Tout ce que vous devez savoir sur le SRAS

Le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) est une maladie respiratoire contagieuse et potentiellement mortelle.

Il est apparu en Chine en novembre 2002 et a été identifié en février 2003.

Le SRAS s’est propagé à plus de 24 pays avant qu’il ne soit contenu. Depuis mai 2004, aucun nouveau cas n’a été signalé.

De novembre 2002 à juillet 2003, il y a eu 8 098 cas dans le monde et 774 décès.

Les États-Unis (États-Unis) ont vu huit cas confirmés en laboratoire et aucun décès. Les huit personnes avaient voyagé dans des régions touchées par le SRAS.

Des niveaux élevés de coopération mondiale ont permis de faire face rapidement à la menace du SRAS et de contenir efficacement la propagation de la maladie.

Qu’est-ce que le SRAS?

[Le SRAS contagieux]

Le coronavirus du SRAS (SRAS-CoV) cause le SRAS. Un coronavirus est une forme courante de virus qui cause généralement des maladies des voies respiratoires supérieures. Le rhume résulte d’une sorte de coronavirus.

Six types différents de coronavirus sont connus pour infecter les humains. Quatre d’entre eux sont communs, et la plupart des gens en éprouvent au moins un à un moment de leur vie.

Les deux autres types causent le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) et le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS). Ceux-ci sont moins communs mais beaucoup plus mortels.

Avant l’apparition du SRAS, les coronavirus n’étaient pas particulièrement dangereux pour les humains, mais on savait qu’ils causaient de graves maladies chez les animaux.

En conséquence, les scientifiques ont d’abord pensé que les animaux transmettaient le SRAS-CoV aux humains. Ils croient maintenant qu’un virus animal a changé en une nouvelle souche plus mortelle.

Causes

Les gouttelettes provenant de la toux et des éternuements et du contact humain rapproché transmettent probablement le virus du SRAS. Les gouttelettes respiratoires sont probablement absorbées dans le corps par les muqueuses de la bouche, du nez et des yeux.

Cela pourrait être à travers:

  • embrassement
  • partager des ustensiles pour manger et boire
  • parler à quelqu’un dans une distance de 3 pieds
  • toucher quelqu’un directement

Une personne atteinte du virus peut propager l’infection en laissant des gouttelettes respiratoires sur des objets, tels que des poignées de porte, des sonnettes de porte et des téléphones. Ceux-ci sont ensuite ramassés par quelqu’un d’autre.

Le virus est susceptible de rester actif dans l’environnement pendant plusieurs jours.

Pourquoi nous inquiétons-nous des maladies zoonotiques?

[Coronavirus du SRAS]

Les maladies qui passent des animaux aux humains sont appelées maladies zoonotiques. Ils sont relativement rares.

La principale préoccupation quand ils émergent est qu’ils sont de nouvelles souches et aussi nouveau pour les humains, de sorte que le corps humain n’a pas encore l’immunité.

Il est souvent impossible de prévoir ce qui peut arriver. Dans le cas du SRAS, les animaux peuvent avoir été l’hôte du virus.

En 2013, les scientifiques ont découvert que deux nouveaux coronavirus trouvés dans les chiroptères chinois sont un parent proche du coronavirus du SRAS.

Un rapport publié en 2014 suggère que plus de 320 000 virus de mammifères n’ont pas encore été découverts.

Symptômes

Les symptômes apparaissent normalement dans les 3 à 5 jours après l’exposition au virus du SRAS, mais ils peuvent se développer après 2 à 7 jours. Au cours de la période d’incubation, avant que les symptômes apparaissent, la maladie n’est pas contagieuse.

La plupart des cas de SRAS commencent par une forte fièvre. Parmi les autres symptômes précoces, mentionnons les symptômes courants de la grippe, tels que les courbatures, les frissons, la diarrhée, la toux sèche et l’essoufflement. Ceux-ci se développeront au cours d’une semaine.

Les patients peuvent développer une pneumonie, une infection des poumons.

Des complications graves, telles qu’une insuffisance respiratoire, une insuffisance cardiaque et une insuffisance hépatique peuvent survenir.

Ces complications sont plus probables chez les personnes de plus de 60 ans et celles qui présentent des comorbidités préexistantes, telles que le diabète ou l’hépatite.

Diagnostic

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) conseille que, pour être diagnostiqué avec le SRAS, une personne doit avoir tous les éléments suivants:

  • une fièvre d’au moins 100,4 degrés Fahrenheit ou 38 degrés Celsius
  • un ou plusieurs symptômes de maladie des voies respiratoires inférieures: toux, difficulté à respirer, essoufflement
  • preuve radiographique suggérant un diagnostic de pneumonie
  • pas de diagnostic alternatif pour expliquer pleinement la maladie

Le SRAS est très rare et les symptômes se chevauchent avec ceux de la grippe et de la pneumonie. Un médecin ne le soupçonnera pas à moins que la personne ait été dans une région où il y a une éclosion.

Tests

[Tests de laboratoire sur le SRAS]

Des tests de laboratoire peuvent aider à identifier le CoV-SRAS.

Les tests de transcription inverse-réaction en chaîne de la polymérase (RT-PCR) peuvent détecter le virus dans le sang, les selles et les sécrétions nasales.

Les tests sérologiques peuvent détecter les anticorps anti-SRAS dans le sang. Si une personne a des anticorps, ils sont également susceptibles d’avoir l’infection.

Les médecins peuvent également utiliser une culture virale. Cela implique de mettre une petite quantité de tissu ou de liquide dans un récipient contenant des cellules dans lesquelles le virus peut se développer. Si le virus se développe, les cellules vont changer.

Ces tests peuvent ne pas être fiables s’ils sont utilisés dans les premiers stades de l’infection.

La plupart des patients qui ont développé le SRAS entre 2003 et 2004 avaient passé du temps avec des personnes qui avaient développé la maladie, ou avaient été dans des endroits où la maladie était présente.

La pneumonie est une complication fréquente, de sorte qu’une personne qui développe une pneumonie inexpliquée et qui a passé du temps dans un endroit où il y a une éclosion devrait être soupçonnée d’être atteinte du SRAS.

Cela peut inclure un séjour ou un déplacement récent dans une région touchée par le SRAS ou dans un laboratoire contenant du CoV-SRAS vivant.

Traitement et prévention

Les États-Unis n’ont pas obligé les personnes atteintes du SRAS à entrer en quarantaine durant la flambée de 2003, mais le SRAS est une maladie à déclaration obligatoire. C’est aussi une urgence médicale, et des soins médicaux urgents sont nécessaires.

L’OMS recommande d’isoler les patients et d’utiliser des techniques de barrière pour prévenir la propagation du virus, y compris des masques filtrants et des lunettes de protection. Aucun médicament, y compris les antibiotiques, ne semble efficace contre le SRAS.

Des soins de soutien sont recommandés, y compris l’utilisation de médicaments pour soulager les symptômes tels que la fièvre et la toux.

La prévention

Comme pour les autres maladies infectieuses, certaines mesures simples peuvent être prises pour aider à prévenir la propagation du virus du SRAS.

[L'hygiène du SRAS est importante]

De bonnes pratiques d’hygiène personnelle peuvent aider à limiter la propagation du virus.

Ceux-ci inclus:

  • lavage fréquent des mains
  • éviter de toucher les yeux, la bouche ou le nez avec des mains sales
  • couvrant la bouche et le nez avec un mouchoir en toussant ou en éternuant
  • encourager les autres à faire de même

Parce que le SRAS est contagieux une fois que ses symptômes se sont développés, toute personne atteinte de la maladie devrait limiter ses interactions avec d’autres personnes jusqu’à 10 jours après l’amélioration de ses symptômes. Le SRAS est le plus contagieux au cours de la deuxième semaine de maladie.

Y a-t-il un vaccin?

Il n’y a actuellement aucun vaccin contre le SRAS, mais les scientifiques y travaillent.

En 2013, les chercheurs ont annoncé qu’ils avaient trouvé un moyen de désactiver une partie du virus impliqué dans le SRAS qui lui permet de se cacher du système immunitaire. Cela pourrait mener au développement d’un vaccin contre la maladie.

Depuis 2004, aucun cas de SRAS n’a été signalé dans le monde. Les organisations de santé continuent de travailler sur une réponse, au cas où le SRAS réapparaîtrait à l’avenir.

Like this post? Please share to your friends: