Rêves et cauchemars: quels sont-ils?

Les rêves sont des histoires et des images que nos esprits créent pendant que nous dormons. Ils peuvent être divertissants, amusants, romantiques, dérangeants, effrayants et parfois bizarres.

Cet article examine comment nous rêvons, quels sont les cauchemars, les rêves lucides et pourquoi certains rêves sont difficiles à retenir là où d’autres sont plus mémorables.

Comment rêvons-nous?

femme rêvant

Le sommeil se passe par cycles. Chaque cycle de sommeil complet prend environ 90 à 110 minutes.

La plupart des rêves surviennent au cours d’une phase connue sous le nom de sommeil paradoxal (REM). La première période de sommeil paradoxal survient habituellement entre 70 et 90 minutes après l’endormissement.

Pendant cette phase, un acide aminé connu sous le nom de glycine est libéré du tronc cérébral sur les motoneurones. Ces motoneurones conduisent des impulsions à partir du cerveau ou de la moelle épinière.

Cette libération de glycine entraîne effectivement la paralysie du corps.

On pense que cette paralysie est la façon dont la nature s’assure que nous n’agissons pas dans nos rêves et empêche ainsi les blessures.

Les premiers cycles de sommeil chaque nuit contiennent des périodes relativement courtes de REM et de longues périodes de sommeil profond. À mesure que la nuit progresse, les périodes de sommeil paradoxal augmentent, tandis que le sommeil profond diminue.

Les chercheurs ont différentes théories sur la relation entre le rêve et le sommeil paradoxal. La physiologie du sommeil paradoxal explique-t-elle l’expérience de rêve? Ou n’est-il pas nécessaire d’être en sommeil paradoxal pour avoir rêvé de se produire?

Une étude a suggéré que le rêve peut se produire pendant le sommeil REM et non REM (NREM), mais que différents processus physiologiques sous-tendent le rêve à chaque étape.

Les rêves qui se produisent pendant ces périodes peuvent différer de manière significative en qualité et en quantité et résultent probablement de processus différents.

femme avec zèbre volant

L’imagerie visuelle semble être plus fréquente après le sommeil paradoxal, comparativement au sommeil lent. Les personnes ont rapporté des images visuelles après 83% des réveils REM, comparativement à seulement 34% après le sommeil de stade 2.

Une étude a proposé que l’hormone cortisol joue un rôle important dans le contrôle des systèmes de mémoire pendant le sommeil. Des niveaux élevés de cortisol ont été observés tard dans la nuit et pendant le sommeil paradoxal.

Le cortisol affecte l’interaction entre l’hippocampe et le néocortex. Cette interaction semble avoir un impact sur un type spécifique de consolidation de la mémoire. Ceux-ci pourraient affecter le contenu des rêves.

Dans le sommeil NREM, l’interaction entre le néocortex et l’hippocampe n’est pas perturbée, et des souvenirs épisodiques typiques se produisent.

Cependant, dans le sommeil paradoxal, le contenu du rêve ne reflète que l’activation néocorticale. Les rêves sont plus susceptibles d’être fragmentés et bizarres.

Quels sont les mauvais rêves et les cauchemars?

Les adultes et les enfants peuvent faire l’expérience de mauvais rêves et de cauchemars.

Pendant un cauchemar, le rêveur peut éprouver une gamme d’émotions troublantes, telles que la colère, la culpabilité, la tristesse ou la dépression. Cependant, les sentiments les plus courants sont la peur et l’anxiété. La personne se réveille habituellement au moins une fois pendant le rêve.

les enfants ayant le cauchemar

Les causes de mauvais rêves comprennent:

  • stress
  • peur
  • traumatisme
  • problèmes émotionnels
  • médicaments ou usage de drogues
  • maladie

Une étude qui a examiné 253 épisodes décrits comme « cauchemars » a révélé qu’ils contenaient fréquemment:

  • agression physique
  • situations bizarres et émotionnellement intenses
  • les échecs et les fins malheureuses

Un sur trois de ces cauchemars contenait des émotions primaires autres que la peur.

Dans 431 autres mauvais rêves, par opposition aux cauchemars, les conflits interpersonnels étaient communs. Un peu plus de la moitié contenait des émotions primaires autres que la peur.

Dans une autre étude, 840 athlètes allemands ont discuté des rêves angoissants qui se sont produits les nuits précédant une compétition ou un match important.

Environ 15% des athlètes ont déclaré avoir eu au moins un rêve angoissant avant une compétition importante au cours des 12 derniers mois. La plupart de ces problèmes étaient liés à l’échec sportif.

Ailleurs, un sondage dans lequel 30 femmes qui traitaient de la violence dans les relations décrit leurs expériences de rêve, la moitié a rapporté avoir des cauchemars hebdomadaires, et un peu plus de la moitié avait des rêves récurrents.

Les événements de rêve inclus:

  • noyade
  • être pourchassé
  • apporter tué
  • tuer quelqu’un d’autre

Une théorie sur les rêves récurrents est la théorie de la simulation des menaces. Selon cette théorie, les rêves sont un mécanisme de défense biologique ancien qui vise à simuler à plusieurs reprises des événements menaçants, vraisemblablement pour préparer les gens aux menaces auxquelles ils pourraient être confrontés dans leur vie éveillée.

Les chercheurs ont proposé que les enfants qui vivent dans un environnement menaçant rêveraient plus activement que ceux qui ne le font pas, et au moins une étude l’a confirmé.

Dans une enquête, les enfants qui ont subi un traumatisme grave ont vécu un nombre significativement plus élevé de rêves et un nombre plus élevé d’événements de rêve menaçants, comportant des menaces plus graves, comparativement aux enfants qui n’avaient pas subi de traumatisme.

Cependant, dans une étude qui a porté sur les rêves de 190 écoliers âgés de 4 à 12 ans qui n’avaient subi aucun traumatisme, on a noté ce qui suit:

  • La peur figurait dans 75,8% des rêves.
  • Les inquiétudes sont apparues dans 67,4% des cas.
  • Les rêves effrayants représentaient 80,5%.

Les craintes liées aux rêves effrayants étaient courantes chez les enfants de 4 à 6 ans, et plus encore chez les enfants de 7 à 9 ans. Ces craintes sont devenues moins fréquentes entre 10 et 12 ans.

Les types de peurs, d’inquiétudes et de rêves ont changé selon les groupes d’âge. Les craintes et les rêves effrayants liés aux créatures imaginaires diminuaient avec l’âge, tandis que les inquiétudes concernant les performances des tests augmentaient avec l’âge.

Dans une étude, des rapports de rêves de 610 adolescents ont montré que des rêves dérangeants et normaux surviennent à 13 et 16 ans. Cependant, les rêves dérangeants sont particulièrement fréquents chez les adolescentes.

Les filles qui avaient souvent des rêves troublants étaient également plus susceptibles de montrer des signes d’anxiété, même à l’âge de 13 ans.

Les déclencheurs de cauchemar

Certaines conditions semblent augmenter la fréquence des cauchemars chez certaines personnes.

Ceux-ci inclus:

Migraine: Des rêves récurrents comportant des images visuelles complexes, souvent des cauchemars terrifiants, peuvent survenir sous forme de symptômes d’aura de migraine. Ces rêves impliquent souvent les émotions de la peur et de l’angoisse.

Apnée du sommeil: Les personnes atteintes d’apnée du sommeil ont des rêves émotionnellement plus négatifs que celles qui ronflent simplement pendant leur sommeil.

Dépression: Les cauchemars fréquents sont associés à une tendance suicidaire chez les personnes souffrant de dépression majeure.

Terreurs de nuit ou de sommeil

Les terreurs nocturnes sont différentes des cauchemars.

Un enfant qui éprouve des terreurs nocturnes peut:

  • crier
  • crier
  • se débattre
  • panique
  • sauter du lit
  • ne pas reconnaître les parents qui tentent de les réconforter

Les terreurs nocturnes se produisent au réveil brutal du sommeil profond NREM, alors que les cauchemars surviennent pendant le sommeil paradoxal.

On pense qu’environ 1 à 6% des enfants ont des terreurs nocturnes à un certain moment de leur enfance. Il est fréquent chez les enfants âgés de 3 à 12 ans. Les enfants ne sont pas complètement éveillés dans ces épisodes, même si leurs yeux sont ouverts, et ils n’ont généralement aucun souvenir de l’événement le jour suivant.

Les épisodes surviennent généralement au début de la nuit et peuvent durer jusqu’à 15 minutes.

Les terreurs nocturnes sont plus fréquentes chez les enfants ayant des antécédents familiaux de terreurs nocturnes ou de comportement somnambulique.

Une attaque terroriste de nuit peut être déclenchée par tout ce qui:

  • augmente la quantité de sommeil profond de l’enfant, comme la fatigue, la fièvre ou certains types de médicaments
  • rend l’enfant plus susceptible de se réveiller d’un sommeil profond, tel que de l’excitation, de l’anxiété ou un bruit soudain

La plupart des enfants finiront par se développer hors des terreurs nocturnes.

La recherche a suggéré que les parasomnies et d’autres conditions de sommeil – telles que le syndrome des jambes sans repos (RLS) et la respiration désordonnée du sommeil – peuvent courir dans les familles. Il pourrait y avoir un lien génétique.

Les terreurs nocturnes ont également été liées à l’hypertrophie des amygdales et des végétations adénoïdes.

Quels sont les rêves récurrents?

Un rêve récurrent est un type de rêve qui survient régulièrement lorsque nous dormons.

Une étude de 212 rapports de rêves récurrents a révélé que:

  • Deux rêves sur trois contenaient une ou plusieurs menaces, qui tendaient à être dangereuses et destinées au rêveur. Face à une menace, le rêveur avait tendance à prendre des mesures défensives ou évasives qui étaient possibles et raisonnables.
  • Moins de 15% des rêves récurrents représentaient des situations réalistes et probables. Dans ceux-ci, le rêveur a rarement réussi à fuir la menace, malgré les efforts.

Quels sont les rêves lucides?

Lucide rêve est un état de sommeil rare dans lequel le rêveur sait qu’ils rêvent et ils acquièrent un aperçu de leur état d’esprit pendant le rêve.

La recherche a montré que pendant le rêve lucide, certaines parties du cerveau sont actives et sont normalement supprimées pendant le sommeil. Les découvertes ont suggéré que ce rêve lucide est un état de conscience unique séparé de tout autre état mental.

Les scientifiques ont découvert que certaines zones corticales sont activées pendant le rêve lucide.

rêve lucide

Une étude des rêves lucides chez les écoliers et les jeunes adultes a révélé que:

  • le rêve lucide est « assez prononcé » chez les jeunes enfants
  • l’incidence diminue à environ 16 ans

Les auteurs de l’étude ont proposé un lien entre l’apparition naturelle du rêve lucide et la maturation cérébrale.

Quels sont les rêves humides?

Un rêve humide est quand une éjaculation se produit pendant le sommeil, généralement pendant un rêve sexuel. La personne peut ne pas se souvenir du rêve, et cela peut arriver sans toucher le pénis. Ils peuvent ou peuvent ne pas se réveiller.

Ils affectent généralement les garçons pendant la puberté, lorsque le corps commence à produire l’hormone mâle testostérone. Une fois que le corps peut produire de la testostérone, il peut libérer des spermatozoïdes.

Les rêves humides sont une partie normale de la croissance et ne peuvent être évités. Certains garçons peuvent avoir plusieurs rêves par semaine, tandis que d’autres n’en font jamais l’expérience. Ceci aussi est normal.

Impact des drogues et des problèmes de santé

L’utilisation de certains médicaments peut affecter le rêve.

Antidépresseurs et ISRS

Une revue de petites études a rapporté que les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS) peuvent intensifier les rêves.

Les résultats ont montré que:

  • Les personnes avec et sans dépression ont connu une diminution de la fréquence de rappel de rêve lors de l’utilisation d’antidépresseurs.
  • Des émotions de rêve plus positives étaient liées à l’utilisation d’antidépresseurs tricycliques.
  • Cauchemars sont survenus après l’arrêt des antidépresseurs tricycliques et les inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO) phénelzine et tranylcypromine.
  • Le début et l’arrêt de l’utilisation d’ISRS ou d’IRSN semblent intensifier le rêve.

Utilisation anesthésique

anesthésique

Les rêves et les hallucinations ont longtemps été liés à la sédation sous anesthésie.

Par le passé, des hallucinations sexuelles ont conduit à des allégations d’agression sexuelle ou d’agression de la part de médecins ou de personnel infirmier professionnel.

Les médicaments suivants ont été liés à des expériences de rêve:

Propofol: Les personnes qui ont reçu ce médicament anesthésique ont rapporté des hallucinations et des rêves qui sont «agréables» et peuvent avoir des connotations sexuelles. Les rêves peuvent aussi impliquer un comportement non inhibé ou une expression verbale de pensées intimes.

Kétamine: Les volontaires qui ont pris une dose sous-anesthésique de kétamine ont éprouvé plus de désagrément de rêve pendant 3 nuits que ceux qui ont pris un placebo.

Alcool: Les personnes qui subissaient une désintoxication suite à une dépendance à l’alcool ont connu un sommeil de moins bonne qualité et des rêves plus ternes comparativement aux témoins sains. Après 4 semaines d’abstinence, la qualité du sommeil et l’expérience de rêve se sont améliorées légèrement.Pendant ce temps, les participants ayant une dépendance à l’alcool rêvaient beaucoup plus souvent de l’alcool que le groupe qui n’avait pas connu la dépendance.

Des études ont montré que le sommeil subjectif et la qualité des rêves sont fortement altérés chez les patients présentant une dépendance à l’alcool.

La marijuana et la cocaïne

Des troubles du sommeil et des rêves désagréables ont été associés au sevrage de la cocaïne, et des troubles du sommeil et des rêves étranges ont été rapportés après l’arrêt de l’utilisation du tétrahydrocannabinol (THC) ou de la marijuana.

Les conditions de santé qui affectent les rêves

Certaines conditions de santé peuvent changer le sommeil et la qualité de rêve d’une personne.

Dépression majeure psychotique

Les personnes ayant des psychoses affectives et non affectives ont des niveaux de pensée inhabituels ou de bizarrerie cognitive plus élevés, à la fois en rêve et en veille.

Narcolepsie

La narcolepsie avec cataplexie (NC) est un trouble neurologique caractérisé par une somnolence diurne excessive et des changements dans les habitudes de sommeil.

Des études ont révélé que la plupart des gens ont environ 85 pour cent de rappel de rêve, qu’ils aient ou non NC. Cependant, les personnes atteintes de NC ont rapporté des rêves REM plus longs et plus complexes.

Ces résultats suggèrent que pour les personnes atteintes de NC, les processus cognitifs sous-jacents à la génération des rêves fonctionnent plus efficacement plus tôt dans la nuit, comparativement à d’autres personnes.

Parkinson

Les troubles du sommeil et les mauvais rêves ont été associés à la maladie de Parkinson.

Une étude a examiné la relation entre les niveaux de testostérone, les rêves violents et le trouble du comportement en sommeil paradoxal (RBD) chez 31 hommes atteints de la maladie de Parkinson (MP).

Les résultats suggèrent que les personnes atteintes de RBD étaient plus susceptibles de faire l’expérience de rêves violents, mais que ni les RBD ni les rêves violents n’étaient liés aux niveaux de testostérone chez les hommes atteints de MP.

Une autre étude a impliqué des hommes et des femmes atteints de la maladie de Parkinson. Il a lié RBD avec des rêves violents dans les deux sexes. Le contenu du rêve était similaire pour les participants masculins et féminins, mais les hommes avaient tendance à faire l’expérience de rêves plus violents.

Trouble de stress post-traumatique

Les troubles du sommeil, les cauchemars et les rêves remplis d’anxiété sont des symptômes du syndrome de stress post-traumatique (TSPT).

Se souvenir des rêves

la tête pleine de rêves

On dit souvent que 5 minutes après la fin d’un rêve, nous avons oublié 50% de son contenu, et 10 minutes plus tard, nous avons oublié 90%. Les chercheurs de Dream estiment qu’environ 95% de tous les rêves sont complètement oubliés au réveil.

Certaines personnes n’ont aucune difficulté à se souvenir de plusieurs rêves tous les soirs, tandis que d’autres se souviennent rarement ou jamais des rêves. Certains aspects du sommeil semblent rendre difficile aux rêveurs de se souvenir de ce qui s’est passé.

La plupart des rêves sont oubliés, mais parfois un rêve est soudainement rappelé plus tard dans la journée ou un autre jour. Écrire ou enregistrer des rêves peut vous aider à vous en souvenir. Cela suggère que la mémoire n’est pas totalement perdue, mais pour une raison quelconque, il est difficile à récupérer.

Comment le cerveau affecte-t-il les souvenirs de rêve?

Des études sur les lésions cérébrales et la neuro-imagerie ont indiqué que la jonction temporo-pariéto-occipitale et le cortex préfrontal ventromédien jouent un rôle crucial dans le rappel des rêves.

Les études EEG de surface ont montré que les oscillations corticales du sommeil associées à un rappel de rêve réussi sont les mêmes que celles qui sont impliquées dans la formation et le rappel de souvenirs épisodiques en état d’éveil.

Oscillations cérébrales corticales du sommeil humain semblent prédire le rappel de rêve réussi.

L’activité corticale spécifique a été liée à un rappel de rêve réussi après s’être réveillé du sommeil paradoxal, une découverte qui renforce la théorie selon laquelle le rappel de rêve et la mémoire épisodique pendant l’éveil sont liés.

Une zone différente du cerveau a été associée à un rappel de rêve réussi après le réveil du sommeil de stade 2 NREM.

Dans l’ensemble, ces résultats suggèrent que les mécanismes qui sous-tendent le codage et le rappel des souvenirs épisodiques peuvent demeurer les mêmes dans différents états de conscience, en d’autres termes, qu’ils soient éveillés ou endormis.

Une autre étude utilisant les techniques d’IRM a révélé que des rêves vifs, bizarres et émotionnellement intenses – les rêves dont les gens se souviennent généralement – sont liés à des régions du cerveau connues sous le nom d’amygdale et d’hippocampe.

L’amygdale joue un rôle primordial dans le traitement et la mémoire des réactions émotionnelles. L’hippocampe a été impliqué dans des fonctions de mémoire importantes, telles que la consolidation de l’information de la mémoire à court terme à la mémoire à long terme.

Les scientifiques ont également identifié où rêver est susceptible de se produire dans le cerveau.

Les personnes atteintes d’un syndrome clinique connu sous le nom de syndrome de Charcot-Wilbrand perdent la capacité de rêver.

Une perte de capacité à rêver a également été notée chez une personne qui a présenté une lésion dans une partie du cerveau connue sous le nom de gyrus lingual inférieur droit. Ceci est situé dans le cortex visuel. Il se peut que cette zone du cerveau, associée au traitement visuel, aux émotions et aux souvenirs visuels, joue un rôle dans la génération ou la transmission de rêves.

Les gens spéculent sur les rêves depuis des milliers d’années, mais ce n’est que récemment que les progrès de la technologie permettent d’étudier l’activité cérébrale de manière à nous aider à comprendre ce qui se passe réellement lorsque nous rêvons. Cependant, beaucoup sur la vie des rêves reste un mystère.

Like this post? Please share to your friends: