Tout ce que vous devez savoir sur l’hépatite C

L’hépatite C est une maladie hépatique virale contagieuse. C’est la maladie transmise par le sang la plus fréquente aux États-Unis, et la plupart des personnes atteintes d’hépatite C ne se rendent pas compte qu’elles l’ont.

La maladie se propage par contact de sang à sang, et principalement par l’utilisation de drogues injectables. Il existe des vaccins contre l’hépatite A et B, mais pas C. Pour prévenir l’infection, il est nécessaire d’éviter l’exposition au virus de l’hépatite C (VHC).

Si le virus ne disparaît pas dans les six mois, l’infection devient chronique et ne peut être guérie qu’avec des médicaments. Le VHC peut entraîner des cicatrices, une cirrhose, un cancer du foie et, dans certains cas, la mort. Il existe toutefois de nouveaux médicaments qui peuvent guérir l’infection chronique par le virus de l’hépatite C.

Cet article se concentrera spécifiquement sur les symptômes, les causes et les traitements de l’hépatite C dans les formes chroniques et aiguës. Ceux qui souhaitent en savoir plus sur les différents types d’hépatite trouveront plus d’informations ici.

Faits saillants sur l’hépatite C

  • L’hépatite C (VHC) est un type d’infection hépatique virale et peut être aiguë ou chronique.
  • Le VHC aigu peut causer de l’inconfort abdominal, de la nausée, de la fatigue et de la fièvre. Le VHC chronique peut entraîner une cicatrisation plus grave du foie et des cancers du foie.
  • Le VHC est la maladie transmissible par le sang la plus répandue aux États-Unis (États-Unis) et il est principalement transmis par voie intraveineuse. Les relations sexuelles non protégées et le contact avec du sang infecté peuvent également propager le VHC.
  • Les antiviraux à action directe (AAD) sont maintenant prescrits pour traiter le VHC. Ils sont très efficaces mais peuvent coûter plus de 100 000 $ pour un cours de trois mois.
  • Le VHC peut être évité grâce à des rapports sexuels protégés et en évitant les drogues injectables.

Qu’est-ce que l’hépatite C?

Virus VHC

L’hépatite est une inflammation du foie. Il existe plusieurs souches d’hépatite virale. Les types les plus courants sont A, B et C.

Le VHC est la maladie à diffusion hématogène la plus répandue aux États-Unis (É.-U.). On estime que 2,7 à 3,9 millions de personnes ont une infection chronique par le VHC.

Le virus envahit les cellules du foie et provoque un gonflement et un dysfonctionnement.

Il n’y a pas de vaccination contre le VHC. La présence d’anticorps anti-VHC dans le système immunitaire n’assure pas une immunité protectrice à long terme de la même manière qu’un vaccin. Le système immunitaire ne détient aucun enregistrement permanent des anticorps anti-VHC.

Une personne peut être ré-infectée par une souche différente du virus.

Symptômes

Le VHC ne présente souvent pas de symptômes à son stade aigu. Cependant, la maladie peut dégénérer en un stade chronique au cours duquel des complications potentiellement fatales peuvent se développer.

Hépatite C aiguë

L’infection aiguë par le VHC est rarement diagnostiquée en raison de l’absence de symptômes définitifs. On parle souvent d’une épidémie silencieuse. Le délai moyen d’exposition à des symptômes visibles se situe entre 4 et 15 semaines.

Pendant cette période aiguë, les symptômes ne sembleront pas différents de ceux causés par un autre syndrome viral. Les personnes atteintes du VHC aigu connaîtront:

  • douleur abdominale
  • la nausée
  • fièvre
  • douleur articulaire
  • fatigue
  • jaunisse, rarement
  • selles de couleur argileuse, rarement

Hépatite chronique C

Le VHC devient chronique lorsque le virus reste dans le sang pendant six mois après la période d’infection aiguë. Si la présence de virus VHC est détectée au moins deux fois au cours de cette période, un diagnostic chronique est confirmé.

L’infection ne disparaîtra pas à moins d’être traitée avec des médicaments.

La plupart des personnes ne présentent aucun symptôme d’infection chronique au VHC. Certains peuvent éprouver des épisodes continus de douleur abdominale, de fatigue persistante et d’articulations douloureuses.

Après 25 à 30 ans, cette infection chronique peut entraîner des cicatrices importantes, ou fibrose, du foie. Si le foie entier devient cicatrisé, cela peut évoluer vers une cirrhose, une insuffisance hépatique et éventuellement un cancer du foie.

La santé globale de l’individu infecté et de son foie déterminera avec quelle rapidité les dommages et la progression possible vers la cirrhose se produiront. Le génotype du virus joue moins un rôle que la santé physique de la personne atteinte du VHC.

Ce n’est que lorsque le foie est sur le point de s’effondrer que l’étendue des dommages causés par le VHC est apparente.

Causes et facteurs de risque

Homme flou après l'injection de drogues

Le virus du VHC provoque l’hépatite C. Le virus est transmis par contact sanguin.

Les virus sont inactifs jusqu’à ce qu’ils pénètrent dans la cellule vivante d’un hôte. Ils vont ensuite détourner le matériel de la cellule pour faire des copies d’eux-mêmes. L’infection chronique par le VHC consiste en des millions, voire des milliards, de copies du virus circulant dans le corps.

Pour qu’une infection de sang à sang se produise, le sang d’une personne infectée doit entrer dans le corps de quelqu’un qui n’est pas infecté. Le plus grand facteur de risque d’infection par le VHC est le partage de seringues ou de matériel utilisé pour s’injecter des drogues.

Le VHC n’est pas transmis par contact occasionnel, gouttelettes respiratoires, partage de nourriture, baisers ou piqûres de moustiques.

Un grain de sang si petit qu’il n’est pas visible à l’œil nu peut transporter des centaines de particules du virus de l’hépatite C. Nettoyer une aiguille avec de l’alcool, la rincer avec du savon et de l’eau et même laisser l’aiguille et la seringue sécher à l’air libre pendant plusieurs jours ne tueront pas le virus.

Une fois que le virus est injecté dans le corps, même si une seule fois, une exposition s’est produite et l’infection est possible. L’injection de drogues cause environ 67% des cas mondiaux.

Les Centers for Disease Control (CDC) ont identifié les facteurs qui entraînent le plus grand risque d’exposition au VHC. Ceux-ci inclus:

  • être né entre 1945 et 1965
  • recevoir des transfusions ou des transplantations d’organes avant 1992
  • utiliser ou avoir utilisé des drogues injectables
  • hémophilie
  • hémodialyse à long terme
  • l’exposition à un bâton d’aiguille, en particulier pour les personnes qui travaillent dans les soins de santé
  • HIV
  • se faire tatouer dans un environnement non réglementé
  • comportements sexuels à risque, tels que les rapports sexuels non protégés avec un utilisateur de drogue par voie intraveineuse
  • être né d’une mère infectée par le VHC
  • être incarcéré
  • des antécédents de consommation quotidienne d’alcool à long terme
  • maladie du foie inexpliquée
  • médicaments reniflants

Les personnes qui sont à risque en raison de ces facteurs peuvent recevoir un dépistage pour exclure le VHC.

Tests et diagnostic

Le VHC est souvent négligé ou confondu avec une maladie virale moins sévère. Il est rare que l’infection soit diagnostiquée pendant la phase aiguë.

Le système immunitaire d’une personne infectée par le VHC réagit à l’infection et, dans seulement 20% des cas, éliminera le virus sans aide. Les 80% restants deviendront chroniques et il deviendra possible de transmettre le VHC à d’autres sans le savoir.

Des tests de dépistage sont disponibles pour les personnes que les CDC ont déterminé être à risque. Les gens peuvent tester le VHC en utilisant un simple test sanguin appelé dépistage des anticorps anti-VHC.

Il existe un test rapide approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) qui fournit des résultats en 20 minutes. Sinon, le sang est prélevé dans une veine et traité au laboratoire. Un test négatif signifie que la personne n’a pas été exposée. Un test positif signifie que la personne a été exposée au VHC, mais ne prouve pas nécessairement l’infection en cours.

Tous les résultats positifs aux anticorps anti-VHC conduiront à un second test sanguin appelé ARN du VHC (PCR). Ce test va démontrer si le virus est toujours présent.

Une personne avec une PCR positive devrait voir un spécialiste du foie ou un fournisseur formé pour traiter le VHC.

Il est important de noter que le test d’anticorps positif restera toujours positif, que le virus soit toujours présent ou non.

Une fois l’infection chronique confirmée, le génotype du virus est établi par des tests. Cela permettra de déterminer le taux de guérison centile, la durée du traitement et les médicaments préférés.

Dans certains cas, une biopsie du foie peut être recommandée pour évaluer la gravité de la maladie, déterminer le degré de fibrose et évaluer l’étendue des lésions hépatiques.

Traitement

Le traitement du VHC supprime les virus du corps.

Médication sur la table

Le traitement actuel de l’hépatite C chronique est une combinaison de médicaments.

Le choix du médicament et la durée du traitement dépendent du génotype du virus. Le génotype 1a est le plus répandu aux États-Unis, et il existe actuellement plusieurs options de traitement recommandées utilisant une combinaison de puissants médicaments antiviraux.

Les antiviraux à action directe (AAD) sont les agents les plus récents disponibles pour traiter le VHC. Ces médicaments agissent en ciblant des étapes spécifiques du cycle de vie du VHC afin de perturber la reproduction des cellules virales.

Avant la disponibilité des AAD, le traitement du VHC chronique était long et inconfortable, avec des taux de guérison inférieurs à la normale. Maintenant, les taux de guérison sont plus de 90 pour cent. La durée moyenne du traitement est de 8 à 12 semaines. Les médicaments sont bien tolérés, les effets secondaires les plus fréquents étant les maux de tête et la fatigue.

Cependant, les nouveaux médicaments contre le VHC peuvent coûter jusqu’à 100 000 $. Vérifiez auprès de votre assureur si elles couvrent la thérapie de combinaison DAA, et de quelle information ils ont besoin pour approuver la couverture.

C’est la meilleure façon de traiter le VHC chronique tôt avant que le patient ne développe des complications ou ne progresse vers des circonstances potentiellement mortelles.

Alors que l’éducation, le dépistage fondé sur le risque, la prévention de l’exposition et l’arrivée de traitements bien tolérés se poursuivent, les perspectives de prévention des complications graves du foie et de guérison des personnes atteintes d’hépatite C chronique n’ont jamais été meilleures.

La prévention

Prévenir le VHC implique de limiter l’exposition au virus en premier lieu.

Parce que le VHC ne peut être transmis que par le sang à une exposition sanguine infectée, la meilleure façon d’éviter la propagation du VHC est de ne pas partager les aiguilles et d’éviter tout contact avec le sang d’autres personnes.

Une fois identifiées, les personnes infectées par le VHC devraient recevoir à la fois les vaccins contre l’hépatite A et l’hépatite B et faire des changements dans leur mode de vie pour favoriser une santé optimale du foie.

L’obésité, le tabagisme, le diabète et la consommation d’alcool peuvent accélérer le taux de cicatrisation du foie. Il est important que toutes les personnes infectées par le VHC soient en bonne santé. Cela implique:

  • éviter ou arrêter de fumer
  • maintenir un poids idéal
  • gérer les problèmes de santé coexistants
  • s’abstenir de tout alcool

À emporter

Le VHC est une infection persistante avec des complications potentiellement mortelles.

Au cours des dernières années, les médicaments sont devenus plus efficaces pour traiter le virus, et le rétablissement est plus probable. Le traitement peut également avoir lieu avec beaucoup moins d’effets indésirables qu’avant.

Ce traitement est coûteux, alors assurez-vous d’assister à des dépistages réguliers pour le VHC. Comme il n’y a souvent pas de symptômes significatifs au cours des six premiers mois, la plupart des 2,9 à 3,7 millions de personnes aux États-Unis infectées par le VHC ne savent pas qu’elles sont infectées de façon chronique.

Like this post? Please share to your friends: