Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Un test sanguin pourrait-il prédire le risque de schizophrénie?

Il n’y a pas de test unique pour la schizophrénie; son diagnostic repose sur des évaluations d’experts en santé mentale. Mais maintenant, une nouvelle étude prétend qu’un test sanguin pourrait déterminer qui est à haut risque de schizophrénie et d’autres formes de psychose, permettant un traitement plus précoce et de meilleurs résultats.

test sanguin

L’équipe de recherche, y compris le Dr Diana O. Perkins de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, publient leurs résultats dans la revue.

La schizophrénie est un trouble de santé mentale qui touche environ 24 millions de personnes dans le monde, soit l’équivalent de 7 personnes sur 1 000. La condition est caractérisée par des hallucinations, des délires, des pensées dysfonctionnelles et des mouvements du corps agités.

Il est bien établi que plus un patient reçoit un traitement contre la schizophrénie tôt, meilleur est le résultat. Selon le Dr Perkins et ses collègues, cela suggère que le traitement pendant la phase prodromique de la maladie – lorsque les premiers symptômes apparaissent – pourrait réduire le risque de symptômes graves ou d’invalidité.

Mais l’équipe note qu’un obstacle au traitement précoce de la schizophrénie et d’autres formes de psychose est l’incapacité d’identifier qui est le plus à risque pour les conditions. Les résultats de leur étude pourraient-ils éliminer cet obstacle?

Le test sanguin a identifié avec précision quels patients ont développé une psychose

Des études antérieures, les chercheurs disent, ont indiqué que les patients atteints de schizophrénie ont des niveaux anormaux de marqueurs de l’inflammation, le stress oxydatif, le métabolisme et les hormones.

Dans cet esprit, l’équipe a analysé des échantillons de sang de 32 patients présentant des symptômes suggérant un risque élevé de psychose, ainsi que des échantillons sanguins de 35 sujets témoins. Ils voulaient savoir si la présence des marqueurs susmentionnés pouvait prédire quels sujets développeraient une psychose.

Tous les participants ont été cliniquement évalués tous les 6 mois et suivis pendant 2 ans.

L’équipe a trouvé que parmi les 32 patients à haut risque de psychose, ils étaient capables d’identifier avec précision ceux qui ont développé une psychose en présence de 15 marqueurs spécifiques, ou analytes, dans leur sang.

Parmi ces patients, 14 avaient la schizophrénie, 13 avaient une psychose non précisée, deux avaient une dépression majeure avec des caractéristiques psychotiques, un avait un trouble bipolaire, un avait un trouble schizo-affectif et un avait un trouble délirant.

Commentant leurs conclusions, le Dr Perkins dit:

« Bien que d’autres recherches soient nécessaires avant que ce test sanguin puisse être disponible sur le plan clinique, ces résultats fournissent des preuves concernant la nature fondamentale de la schizophrénie et indiquent de nouvelles voies qui pourraient être des cibles pour des interventions préventives. »

Les chercheurs notent qu’il est crucial que ce test sanguin soit utilisé pour évaluer d’autres patients à haut risque de psychose afin d’évaluer sa reproductibilité.

«Cependant, il reste encore beaucoup à faire, car il existe probablement de nombreuses autres combinaisons d’analytes utiles dans la prédiction du risque de psychose, et un dosage sanguin pourrait être combiné avec d’autres mesures cliniques, d’imagerie ou électrophysiologiques associées à la progression de la psychose en situation de risque clinique élevé. sujets, « ajoutent-ils.

Dans l’ensemble, ils concluent que leurs résultats sont prometteurs dans l’identification de nouvelles cibles pour la prévention de la psychose et soulignent le besoin de plus de recherche dans ce domaine.

récemment rapporté sur une étude affirmant que la schizophrénie est composée de huit troubles génétiques spécifiques, plutôt que d’être une seule maladie.

Like this post? Please share to your friends: