Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Une étude sur le resvératrol offre un nouvel aperçu de la maladie d’Alzheimer

Une étude de suivi examinant les effets du resvératrol sur la maladie d’Alzheimer apporte de nouveaux détails concernant la réponse immunitaire dans le cerveau. Bien qu’il ne soit pas annoncé comme un remède, la molécule et ses effets aideront à concentrer la recherche plus loin.

[Plaques d'Alzheimer]

La maladie d’Alzheimer affecte actuellement 5 millions d’Américains. Toutes les 66 secondes, quelqu’un en Amérique développe la maladie.

Pourtant, actuellement, les mécanismes exacts derrière Alzheimer ne sont pas entièrement compris, et les traitements modernes ne traitent que les symptômes.

Ces faits qui font réfléchir font de la recherche Alzheimer un foyer d’innovation. Toute avenue potentielle est minutieusement étudiée, et aucune molécule n’est laissée au hasard.

Les résultats de la dernière étude sur la maladie d’Alzheimer ont été présentés lors de la conférence internationale de l’Association Alzheimer 2016 à Toronto, au Canada, hier. La molécule d’intérêt était le resvératrol.

Qu’est-ce que le resvératrol?

Le resvératrol est un phénol naturel, libéré par certaines plantes en réponse à une attaque ou une blessure. Le composé se trouve dans un certain nombre d’aliments, y compris les raisins, les bleuets, les framboises, le vin rouge et le chocolat noir.

La restriction calorique est connue pour réduire les maladies liées à l’âge chez les animaux, et le resvératrol est connu pour imiter la restriction calorique; il le fait en libérant les mêmes protéines – les sirtuines – d’où l’intérêt de la molécule pour ceux qui étudient la maladie neurodégénérative liée à l’âge.

En 2015, le plus grand essai clinique national sur le resvératrol à haute dose a été publié en. Les chercheurs ont constaté que le traitement au resvératrol à long terme des personnes atteintes d’Alzheimer légère à modérée semblait arrêter, ou au moins ralentir, la progression de la maladie.

Une protéine appelée amyloïde-béta40 (Abeta40) est connue pour diminuer à mesure que la démence s’aggrave. L’étude de 2015 a montré que, chez les personnes ayant pris du resvératrol, les taux d’Abeta40 sont restés stables, alors que les taux du groupe placebo ont chuté.

À l’époque, le chercheur principal, le Dr R. Scott Turner, a prévenu: «Il s’agit d’une étude unique de petite envergure dont les conclusions exigent que des recherches plus poussées soient interprétées correctement.

Le Dr Turner était l’investigateur principal de la présente étude, en compagnie du neurologue Dr Charbel Moussa, directeur de la recherche scientifique et clinique du programme de neurothérapie neuronale de GUMC. Pour cette série d’essais, l’équipe s’est intéressée aux niveaux de molécules spécifiques dans le liquide céphalo-rachidien (LCR) des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

En tout, 19 participants ont reçu une dose quotidienne de resvératrol (l’équivalent de 1000 bouteilles de vin rouge) et 19 autres ont reçu un placebo.

Découvrir les effets anti-inflammatoires du resvératrol

Les cerveaux des personnes atteintes d’Alzheimer sont endommagés par l’inflammation. On pense que cette inflammation est due à une réaction à l’accumulation de protéines dans le cerveau, y compris Abeta40 et Abeta42.

Une inflammation accrue semble aggraver la maladie. Auparavant, cette inflammation était considérée comme provenant uniquement des cellules immunitaires du cerveau. L’étude actuelle laisse entendre que cela pourrait ne pas être le cas.

La principale molécule d’intérêt pour les chercheurs était la métalloprotéinase matricielle 9 (MMP-9). L’équipe a trouvé une réduction de 50% de MMP-9 dans le LCR de ceux qui prennent la dose quotidienne de resvératrol.

Ceci est significatif car MMP-9 est réduite lorsque sirtuin1 (l’une des protéines liées à la restriction calorique) est activée. Des niveaux plus élevés de MMP-9 sont connus pour provoquer une rupture de la barrière hémato-encéphalique – un blocage qui empêche normalement les protéines et autres molécules d’entrer dans le cerveau.

De plus, l’équipe a découvert que le resvératrol augmentait les niveaux de composés liés à une réponse immunitaire «adaptative» à long terme; cela suggère une implication des cellules inflammatoires qui résident dans le cerveau. Ce type de réaction dégrade et élimine les protéines neurotoxiques.

«Ces nouvelles découvertes sont excitantes car elles permettent de mieux comprendre comment le resvératrol peut être cliniquement bénéfique pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, en particulier le rôle important de l’inflammation dans la maladie et les puissants effets anti-inflammatoires du resvératrol.

Dr Scott Turner

Plus de questions à répondre

Bien que le resvératrol ne soit pas un traitement à lui seul (il n’empêche pas les protéines tau d’attaquer et de détruire les neurones), un essai de phase III est prévu. Non seulement les études récentes ont donné un aperçu de la maladie, mais elles jettent aussi d’autres questions qui nécessitent des réponses.

Par exemple, le Dr Turner explique un autre des mystères à découvrir: «Une découverte troublante de l’étude du resvératrol (ainsi que des stratégies d’immunothérapie pour la maladie d’Alzheimer étudiée) est le rétrécissement plus important du cerveau trouvé avec le traitement. notion que le resvératrol diminue le gonflement qui résulte de l’inflammation dans le cerveau d’Alzheimer. « 

Cette découverte « apparemment paradoxale » a également été décrite dans des médicaments utilisés pour traiter des individus atteints de sclérose en plaques, une autre maladie cérébrale qui implique des niveaux élevés d’inflammation.

La maladie d’Alzheimer est une maladie compliquée, et ce n’est que grâce à un effort concerté que ses secrets sont enfin révélés et que des traitements améliorés sont conçus.

Apprenez comment les protéines tau se sont propagées à travers les espaces entre les cellules.

Like this post? Please share to your friends: