Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

VIH: Une nouvelle injection pourrait-elle fonctionner aussi efficacement que les médicaments quotidiens?

Une nouvelle injection d’antirétroviraux à action prolongée pourrait constituer une alternative efficace aux doses orales quotidiennes du même médicament dans le cas du VIH, suggère un nouvel essai clinique.

Échantillon de sang VIH

Les médicaments antirétroviraux (ARV) sont administrés pour diminuer la charge de VIH dans le système, ce qui ralentit la maladie et empêche la transmission. Selon les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), c’est grâce aux médicaments antirétroviraux que le nombre de décès dus au SIDA – causé par le VIH – a régulièrement diminué ces dernières années.

Cependant, le traitement par ARV est intense: les patients doivent prendre une combinaison de médicaments tous les jours, même après que la charge virale soit devenue indétectable dans le sang, afin de s’assurer que le virus ne reprenne pas son élan.

Une équipe de chercheurs d’une série d’établissements, dirigée par le Dr David A. Margolis, est en train de tester une injection d’ARV à action prolongée qui pourrait remplacer les médicaments par voie orale.

Le traitement antirétroviral injectable à action prolongée pourrait offrir à certains patients une approche plus pratique pour gérer l’infection par le VIH qui évite l’administration orale quotidienne, et la nécessité de conserver, stocker et transporter les médicaments au fur et à mesure à propos de leur vie quotidienne », explique le Dr Margolis.

L’essai clinique vient de terminer la phase II, et les résultats sont publiés dans. Ils ont également été présentés hier lors de la neuvième conférence de la Société internationale du sida, tenue à Paris, en France.

Injection aussi efficace que les médicaments par voie orale

L’étude a conçu une injection d’ARV contenant deux médicaments qui ont été utilisés dans les traitements contre le VIH sous la forme de médicaments par voie orale: le cabotégravir et la rilpivirine. Les chercheurs ont jusqu’à présent trouvé que ce traitement injectable semble être aussi efficace que l’administration quotidienne normale des mêmes médicaments sous la forme de la médecine orale.

Le Dr Margolis et ses collègues ont d’abord mené une phase d’induction au cours de laquelle ils ont examiné les effets indésirables des deux médicaments. Cette première étape a été réalisée avec l’aide de 309 participants.

Ces patients ont reçu des doses orales de cabotegravir (30 milligrammes) et d’abacavir-lamivudine (600 milligrammes à 300 milligrammes) chaque jour, pendant une période de 20 semaines. Parmi ces patients, 286 participants n’ont eu aucun événement indésirable significatif. Ces gens sont allés de l’avant avec le procès.

Dans l’étape suivante, appelée «phase de maintien», les patients ont été divisés au hasard en trois groupes. Cent quinze participants ont reçu des injections de cabotégravir et de rilpivirine une fois toutes les 4 semaines, 115 participants ont reçu le même traitement toutes les 8 semaines et 56 participants ont poursuivi le traitement par cabotégravir oral et abacavir-lamivudine comme auparavant. La thérapie d’entretien s’est poursuivie pendant un total de 96 semaines.

Après 32 semaines, on a constaté que 94% des patients du premier groupe, 95% du deuxième groupe et 91% du troisième groupe avaient maintenu une suppression virale.

À la fin de la période de 96 semaines, 87% des participants du premier groupe, 94% des participants du deuxième groupe et 84% des participants du troisième groupe avaient maintenu la suppression virale.

En bref, l’injection de cabotegravir et de rilpivirine semble être au moins aussi efficace qu’un traitement régulier par voie orale.

Certains effets indésirables ont également été notés, le plus fréquent étant la douleur lorsque l’injection intramusculaire a été administrée. Cela a été rapporté par 97% des participants du premier groupe et par 96% des participants du deuxième groupe. Cependant, dans la plupart des cas, cette réaction n’a duré que 3 jours et la douleur était légère.

Certains patients, quel que soit le traitement qui leur avait été administré, se sont également plaints de maux de tête, de douleurs à la gorge et de diarrhée.

Seulement 4% du nombre total de participants ont été forcés de se retirer de l’essai en raison d’événements indésirables. Parmi ceux-ci, deux provenaient du premier groupe, huit du deuxième groupe et un du troisième groupe.

Défis et contraintes

L’étude a porté sur 50 sites dans cinq pays différents, dont le Canada, la France, l’Allemagne, l’Espagne et les États-Unis. Malgré cela, 91% des participants étaient des hommes.

Une autre limitation notable était que les patients n’étaient considérés comme éligibles à participer à l’essai que s’ils avaient au moins 200 (mais pas plus de 350) cellules sanguines par millimètre cube de sang. Ceci, les chercheurs le reconnaissent, n’est pas représentatif de la diversité des patients atteints du VIH.

Dans un commentaire publié aux côtés de l’article principal, le professeur Mark A. Boyd, de l’Université d’Adélaïde en Australie, et le professeur David A. Cooper, de l’Institut Kirby de l’Université de Nouvelle-Galles du Sud, également en Australie, notent que tous les patients infectés par le VIH ne peuvent pas trouver une injection plus pratique que les médicaments administrés par voie orale.

«[Au moins en Australie] les personnes vivant avec le VIH peuvent se faire administrer entre 2 et 6 mois d’ARV [thérapie antirétrovirale] à la fois.Ce scénario, comparé à la nécessité de demander des soins de santé pour être injecté sur une base mensuelle, pourrait rendre l’option injectable semble moins pratique que la thérapie orale conventionnelle pour certaines personnes », disent-ils.

Enfin, il convient de noter que l’article principal inclut une reconnaissance que certains des chercheurs impliqués dans cette étude sont actuellement employés par une société pharmaceutique bien connue et sont des parties prenantes.

Like this post? Please share to your friends: