Un nouveau facteur de croissance osseux pourrait-il inverser l’ostéoporose?

Des scientifiques de l’Institut de recherche du Children’s Medical Center à UT Southwestern à Dallas, TX, ont découvert un nouveau facteur de croissance osseuse qui pourrait inverser la perte osseuse associée à l’ostéoporose. Ils disent que cette découverte a des implications pour la médecine régénérative.

[fracture osseuse de la colonne vertébrale]

L’ostéoporose se développe sur plusieurs années et est une condition qui affaiblit les os. Cette faiblesse rend les os plus fragiles et susceptibles aux ruptures. Plus de 50 millions de personnes aux États-Unis âgés de 50 ans et plus sont atteints d’ostéoporose ou de masse osseuse faible.

Les traitements pour l’ostéoporose impliquent actuellement le traitement et la prévention des fractures osseuses, ainsi que l’utilisation de médicaments pour renforcer les os. Les bisphosphonates sont des médicaments qui ralentissent ou préviennent les dommages osseux. La thérapie d’oestrogène est également employée dans quelques groupes de personnes pour aider à maintenir la densité d’os.

Alors que la majorité des traitements existants contre l’ostéoporose réduisent le taux de perte osseuse, ils ne favorisent pas la croissance osseuse. Il y a un agent, appelé tériparatide (PTH), qui est approuvé pour la formation de nouvel os. Cependant, l’utilisation de PTH est limitée à seulement 2 ans en raison d’un risque de développer un ostéosarcome (cancer des os).

Les chercheurs de l’Institut de recherche du Centre médical pour enfants (CRI) à UT Southwestern ont appelé le facteur de croissance ostéogénique nouvellement découvert Osteolectin, ou Clec11a, et ils ont publié leurs résultats dans.

Le Dr Sean Morrison, directeur du CRI, titulaire de la chaire Mary McDermott Cook en génétique pédiatrique, et la Chaire Distinguée Kathryne et Gene Bishop en recherche pédiatrique ont dirigé l’étude.

Des cellules particulières de moelle osseuse et d’os ont produit de l’ostéolectine. L’équipe du CRI affirme être la première à démontrer que l’ostéolectine favorise la formation de nouveaux os à partir de cellules souches squelettiques dans la moelle osseuse.

L’ostéolectine augmente significativement le volume osseux, la perte osseuse inversée

Morrison et ses collègues ont découvert que lorsque l’ostéolectine était supprimée chez la souris, elle subissait une accélération de la perte osseuse à l’âge adulte. Les souris présentaient également des symptômes d’ostéoporose, tels qu’une diminution de la solidité osseuse et une guérison retardée des fractures.

Les chercheurs ont cherché à savoir s’il était possible pour l’ostéolectine d’inverser la perte osseuse après le développement de l’ostéoporose. Morrison et son équipe ont utilisé deux groupes de souris dont les ovaires ont été retirés pour imiter le type d’ostéoporose qui se développe chez les femmes ménopausées. Ils ont fourni aux souris une injection quotidienne de PTH ou d’ostéolectine.

En comparaison avec la PTH – un agent déjà prouvé pour favoriser la formation osseuse – l’ostéolectine a montré des résultats similaires. Comparé aux souris non traitées, le volume osseux chez les souris traitées par PTH et celles traitées à l’ostéolectine a augmenté significativement.

Les deux traitements ont réussi à inverser la perte osseuse causée par l’ablation de l’ovaire.

« Ces résultats démontrent le rôle important que joue l’ostéolectine dans la formation de nouveaux os et le maintien de la masse osseuse chez les adultes.Cette étude ouvre la possibilité d’utiliser ce facteur de croissance pour traiter des maladies comme l’ostéoporose », explique Morrison.

« Ces premiers résultats sont encourageants, suggérant que l’ostéolectine pourrait un jour être une option thérapeutique utile pour l’ostéoporose et en médecine régénérative. »

Dr. Sean Morrison

Morrison est également le principal chercheur du laboratoire Hamon pour les cellules souches et la biologie du cancer. Aux côtés des scientifiques du laboratoire de Hamon, Morrison prévoit de mener d’autres expériences pour tester le potentiel thérapeutique de l’ostéolectine.

L’objectif de l’équipe est d’identifier le récepteur de l’ostéolectine, qui, selon eux, les aidera à comprendre le mécanisme de signalisation utilisé par le facteur de croissance pour favoriser la formation osseuse.

Apprenez comment l’hormonothérapie améliore la santé osseuse chez les femmes ménopausées.

Like this post? Please share to your friends: