Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: admin@frmedbook.com

Quels tests sont utilisés pour diagnostiquer la sclérose en plaques?

La sclérose en plaques est un trouble invalidant du système nerveux central. Le cours de la maladie peut être imprévisible, et il présente souvent différemment dans chaque personne qui l’a.

Les personnes atteintes de la plupart des formes de sclérose en plaques (SP) ont une réponse immunitaire anormale contre les cellules du système nerveux, qui comprennent le cerveau et les cellules nerveuses. Les nerfs transmettent des informations et des instructions entre le cerveau, la moelle épinière et le reste du corps.

Dans la SP, le système immunitaire s’attaque à la couverture de ces cellules nerveuses, appelée myéline. Cela forme un tissu cicatriciel, également connu sous le nom de sclérose, le long des cellules nerveuses endommagées, interrompant la capacité du nerf à envoyer des messages d’avant en arrière.

Tests et diagnostic

Une IRM

Diagnostiquer la SP peut parfois être difficile, car il n’y a pas un seul test définitif pour la maladie. Par conséquent, si un médecin soupçonne qu’une personne a la SP, elle peut être référée à un neurologue spécialisé dans les soins aux personnes atteintes de SP.

Les questions posées par le médecin et la capacité d’examiner de manière critique les signes et les symptômes sont cruciales pour obtenir un diagnostic précis. Le médecin effectuera des tests pour examiner ce qui suit:

  • Émotions et état mental
  • Fonctions linguistiques
  • Mouvement, coordination et équilibre
  • Vision, odeur, goût, toucher et ouïe

En plus de prendre une anamnèse et un examen physique approfondis, le médecin peut recommander des tests de diagnostic pour aider à confirmer le diagnostic.

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

Une IRM permet au médecin de rechercher des tissus cicatriciels, causés par des lésions dues à la SEP. Ces taches anormales peuvent parfois indiquer d’autres conditions, telles que la migraine ou l’hypertension artérielle.

Le balayage utilise les champs magnétiques et les ondes radio plutôt que le rayonnement. Il mesure la teneur en eau relative dans les tissus.

La myéline qui protège les cellules nerveuses est grasse et repousse l’eau. Lorsque ce revêtement protecteur est endommagé, plus d’eau est retenue, ce qui peut être vu sur un scanner IRM.

Un examen attentif de l’IRM est nécessaire pour un diagnostic précis de la SEP.

Potentiels évoqués

Un potentiel évoqué est un test électrique des voies nerveuses. Il peut aider à déterminer les voies nerveuses que la SP a affectées.

Le médecin placera des fils sur le cuir chevelu et examinera la réponse du cerveau à certaines expériences, comme regarder un écran vidéo, entendre un bruit particulier ou ressentir certaines sensations. Bien que le test soit très sensible, il est inoffensif et largement indolore.

La conduction électrique est ralentie le long des voies nerveuses où la myéline est endommagée. Ce test est particulièrement utile car il peut trouver des dommages dans les zones du système nerveux central qui n’ont causé aucun symptôme.

Ponction lombaire

Ponction lombaire

Une ponction lombaire, également connue sous le nom de ponction lombaire, est utilisée pour obtenir le liquide céphalo-rachidien (LCR). Ce liquide entoure le cerveau et la moelle épinière et peut être utilisé pour établir un diagnostic.

Pour extraire le LCR, une aiguille est insérée entre les os du rachis inférieur. Le liquide est prélevé à l’aide d’une seringue et ensuite testé pour les anticorps et les protéines qui peuvent signaler une réponse immunitaire anormale.

Les ponctions lombaires ne sont pas nécessaires chez toutes les personnes soupçonnées de SP et ne sont plus la norme de soins. Un médecin expérimenté décidera si une ponction lombaire est nécessaire en fonction des antécédents médicaux et de l’examen physique du patient.

Tests sanguins

Il n’y a pas de test sanguin qui peut être fait pour diagnostiquer la SP. Cependant, le médecin peut ordonner des tests sanguins pour exclure d’autres conditions qui ont les mêmes symptômes.

Les tests sanguins peuvent exclure la maladie de Lyme, le lupus, les carences en vitamines et en minéraux, certaines infections et certaines maladies héréditaires.

Appendicite

Certaines recherches ont suggéré que les personnes qui subissent une appendicectomie pour une appendicite aiguë peuvent avoir un risque plus élevé de recevoir un diagnostic de SP. Cependant, les résultats ont globalement été peu concluants.

Quand voir un médecin

Toute personne qui présente l’un des symptômes de la SP devrait consulter son médecin rapidement pour une évaluation plus poussée et d’éventuels tests diagnostiques.

Pour qu’un diagnostic de SEP soit confirmé, le médecin doit trouver des preuves de dommages dans plus d’une zone du système nerveux central. Les dommages doivent avoir eu lieu au moins 1 mois d’intervalle, et toutes les autres causes possibles doivent être exclues.

Si la cause de leurs symptômes est la SP, le traitement doit être instauré dès que possible afin de limiter la quantité et le degré de lésions nerveuses.

Les premiers symptômes

Selon la Fondation de la sclérose en plaques, les premiers signes et symptômes comprennent:

  • engourdissement et picotements dans les pieds, les jambes, les mains, les bras ou le visage
  • problèmes de vision, tels que vision floue ou double, perte de vision ou de contraste de couleur et douleur lors du déplacement de l’œil
  • fatigue
  • difficulté à marcher
  • problèmes de vessie
  • problèmes sexuels, par exemple, réduction de la libido
  • problèmes avec la mémoire ou la parole
  • la dépression et les changements émotionnels
  • spasmes musculaires et tremblements

Cependant, les symptômes varient d’une personne à l’autre et peuvent changer au cours de la maladie. Ils peuvent également dépendre de l’emplacement des nerfs touchés par la maladie.

      Traitement

      Il est important que les gens trouvent un spécialiste qui est familier avec le traitement de la SP. Les personnes atteintes de SP ont besoin d’une vaste approche pour gérer leurs symptômes et leur évolution.

      De nombreux médicaments peuvent être utilisés pour ralentir la progression de la maladie et traiter les symptômes associés aux formes récurrentes de la maladie. Cependant, il n’existe actuellement aucun médicament disponible pour traiter la SEP progressive primaire (SPPM), qui est un type de SEP non récidivant.

      L’utilisation de médicaments variera d’une personne à l’autre et dépendra des symptômes, du stade et de la gravité de la maladie. Les médicaments sont également utilisés pour traiter les rechutes au besoin.

      médecin et patient

      Les personnes atteintes de SP pourraient envisager de prendre part à un programme de réadaptation axé sur le maintien de la force et de la fonction des muscles du corps.

      Enfin, il est important de travailler avec un fournisseur de soins de santé qui reconnaît l’importance de la santé émotionnelle et des mécanismes d’adaptation et peut fournir les références appropriées.

      Perspective

      La SP n’est généralement pas fatale. Au contraire, la principale préoccupation pour les personnes atteintes de cette maladie est de préserver leur qualité de vie.

      Malgré la croyance que la SP est une maladie progressive et débilitante, seules certaines personnes atteintes de SP ont des symptômes qui finiront par progresser au point où elles auront besoin d’aide pour marcher.

      De nombreux progrès ont été réalisés dans les options de traitement de la SEP au cours de la dernière décennie. Les nouvelles thérapies modificatrices de la maladie ralentissent la progression et diminuent l’accumulation d’incapacité dans les formes récurrentes de SP. La recherche continue et offre des découvertes et des traitements prometteurs pour tous les types de SP.

      Like this post? Please share to your friends: