Chers utilisateurs ! Tous les matériaux sur le site sont des traductions venant d'autres langues. Nous nous excusons pour la qualité des textes, mais nous espérons qu’ils vous seront utiles. Cordialement, l’administrateur du site. Notre e-mail: [email protected]

Votre café contient-il des mycotoxines?

Cette première tasse de café est un pur bonheur pour les personnes qui ont besoin de leur dose de caféine matinale, qu’elle soit préparée avec du lait, du sucre ou tout simplement noire. Mais que diriez-vous d’une éclaboussure de mycotoxines? Une nouvelle étude confirme la présence de ces métabolites toxiques produits par des champignons dans des échantillons commerciaux de café, ce qui suscite des inquiétudes quant aux risques potentiels pour la santé publique.

café

L’étude – dirigée par le Dr Emilia Ferrer de l’Université de Valence en Espagne – est publiée dans la revue.

Elle et ses collègues expliquent que les mycotoxines sont des composés produits par des champignons filamenteux – tels que ou – qui causent des maladies et des problèmes de santé. Ces composés peuvent être cancérigènes et peuvent affecter les systèmes hormonal et immunitaire.

Les mycotoxicoses sont l’effet toxique des mycotoxines sur la santé animale et humaine. L’exposition à ces composés se fait généralement par ingestion, mais elle peut également se produire par la peau ou par inhalation.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’intérêt général pour les mycotoxines s’est manifesté en 1960, lorsque la dinde X – une forme de mycotoxicose liée à l’alimentation animale – est apparue chez les animaux de ferme en Angleterre.

A partir de là, il est apparu que ces toxines sont des hépatocancérogènes – des agents qui causent le cancer du foie – et ont ainsi commencé une recherche plus étendue sur les mycotoxines.

La présence de ces toxines sur les céréales, les noix et les autres produits susceptibles de moisir est déterminée par des facteurs environnementaux, notamment la température, l’humidité et la quantité de pluie pendant les cycles de récolte.

Étant donné que la présence de mycotoxines dans les aliments et les aliments pour animaux n’est pas entièrement évitable, les règlements autorisent la présence de petites quantités de ces toxines dans ces produits.

Dans cette dernière étude, les chercheurs ont effectué leur analyse en utilisant une méthodologie appelée chromatographie liquide-spectrométrie de masse en tandem (LC-MS / MS), qui consiste à coupler une technique de séparation moléculaire avec une autre technique pour identifier précisément les molécules en fonction de leur poids.

Cinq échantillons dépassent les niveaux autorisés

Dr. Ferrer et ses collègues ont analysé 100 échantillons de café vendus dans les supermarchés en Espagne pour confirmer la présence de mycotoxines.

Dans le détail, ils ont trouvé la présence de fumonisines, d’aflatoxines, de trichothécènes et de mycotoxines émergentes dans des concentrations allant de 0,10 à 3,570 μg / kg. Ils ont également constaté que cinq des échantillons contenaient de l’ochratoxine A en quantités dépassant les limites maximales autorisées actuelles.

« La seule mycotoxine légiférée est l’ochratoxine A », explique le Dr Ferrer. « Nous avons détecté de faibles concentrations de cette mycotoxine dans les échantillons de café, bien que cinq des échantillons ont dépassé les niveaux autorisés. »

L’Ochratoxine A a déjà été associée à des maladies rénales et urothéliales chez l’homme, et la législation européenne a fixé un niveau maximum autorisé de 5 μg / kg pour les grains de café torréfiés ou café moulu et 10 μg / kg pour le café soluble ou instantané .

Les chercheurs ont expliqué que les cinq échantillons dépassant cette limite comprenaient deux échantillons de café décaféiné (6,20 et 9,30 μg / kg), deux échantillons de capsules de café contenant de la caféine (6,91 et 11,43 μg / kg) et une capsule de café décaféiné (32,40 μg / kg).

«Le contrôle strict de la nourriture est d’une importance considérable»

Bien que la capsule de café décaféiné ait dépassé la limite de six fois, les chercheurs affirment que leurs résultats «ne sont pas alarmants». Ils recommandent toutefois une évaluation des risques pour la santé de la population que l’exposition aux mycotoxines provenant du café présente.

Commentant leurs résultats, le Dr Ferrer dit:

« L’absence de législation sur le café concernant le reste des mycotoxines détectées, leurs effets toxiques et les valeurs de concentration obtenues rendent nécessaire une attention particulière à ces contaminants qui sont présents dans un produit qui est autant consommé. « 

Les chercheurs étudient actuellement la possible réduction ou interaction des mycotoxines avec les composants du café et d’autres produits alimentaires, car ils ne fonctionnent pas tous de la même manière. Cette recherche examine également les effets de différentes technologies de traitement du café, y compris le temps et la température.

L’OMS affirme que, compte tenu des courants d’échanges actuels, les mycotoxicoses provenant d’aliments contaminés – cultivés localement ou importés – pourraient se produire dans les pays en développement comme dans les pays développés.

« Un contrôle strict des denrées alimentaires et des aliments pour animaux et des mesures de santé publique appropriées sont donc d’une importance considérable pour réduire les risques pour la santé humaine et animale », ajoute l’organisation.

Malgré ces risques pour la santé associés aux mycotoxines dans le café, de nombreuses études ont vanté les bienfaits du café sur la santé, notamment l’amélioration de la survie des patients atteints de cancer du côlon et la réduction du risque de mélanome.

Like this post? Please share to your friends: