Utilisation de l’acétaminophène pendant la grossesse liée à l’autisme, TDAH chez les descendants

L’acétaminophène est l’un des très rares analgésiques considérés généralement sans danger pendant la grossesse. Une nouvelle étude, cependant, suggère qu’il peut ne pas être si sûr après tout, après avoir identifié un lien entre l’exposition prénatale au médicament et les symptômes de l’autisme et le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention.

[Une femme enceinte tenant des médicaments]

L ‘étude – menée par des chercheurs du Centre de recherche en épidémiologie environnementale (CREAL) à Barcelone, Espagne – est publiée dans le.

Aussi connu sous le nom de paracétamol, l’acétaminophène est l’un des médicaments en vente libre les plus couramment utilisés pendant la grossesse. Environ 65 pour cent des femmes enceintes aux États-Unis utilisent la drogue.

Toutes les femmes enceintes devraient consulter un médecin avant de prendre tout médicament, mais pour la plupart des futures mères, l’utilisation d’acétaminophène est jugée sans danger. Une étude de 2010 des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) n’a pas constaté de risque accru de malformations congénitales majeures avec l’utilisation d’acétaminophène dans le premier trimestre de la grossesse, et certaines études ont même suggéré qu’il pourrait réduire le risque de malformations congénitales.

Cependant, il a été démontré que l’utilisation d’acétaminophène pendant la grossesse peut interférer avec le développement cérébral de la progéniture. En 2014, une étude publiée a révélé que les femmes enceintes qui utilisaient l’acétaminophène étaient plus susceptibles d’avoir des enfants ayant des comportements associés au trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention (TDAH).

Évaluer le lien entre l’acétaminophène et le TDAH, l’autisme

Pour cette dernière étude, l’auteure principale Claudia Avella-Garcia, chercheuse à CREAL, et ses collègues ont entrepris d’étudier l’association entre l’utilisation de l’acétaminophène pendant la grossesse et le TDAH chez les descendants, et de déterminer s’il existe un lien avec l’autisme.

L’équipe a recruté 2 644 femmes enceintes dans leur étude. À 12 et 32 ​​semaines de grossesse, les femmes ont rempli un questionnaire dans lequel on leur demandait si elles avaient pris de l’acétaminophène au cours du mois précédant la grossesse ou pendant la grossesse.

On a également demandé aux femmes à quelle fréquence elles avaient pris le médicament, mais les doses exactes utilisées n’ont pas pu être évaluées, car les mères étaient incapables de s’en souvenir.

Le développement neuropsychologique de 88% des descendants des femmes a été évalué à l’âge d’un an, tandis que 79,9% ont été évalués à l’âge de 5 ans.

À un an, le développement neuropsychologique des enfants a été évalué à l’aide des balances Bayley du développement infantile (BSID), tandis qu’un certain nombre de tests – dont les échelles McCarthy des capacités des enfants (MCSA) et le test du spectre autistique infantile (CAST) – ont été utilisés. évaluation à 5 ans.

Exposition prénatale à l’acétaminophène liée aux symptômes de l’autisme chez les garçons

Les chercheurs ont constaté que 43% des enfants évalués à l’âge de 1 an et 41% de ceux évalués à l’âge de 5 ans sont nés de mères qui ont utilisé l’acétaminophène dans les 32 premières semaines de la grossesse.

Comparativement aux enfants nés de mères qui n’ont pas pris d’acétaminophène pendant la grossesse, les chercheurs ont constaté que ceux dont la mère prenait de l’acétaminophène pendant les 32 premières semaines de grossesse avaient 30% plus de chances d’avoir des troubles de l’attention. TDAH.

Les enfants exposés à l’acétaminophène avant la naissance étaient également plus susceptibles d’avoir des symptômes d’hyperactivité ou d’impulsivité à l’âge de 5 ans. Ceux qui avaient été exposés de manière persistante au médicament étaient moins performants aux tests d’attention, d’impulsivité et de vitesse.

De plus, les chercheurs ont découvert que les garçons ayant une exposition prénatale à l’acétaminophène étaient plus susceptibles d’avoir des symptômes cliniques de l’autisme que les garçons non exposés et que l’incidence de ces symptômes augmentait avec l’exposition persistante au médicament.

Cette découverte, explique l’équipe, pourrait expliquer pourquoi les garçons sont beaucoup plus susceptibles de développer l’autisme que les filles.

« Le cerveau masculin peut être plus vulnérable aux influences nocives au début de la vie », explique Avella-Garcia. « Nos différences de résultats entre les sexes suggèrent que la perturbation endocrinienne androgénique, à laquelle les cerveaux masculins pourraient être plus sensibles, peut expliquer l’association. »

Dans l’ensemble, les chercheurs disent que leurs résultats indiquent que les enfants exposés à l’acétaminophène dans l’utérus peuvent être plus à risque de symptômes d’autisme ou de TDAH.

«[…] bien que nous ayons mesuré les symptômes et non les diagnostics, une augmentation du nombre de symptômes chez un enfant peut l’affecter, même s’ils ne sont pas suffisamment sévères pour justifier un diagnostic clinique de trouble neurodéveloppemental.

Claudia Avella-Garcia

«Les femmes enceintes ne devraient pas être concernées»

Alors que les chercheurs sont incapables de déterminer les mécanismes exacts de l’exposition prénatale à l’acétaminophène, ils notent que le médicament soulage la douleur en ciblant les récepteurs cannabinoïdes dans le cerveau, ce qui pourrait réduire la connectivité entre les cellules nerveuses.

«Cela peut aussi affecter le développement du système immunitaire, ou être directement toxique pour certains fœtus qui n’ont pas la même capacité qu’un adulte à métaboliser ce médicament ou créer un stress oxydatif», explique le coauteur de l’étude, le Dr Jordi Júlvez. , également chercheur à CREAL.

Les chercheurs concluent que d’autres études sont nécessaires pour mieux comprendre comment l’acétaminophène peut affecter le développement du cerveau du fœtus.

Les résultats sont susceptibles de inquiéter les femmes enceintes, mais le Dr James Cusack, directeur des sciences à Autistica – un organisme de charité autisme du Royaume-Uni – insiste sur le fait que les femmes ne devraient pas se préoccuper de prendre le médicament pendant la grossesse.

« Ce document ne fournit pas de preuves suffisantes pour soutenir l’affirmation selon laquelle il existe une forte association entre l’utilisation du paracétamol et la présentation des symptômes de l’autisme », a-t-il dit. « Les résultats présentés sont préliminaires dans leur nature, et ne devraient donc pas concerner les familles ou les femmes enceintes. »

« Comme les auteurs le disent correctement, plus de recherche, avec un contrôle attentif des autres facteurs est nécessaire pour comprendre si un lien existe du tout. »

Apprenez comment l’exposition prénatale à l’acétaminophène peut augmenter le risque d’asthme.

Like this post? Please share to your friends: