvelles réponses?

Le développement suivant présente une théorie décrite par les chercheurs qui croient que les écrans solaires pourraient donner à notre peau une protection UV pour le temps passé sous le soleil sans affecter la production de vitamine D.

Développement récent sur la crème solaire des nouvelles du MNT

La nouvelle crème solaire offre une production de vitamine D avec protection UV

Les scientifiques ont publié dans le journal en libre accès en Janvier 2016 calculé qu’il pourrait être possible de produire un écran solaire bloquant assez de lumière ultraviolette pour le même SPF contre les dommages du soleil, tout en laissant suffisamment de bande UVB pour un niveau sain de vitamine D production.

Les chercheurs affirment qu’un «FPS de 30, correctement appliqué, réduit la capacité de la peau à produire de la vitamine D de 97,5%», mais que les produits de protection solaire pourraient être utilisés de manière à surmonter ce problème.

Les composés chimiques typiquement utilisés dans un écran solaire absorbent efficacement les «longueurs d’onde variables des rayons UVB», de sorte que certains composés pourraient être sélectionnés pour produire un équilibre entre la protection contre les coups de soleil et la production de vitamine D.

Les personnes derrière la théorie du papier incluent un scientifique travaillant pour une compagnie de lampe UV et un autre travaillant pour le géant de la chimie BASF, bien que les auteurs incluent également un endocrinologue du Boston University Medical Center, MA. Ils concluent:

« En théorie, le choix judicieux de composés qui ont moins de propriétés d’absorption des UV à des longueurs d’onde proches du pic d’action pour la production de la prévitamine D3, soit 295 nm, tout en conservant la capacité d’absorber efficacement le reste du rayonnement UVB solaire, fournir un écran solaire qui avait encore ses propriétés anti-érythémateuses [anti-rougeurs] tout en permettant à un rayonnement UVB sélectif d’être transmis dans la peau pour produire la prévitamine D3. « 

La plage complète des longueurs d’onde de lumière UVB est comprise entre 280 et 320 nm, et les auteurs montrent que la plage de pic pour provoquer un coup de soleil se situe autour de 305-311 nm.

Ils montrent que le pic de production de la dose de prévitamine D3 se produit à des longueurs d’onde légèrement plus courtes et que, parce qu’une dose beaucoup plus faible est nécessaire, une quantité suffisante de D3 peut être obtenue à un point encore plus court du spectre. Donc, si seulement la longueur d’onde UVB de 295 nm est permise par un écran solaire pour la même durée de temps qu’il est appliqué contre les effets du coup de soleil, suffisamment de vitamine D peut être faite.

Cependant, les idées visant à encourager l’exposition au soleil sans danger pour les bienfaits de la vitamine D peuvent demeurer controversées en raison de la tension entre les différents messages de bronzage.

L’OMS, par exemple, déclare que la plupart des gens consomment suffisamment de vitamine D sans avoir à sortir davantage sous le soleil.

Alors qu’une «exposition zéro aux UV génèrerait un fardeau important de maladies par des carences en vitamine D», la plupart des gens, ajoutent l’OMS, «sont exposés au rayonnement ultraviolet de telle sorte que les taux de vitamine D sont extrêmement faibles».

Cette vue d’ensemble des présentes lignes directrices nous amène à la conclusion que l’avis sur le soleil sensible décrit ci-dessus est probablement tout à fait correct, et la meilleure clarté donnée par les étiquettes de protection solaire ne peut que contribuer à cela.

Like this post? Please share to your friends: