Tout ce que vous devez savoir sur le cancer du côlon

Le cancer du côlon survient lorsque des tumeurs tumorales se développent dans le gros intestin. C’est le troisième type de cancer le plus répandu aux États-Unis.

Le côlon, ou gros intestin, est l’endroit où le corps extrait l’eau et le sel des déchets solides. Les déchets se déplace alors à travers le rectum et sort du corps à travers l’anus.

C’est aussi la troisième cause la plus fréquente de décès liés au cancer, et en 2017, 95 520 nouveaux diagnostics devraient survenir aux États-Unis (États-Unis). Cependant, les progrès dans le diagnostic, le dépistage et le traitement ont conduit à des améliorations constantes dans la survie.

Des projections régulières sont recommandées après l’âge de 50 ans.

Le cancer du côlon et le cancer du rectum peuvent survenir ensemble. C’est ce qu’on appelle le cancer colorectal. Le cancer rectal prend naissance dans le rectum, qui est le dernier plusieurs pouces du gros intestin, le plus proche de l’anus.

Faits rapides sur le cancer du côlon:

Voici quelques points clés sur le cancer du côlon. Plus de détails sont dans l’article principal.

  • Le cancer du côlon affecte le gros intestin et il commence généralement par des polypes dans la paroi de l’intestin.
  • Les symptômes peuvent ne pas apparaître jusqu’à un stade ultérieur, mais s’ils le font, les problèmes gastro-intestinaux sont des symptômes courants.
  • Le traitement implique une combinaison de chimiothérapie, de radiothérapie et de chirurgie, pouvant entraîner une colostomie.
  • Un mode de vie sain avec un régime alimentaire riche en fibres et faible en gras peut aider à prévenir le cancer du côlon, et le dépistage peut le détecter dans les premiers stades.

Symptômes et signes

Le cancer du côlon affecte le gros intestin. Il se développe habituellement à partir de polypes bénins.

Il n’y a souvent aucun symptôme dans les premiers stades, mais les symptômes peuvent se développer à mesure que le cancer avance.

Ils comprennent:

  • diarrhée ou constipation
  • changements dans la consistance des selles
  • selles lâches et étroites
  • saignement rectal ou du sang dans les selles
  • douleurs abdominales, crampes, ballonnements ou gaz
  • douleur pendant les selles
  • exhorte continuellement à déféquer
  • faiblesse et fatigue
  • perte de poids inexpliquée
  • syndrome du côlon irritable (IBS)
  • déficience en fer

Si le cancer se propage à un nouvel emplacement dans le corps, des symptômes supplémentaires peuvent apparaître dans la nouvelle zone. Le foie est le plus souvent affecté.

Étapes

Il y a différentes façons de mettre en scène le cancer. Les étapes dépendent de la distance parcourue par le cancer.

Voici un bref résumé d’un compte courant en quatre étapes où le cancer se situe au début de chaque étape.

Stade 0: Le cancer est à un stade très précoce. Il est connu sous le nom de carcinome in situ. Il n’a pas poussé plus loin que la couche interne du côlon.

Étape 1: Le cancer s’est développé dans la couche suivante de tissu, mais il n’a pas atteint les ganglions lymphatiques ou d’autres organes.

Stade 2: Le cancer a atteint les couches externes du côlon, mais il ne s’est pas propagé au-delà du côlon.

Étape 3: Le cancer s’est développé à travers les couches externes du côlon et il a atteint un à trois ganglions lymphatiques. Il ne s’est pas propagé aux sites distants.

Stade 4: Le cancer a atteint d’autres tissus au-delà de la paroi du côlon. À mesure que le stade 4 progresse, le cancer atteint des parties éloignées du corps.

Le cancer se développe progressivement. Chaque étape n’est pas fixe mais décrit une phase au cours de laquelle certains développements ont lieu.

Traitement

Le traitement dépendra du type et du stade du cancer, ainsi que de l’âge, de l’état de santé et d’autres caractéristiques du patient.

Il n’y a pas de traitement unique pour un cancer, mais les options les plus courantes pour le cancer du côlon sont la chirurgie, la chimiothérapie et la radiothérapie.

Les traitements visent à éliminer le cancer et à soulager les symptômes douloureux.

Chirurgie

La chirurgie pour le cancer colorectal signifie souvent qu'une personne aura besoin d'une colostomie. Un sac recueille les déchets d'une stomie, en contournant le besoin de la partie inférieure du gros intestin.

La chirurgie pour enlever une partie ou la totalité du côlon s’appelle une colectomie. Le chirurgien enlève la partie du côlon contenant le cancer et les environs.

Les ganglions lymphatiques voisins sont également généralement enlevés. La partie saine du côlon sera soit rattachée au rectum ou attachée à une stomie en fonction de l’étendue de la colectomie.

Une stomie est une ouverture pratiquée dans la paroi de l’abdomen. Les déchets vont passer dans un sac, supprimant le besoin de la partie inférieure du côlon. C’est ce qu’on appelle une colostomie.

Certains petits cancers localisés peuvent être éliminés par endoscopie.

La chirurgie laparoscopique, en utilisant plusieurs petites incisions dans l’abdomen, peut être une option pour enlever les plus gros polypes.

La chirurgie palliative peut soulager les symptômes dans les cas de cancers non traitables ou avancés. Le but est de soulager tout blocage du côlon et de gérer la douleur, les saignements et autres symptômes.

Chimiothérapie

La chimiothérapie administre des produits chimiques qui interfèrent avec le processus de division cellulaire en endommageant les protéines ou l’ADN afin d’endommager et de tuer les cellules cancéreuses.

Ces traitements ciblent toutes les cellules à division rapide, y compris les cellules saines. Les cellules saines peuvent habituellement se remettre de tout dommage induit chimiquement, mais les cellules cancéreuses ne le peuvent pas.

La chimiothérapie est généralement utilisée pour traiter le cancer qui s’est propagé parce que les médicaments circulent dans tout le corps. Le traitement se déroule en cycles, de sorte que le corps a le temps de guérir entre les doses.

Les effets secondaires communs incluent:

  • chute de cheveux
  • la nausée
  • fatigue
  • vomissement

Les thérapies combinées combinent souvent plusieurs types de chimiothérapie ou combinent la chimiothérapie avec d’autres traitements.

Radiation

Le traitement par irradiation endommage et tue les cellules cancéreuses en focalisant les rayons gamma à haute énergie.

Les rayons gamma radioactifs sont émis par des métaux tels que le radium ou par des rayons X à haute énergie. La radiothérapie peut être utilisée comme traitement autonome pour rétrécir une tumeur ou détruire des cellules cancéreuses, ou à côté d’autres traitements contre le cancer.

Les traitements par irradiation ne sont souvent utilisés que plus tard. Ils peuvent être employés si le cancer du rectum à un stade précoce a pénétré dans la paroi du rectum ou s’est rendu dans les ganglions lymphatiques avoisinants.

Les effets secondaires peuvent inclure:

  • changements de peau doux ressemblant à un coup de soleil ou un bronzage
  • la nausée
  • vomissement
  • la diarrhée
  • fatigue
  • appétit et perte de poids

La plupart des effets secondaires disparaissent quelques semaines après la fin du traitement.

La prévention

Les mesures préventives standard comprennent:

  • maintenir un poids santé
  • faire de l’exercice
  • consommer beaucoup de fruits, de légumes et de grains entiers
  • diminution de la consommation de graisses saturées et de viande rouge

Il est également recommandé de limiter la consommation d’alcool et d’arrêter de fumer.

Causes

Normalement, les cellules du corps suivent un processus ordonné de croissance, de division et de mort. Le cancer se produit lorsque les cellules se développent et se divisent de façon incontrôlable, sans mourir.

La plupart des cancers du côlon proviennent de tumeurs non cancéreuses, ou bénignes, appelées polypes adénomateux qui se forment sur les parois internes du gros intestin.

Les cellules cancéreuses peuvent se propager à partir de tumeurs malignes vers d’autres parties du corps à travers les systèmes sanguin et lymphatique.

Ces cellules cancéreuses peuvent se développer et envahir les tissus sains à proximité et à travers le corps, dans un processus appelé métastase. Le résultat est une condition plus sérieuse, moins traitable.

Les causes exactes sont inconnues, mais le cancer du côlon a plusieurs facteurs de risque potentiels.

Polypes

Le cancer du côlon dérive généralement des polypes précancéreux qui existent dans le gros intestin.

Les types les plus communs de polypes sont:

  • Adénomes: Ils peuvent ressembler à la muqueuse normale du côlon, mais ont un aspect différent sous un microscope. Ils peuvent devenir cancéreux.
  • Polypes hyperplasiques: Le cancer du côlon se développe rarement à partir de polypes hyperplasiques, car ils sont généralement bénignes.

Certains de ces polypes peuvent se développer dans le cancer du côlon malin au fil du temps, si elles ne sont pas éliminées au cours des premiers stades du traitement.

Gènes

La croissance cellulaire non contrôlée peut se produire s’il y a des dommages génétiques, ou si les changements à l’ADN affectent la division cellulaire. Une prédisposition génétique peut être héritée des membres de la famille, mais la plupart des cancers du côlon surviennent chez les personnes sans antécédents familiaux.

Certaines personnes naissent avec certaines mutations génétiques qui les rendent statistiquement plus susceptibles de développer un cancer plus tard dans la vie. Parfois, une personne aura cette caractéristique génétique, mais le cancer ne se développera pas à moins qu’un facteur environnemental ne le déclenche.

Traits, habitudes et régime

L’âge est un facteur de risque important pour le cancer du côlon. Environ 91 pour cent de ceux qui reçoivent un diagnostic ont plus de 50 ans.

Le cancer du côlon est plus probable chez les personnes ayant un mode de vie sédentaire, celles qui souffrent d’obésité et celles qui fument du tabac.

Comme le côlon fait partie du système digestif, l’alimentation est un facteur important. Les régimes pauvres en fibres et riches en graisses, en calories, en viande rouge, en alcool et en viandes transformées ont été associés à un risque plus élevé de cancer du côlon.

Conditions sous-jacentes

Certaines conditions et traitements ont été associés à un risque accru de cancer du côlon.

Ceux-ci inclus:

  • Diabète
  • acromégalie, un trouble de l’hormone de croissance
  • la radiothérapie pour d’autres cancers
  • maladie inflammatoire de l’intestin, comme la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn

Perspective

Si le cancer colorectal est diagnostiqué au stade 1, il y a 92% de chance de survie au moins 5 ans de plus. À l’étape 4, le pourcentage est de 11%.

Pour cette raison, un dépistage annuel est recommandé pour les hommes et les femmes âgés de 50 à 75 ans, d’autant plus que les symptômes peuvent n’apparaître que lorsque le cancer a progressé.

L’American Cancer Society suggère la coloscopie, pour la détection précoce du cancer du côlon, car c’est la méthode la plus précise. Il visualise l’ensemble du côlon et permet au chirurgien d’enlever les polypes pendant la procédure.

D’autres tests de dépistage comprennent:

  • tests sanguins occultes fécaux annuels
  • test d’ADN de selles
  • sigmoïdoscopie flexible tous les 5 ans
  • CT colonography tous les 5 ans

Ces recommandations de fréquence dépendent du risque de cancer du côlon.

Diagnostic

Un médecin effectuera un examen physique complet et posera des questions sur les antécédents médicaux personnels et familiaux.

Le diagnostic est généralement fait après une coloscopie ou une radiographie du lavement baryté.

Coloscopie

Un tube long et flexible avec une caméra à une extrémité est inséré dans le rectum pour inspecter l’intérieur du côlon.

Le patient peut devoir suivre un régime spécial pendant 24 à 48 heures avant la procédure. Le côlon nécessitera également un nettoyage avec des laxatifs forts, un processus connu sous le nom de préparation intestinale.

Si des polypes sont trouvés dans le côlon, ils sont prélevés et envoyés à un pathologiste pour une biopsie, un examen au microscope qui détecte les cellules cancéreuses ou précancéreuses.

Une procédure similaire, appelée sigmoïdoscopie flexible, examine une plus petite partie de la zone colorectale. Cela implique moins de préparation, et une coloscopie complète peut ne pas être nécessaire si les polypes ne sont pas trouvés, ou s’ils sont situés dans une petite zone.

Lavement baryté à double contraste

Cette procédure de radiographie utilise un liquide appelé baryum pour fournir des résultats d’imagerie plus clairs qu’une radiographie standard peut donner. Avant un lavement baryté, le patient doit jeûner pendant plusieurs heures.

Une solution liquide contenant l’élément baryum est ensuite injectée dans le côlon à travers le rectum, suivi d’un bref pompage d’air pour lisser sur la couche de baryum pour des résultats optimaux.

La radiographie du côlon et du rectum est ensuite prise. Le baryum apparaîtra blanc sur la radiographie, et les tumeurs et les polypes apparaîtront sous la forme de contours sombres.

Si une biopsie suggère un cancer du côlon, le médecin peut ordonner une radiographie pulmonaire, une échographie ou un scanner des poumons, du foie et de l’abdomen pour évaluer la propagation du cancer.

Il peut également y avoir un test sanguin pour une substance produite par certaines cellules cancéreuses appelées antigène carcino-embryonnaire (ACE).

À la suite d’un diagnostic, le médecin déterminera le stade du cancer en fonction de la taille et de l’étendue de la tumeur et de la propagation aux ganglions lymphatiques voisins et aux organes éloignés.

Le stade d’un cancer déterminera les options de traitement et éclairera le pronostic, ou l’évolution probable du cancer.

Like this post? Please share to your friends: